Avertir le modérateur

18/11/2007

Avant Ukraine-France, et après la victoire de l’Italie en Ecosse (2-1) : Thuram, Nasri, Benzema et Ben Arfa… ou l’âme du football existe encore !

Si Lilian Thuram ne participait pas à l’Euro 2008, faute d’être titulaire au Barça :

- L’âme de l’équipe de France aurait disparu. Comme après le départ de Didier Deschamps. L’ancien capitaine des Bleus voyait sa place de titulaire contestée par les journalistes durant l’Euro 2000. Pourtant, à la dernière minute du temps réglementaire lors de la finale conter l’Italie, ils n’étaient plus que deux à y croire sur le terrain : Dédé, qui hurlait et motivait ses troupes, et Barthez, qui allait tirer un coup-franc magique : tête de Trézéguet, but de Wiltord.

Alors, Monsieur Thuram, si vous croyez sincèrement qu’il faut jouer régulièrement dans son club pour avoir sa place à l’Euro 2008, affichez-le, comme ce matin à TéléFoot. Et laissez une nouvelle fois Domenech vous « contraindre » à la sélection, comme il y a un peu plus de deux ans. J’aimerai pouvoir suivre la finale de l’Euro 2008, France-Italie le 29 juin…

- Raymond Domenech serait mort, tué par les services secrets italiens.

En effet, qui à part les Bleus de Domenech peuvent empêcher l’Italie de gagner le prochain championnat d’Europe ? Il faut peut-être se rappeler que Benzéma, Ben Arfa et Nasri ont été sélectionnés en équipe de France avant même que leur talent ne soit confirmé en Ligue 1. Que Raymond la Science Astrologique fait toujours confiance à ceux qui ont mouillé le maillot en équipe de France, même s’ils sont blessés, ou pas toujours titulaires dans leur club … Même s’ils sont jeunes et sans grande expérience internationale. La France s’est qualifiée dans un groupe extrêmement difficile, malgré deux défaites improbables contre l’Ecosse (1 occasion en 2 matchs, 2 buts – et une bourde de Landreau). Un parcours sans faute, à deux minutes près. Alors, pour que Domenech se passe de la sagesse de Thuram, c’est uniquement parce qu’il aurait accéder à la sagesse éternelle…

- Plus personne ne demanderait à ce que les sifflets lors de France-Maroc soient une réaction à analyser. Une réaction qui mérite tout autant condamnation que réflexion. La faute aux lois « Exhorte-au- Feu » du Ministre de l’Intérieur ?

- Mon cœur de Bleu saignerait…

Et selon vous, si Lilian Thuram ne participait pas à l’Euro 2008, que se passerait-il ?

14/09/2007

Après France-Ecosse, France-Russie et avant France-Namibie : Domenech et Laporte, deux façons de manager différentes... pour un même résultat ?

Se forger un esprit, cela passe par le corps ou l’âme. Surtout pour l’esprit d’un sport collectif. Domenech a choisi de toucher l’esprit en passant par l’âme, Laporte en passant par le corps (voire sur les corps).

La défaite en match d’ouverture contre l’Argentine vendredi dernier (disputé devant 14 ministres en exercice) est pour l’instant inoubliable. La faute au battage de la publicité à la télévision, tout comme à cet une de Courrier International placardée partout dans le métro parisien et titrant, à propos du XV de France : « Pourquoi la France fait peur ? ».

Dans ma chronique de lundi dernier, j’ai stigmatisé ce « management par la peur », dont parle cette semaine Le Canard Enchaîné, et qui est la caractéristique de Bernard Laporte, et de son mentor, le Président De la République (la convocation des vingt préfets n’ayant pas rempli leurs quotas de « reconduite à la frontière » - pris en flagrant délit de « manquement à l’immigration » ? -, hier, en est l’exemple emblématique).

En effet, les rumeurs d’un remaniement ministériel en janvier, qui serait alimenté par Nicolas Sarkozy selon le Canard Enchaîné, ont pour but d’obliger les ministres à donner le meilleur d’eux-mêmes dès maintenant.

Avoir la culture du résultat, si rare dans notre pays, c’est une excellente façon de procéder pour l’entreprise France, comme pour les autres. C’est tout à l’honneur de Nicolas Sarkozy. Mais tout dépend sur quelle philosophie se fonde cette culture du résultat.

