Avertir le modérateur

10/09/2007

Italie-France : l'affrontement fratricide entre les deux meilleures équipes du Vieux Continent

Et voici le troisième et dernier billet du blog éphémère Rendeznouslacoupe.com...

Chers passionnés de football et des autres fantaisies de baballe,

L’indifférence du monde entier est devenue intolérable.

Hier soir, sept jours après le lancement de notre appel Historique, il n’y a pas eu la moindre parole, la moindre image, ou encore la moindre allusion à notre demande de retour de la Coupe du Monde en France dans tous les journaux télévisées de France et de Monaco.

C’est proprement scandaleux !

Rendez-vous compte : si ce trophée moralement gagné par Zidane et les siens ne nous est pas rendu par les Italiens, il risque de rester en captivité en Italie aussi longtemps qu’Ingrid Betancourt en Colombie.

Cette situation inhumaine est intolérable.

Ce trophée, choyé par les mains et la bouche de Didier Deschamps le 12 juillet 1998, ne supportera jamais l’éloignement des Siens, les vrais Siens, les supporteurs des Bleus.

Face à l’indifférence du monde, nous avons décidé de frapper fort : le retour du trophée en France sera l’enjeu majeur de la prochaine élection du Président de la République Française.

Ainsi, nous appellerons tous les supporteurs des Bleus à ne pas voter pour un candidat qui n’aura pas inscrit, parmi les priorités de son programme électoral, le retour de la Coupe du Monde en France.

En effet, comment débattre sereinement de l’insécurité dans notre pays s’il est possible de kidnapper notre Bien le Plus Cher, le plus Précieux, sans que personne ne bronche ?

A quoi bon aborder sérieusement la question du chômage quand le non-retour de la Coupe menace de plonger quotidiennement des millions de travailleurs dans une léthargie et un désespoir profonds ?

Notre menace prend effet dès maintenant.

Elle s’adresse déjà aux trois prétendants à l’investiture du Parti Socialiste pour la Présidentielle de 2007.

Messieurs Strauss-Kahn et Fabius, Mademoiselle Royal, solennellement, nous exigeons que vous demandiez la tête de Matera… euh pardon, le retour de la Coupe !

Ce drame du 9 juillet n’en finit pas de faire des dégâts collatéraux.

 Parmi ces innocentes victimes de cette injustice footballistique, Zinedine Zidane a même été contraint, sous la surveillance du Ministre de l’Education Nationale, de faire copier cent fois à des élèves : « Je ne donne pas des coups de boule sur un terrain de football. Sauf si j’ai une sœur ou une mère. »

Il faut cesser cette mascarade.

Chers amis Italiens, rendez-nous la Coupe ! Ou la colère de Dominique, Laurent et Ségolène s’abattra sur vous.

PS : Même s’ils se sont retirés de la course à l’investiture du Parti Socialiste pour la Présidentielle, Messieurs Lang et Jospin ne sont pas dispensés d’agir pour le retour du trophée. Sinon…

PS 2 : Sinon on ne les votera plus jamais de la vie.

09/09/2007

Après Italie-France (football) : rendez-nous la Coupe !

C'était en septembre dernier, juste après la victoire des Bleus face à l'Italie. J'avais publié ces billets d'humeur (très provocateur) sur un autre blog intitulé "Rendeznouslacoupe.com"... 

Chers passionnés de football et des autres belles choses de l’existence,

La coupe est pleine !

Le hold-up a assez duré.

Nous devons nous unir pour permettre le retour du Saint-Graal sur nos pelouses sacrées.

Souvenez-vous : le 9 juillet dernier, conformément aux révélations de Saint-Raymond, l’équipe de France disputait la finale de la Coupe du Monde de football. Et la remportait. Moralement.

Les penalties ont consacré, ce jour-là, des Italiens qui, à travers ce miracle, se sont remis à croire en Dieu.