Du coup, avec le « management par la peur », les ministres sont tétanisés, ils ne prennent plus d’initiative. Tels des Coqs français face aux Pumas argentins.

Après plusieurs mois d’entraînement acharné, nos rugbymens portaient ainsi haut et fort un incroyable slogan : « Travailler plus pour gagner moins (de matchs) ».

Conséquence, en "psychologue émérite", Laporte a apporté 12 changements dans son équipe pour affronter la modeste Namibie. 80% de l’effectif !!!

En mettant la pression sur les corps à travers ce management de la peur - dans le but de faire corps avec quoi ? -, Bernard Laporte s’est attiré, dès le premier résultat défaillant, la mauvaise énergie de tout pays. Pour ainsi, la méfiance, voire la défiance, de nombreux supporteurs. Il ne s’agit là que d’une réaction épidermique, d’un banal reflexe… du corps.

Ainsi, la mise en vente sur le site de Bernard Laporte de 10 000 maillots du XV de France, dédicacés par leur entraîneur, vendu 130 euros – après une « réduction exceptionnelle de 20% » -, alors qu'il coûte 52 euros dans le commerce, fait immédiatement polémique. Dans le contexte d’une victoire contre l’Argentine, cette opération n’aurait même pas été évoquée… Idem pour la lecture de la lettre de Guy Moquet avant la rencontre, Poitrenaud venant d'affirmer que les Bleus étaient passés pour "des cons".

Visiblement, personne n’avait prévu l’échec contre l’Argentine. Pas même les joueurs. Ils ont mis trois bons jours à sortir du K-O. Peut-être que Bernard Laporte, qui ne ménage pas ses joueurs, ferait bien de cesser ses effets de ménagerie, et gagnerait ainsi, subitement, un tout petit supplément d’âme salvateur. Par exemple, en interdisant désormais la diffusion des images filmés dans l'intimité de ses joueurs avant le terme de la compétition, comme ce fut le cas pour l'excellent documentaire "Les Yeux dans les Bleus" en 1998.

Heureusement, rien n’est fini pour le XV de France dans cette compétition. Ni pour les Bleus de Raymond Domenech, soumis au même impératif que les hommes de Laporte : remporter leurs trois prochains matchs de compétition.

Raymond Domenech travaille sur l’âme pour forger les esprits, et ainsi, mobiliser les corps vers la victoire. Il n’est pas là pour exister : il est là pour faire gagner son équipe et prendre tous les coups qui sont ou seraient destinés à ses joueurs. Quand l’équipe de France perd, c’est de sa faute. Quand les Bleus gagnent, tout le mérite leur revient. C’est un supplément d’âme irremplaçable. Il n’existe pas meilleur moyen de libérer les esprits que de les laisser intégralement engranger tous les bénéfices des performances rapportées par leur corps…

De plus, et le message est ultra-clair : les meilleurs ont toutes leurs chances d’intégrer l’équipe. Qu’il soit vieux et pistonné par Zidane (je plaisante, Claude ;-), qu’il soit jeune sans jouer dans leur club (Diarra), qu’il blâme le sélectionneur (Mexès, etc.), ou qu'il porte incroyablement la poisse (trois défaites 1 à 0 pour les trois dernières titularisations de Trézéguet)… Domenech ne demande pas aux joueurs de les respecter, mais de respecter le maillot tricolore (pas façon Roger Lemerre en 2002 ;-). Sans jamais le dire.

Conséquence de cette approche de l’esprit par l’âme : samedi dernier face à l’Italie, même assis dans les tribunes, il a communiqué avec ses joueurs à travers l’âme. Même si avant-hier, face à l’Ecosse, le fameux « fighting spirit » était encore et toujours britannique. C'est pourquoi je suis bien moins inquiet pour la suite des événements (la conquête d'un titre international) pour le XI de France que pour le XV de France. Et vous ?

10/09/2007

Italie-France : l'affrontement fratricide entre les deux meilleures équipes du Vieux Continent

Et voici le troisième et dernier billet du blog éphémère Rendeznouslacoupe.com...

Chers passionnés de football et des autres fantaisies de baballe,

L’indifférence du monde entier est devenue intolérable.

Hier soir, sept jours après le lancement de notre appel Historique, il n’y a pas eu la moindre parole, la moindre image, ou encore la moindre allusion à notre demande de retour