Le 6 septembre 2006, France-Italie a enfin été un vrai match de football. Nous avons eu droit à un vrai résultat : 3-1 pour les Bleus.

Durant cette rencontre, l’équipe menée par Patrick Viera a eu le fair-play de laisser les Italiens revenir au score, afin de ne pas tuer trop vite le suspense.

La France a surclassé l’Italie dans ce que l’on peut considérer, sans mauvaise foi aucune, comme la véritable finale de la Coupe du monde 2006.

Face à une si écrasante réalité, une évidence s’impose : nous devons exiger le retour du trophée de la Coupe du Monde en France. Chers amis Italiens, rendez-nous la Coupe !

C’est pour obtenir le retour du trophée en France que nous avons réalisé ce site. Et ce site existera tant que ce geste majeur dans l’Histoire de l’Humanité n’aura pas été effectué.

Evidemment, nous le savons tous, rendre pareille justice ne sera pas simple.

C’est pourquoi nous en appelons directement à sa sainteté le Pape, pour intervenir dans la transaction.

Il serait bon que Jean-Paul XVI demande en personne à Monsieur Materazzi de ramener le trophée à pied depuis Rome. Nous accordons à Mr Materazzi le droit de faire le trajet entre Rome et le Vatican à pied.

Cette demande partira en recommandé avec accusé de réception le mercredi 27 septembre 2006 si, d’ici là, le trophée n’a pas regagné sa sainte et naturelle patrie, la France.

P.S : le nom de domaine mauvaisefoi.com étant déjà pris, nous avons choisi rendeznouslacoupe.com par commodité.

-------------------------------------------------------

Deuxième billet

O rage, ô désespoir, ô vieille messe ennemie !

N’avons-nous donc tant vécu que pour vivre cette Italie !

Le Pape Jean-Benoît XVIII - nous nous étions trompés dans le texte fondateur, un passionné de football nous a aidés à rectifier l’erreur -… Le Pape, donc, est resté totalement insensible à notre demande de retour sur nos pelouses sacrées du trophée de la Coupe du Monde.

Serait-il le Saint-Pépère ?

Comment peut-il rester aussi froid alors que Nous, supporters des Bleus, avons tant prié au moment de la séance de penalties du 9 juillet dernier, que nous lui avons assuré son quota de prières jusqu’en 2009 inclus ?

Certes, nous avons conscience que bien des problèmes dans ce monde méritent plus d’attention et de compassion que le retour de la Coupe du Monde en France.

Nous pensons notamment aux supporters du Paris Saint-Germain. Ce n’est quand même pas la faute des dirigeants du club s’ils avaient oublié de mentionner dans le contrat de Dhorasoo qu’il devait assister aux matchs du PSG pour les jouer, et non pour les filmer.

Cette indifférence de Sa Majesté Le Pape est pourtant étrange.

En effet, vous avez déjà été des milliers à soutenir notre juste cause, comme en témoigne les nombreux commentaires du blog, l’un d’eux étant même signé par le mythique Observatoire de la Mauvaise Foi.

Si le Pape n’a pas réagi à notre humble demande, est-ce lié à sa nationalité allemande ?

La question se pose.

Ceux qui ont vécu la « demi-finale de Séville » ont sans doute immédiatement compris à quel type de collusion nous faisions allusion.

En 1982, la France affrontait l’Allemagne de l’Ouest pour une place en finale de la Coupe du Monde. Comme l’arbitrage vidéo n’était pas encore homologué, le portier allemand, Harald Schumacher, a ainsi pu jouer les gardiens-volants dans la mâchoire de Patrick Battiston. En toute impunité. Patrick Battiston est tombé dans le coma. Rien à voir avec la douleur simulée de Materazzi.

Quatre ans plus tard, l’Allemagne de l’Ouest nous éliminait à nouveau au même stade de la compétition. Quel besoin avait ce grand pays de football de s’acharner sur les Bleus ?

Compte-tenu des blessures footballistiques du passé, faut-il continuer de s’adresser à ce Pape allemand pour réclamer le Saint-Graal du football ? Ne faut-il pas saisir l’ONU, pour qu’une force d’interposition se rende à Rome et ramène en convoi blindé la Coupe sur les Champs-Elysées ?

Quoi qu’il en soit, nous n’avons qu’un seul mot d’ordre : Rendes-Nous la Coupe !

P.S : Nous aurions bien voulu envoyer la demande de retour de la Coupe du Monde par lettre recommandée, mais la file d’attente à la poste était trop longue.

----------------------------------------

Ce soir, à minuit trente, le 3ème et dernier billet de cette série... limitée ! 

28/08/2007

Italie-France du 8 septembre, Raymond Domenech au piquet : cela annonce-t-il une piquette pour les Italiens ?

La vie est un défi.

L’une des scènes de films préférées de Pierre Desproges, comme il l’avait confié dans l’émission « Mon Zénith à moi », reste celle où un homme, que l’on présente comme un cascadeur émérite, capable des plus formidables défis, enfile un casque, va se planter au milieu de quatre grands blacks baraqués et hurlent « fucking negers ! » avant de s’enfuir.

Cette idée a été reprise par les Inconnus, l’un d’eux allant hurler « sales arabes ! » monté sur une chaise en plein Barbès.

Pour ma part, je vais faire mieux. Plus fort. Plus haut. Plus loin.

Loin de toute dérision sur le racisme, je vais aller crier « Allez les Bleus ! » le 8 septembre prochain lors du match Italie-France que j’irai voir dans un camp retranché d’Italiens, en compagnie de supporters rosso nero et tutti quanti !

Oui, je sais : mon geste s’apparente à de la folie pure !

C’est en effet à l’occasion des 95 ans du patriarche que toute la partie présente en France d’une famille italo-ritale se réunit dans un jardin de la banlieue parisienne. Autour d’un buffet, et d’une télé. Autour de la rencontre de football de l’année.

Comment ai-je été admis ?

Ma… c’est simple : je suis italien de père en fils… du moins, jusqu’à mon père.

L’existence m’a donné le bonheur de naître au cœur même du pays du football, puisque je suis né à quelques kilomètres de la mythique ville de Jœuf, là où Michel Platini, l’actuel président de l’UEFA, a rendu fou ses premiers potes de ballon.

Je suis néanmoins resté fidèle aux Bleus depuis ma naissance bien que, dans les années 70, le football était pour l’équipe de France un sport qui se jouait à 11 et où la France finissait toujours par perdre. Y compris jusqu’à la première séance de penalties de la Coupe du Monde, à Séville, en 1982…

Aujourd’hui, selon certains commentateurs coquins de Linfonaute, le football serait un sport qui se joue à 11 et auquel notre actuel sélectionneur national finirait toujours par perdre à la fin contre les Italiens.

Quelque chose me dit que l’interdiction de terrain de Raymond la Science (Provocante) pour la rencontre Italie-France du 8 septembre prochain, cette mise au piquet annonce une sacrée piquette pour les Italiens.

Par piquette, je ne me prononce pas sur la prochaine vendange dans la péninsule italienne. Ni sur les vendanges d’action de type Slovaquie-France. Mais bien par la valise (disons… 3 à 1) que vont se manger les meilleurs footballeurs du monde… après les Bleus.

Le football, c’est le plaisir de se chambrer. Et sans vulgarité de préférence. Tout le monde ne l’a pas compris lors du dernier billet de Linfonaute consacré aux relations franco-footbalistico-italiennes.

Alors, comme je vous demande (par la présente) de laisser en commentaires les meilleures « piques », tant envers les Bleus que les « Azzuri » (Forza !), faîtes preuve d’imagination. Pas de grossièretés inutiles. N’est-ce pas ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu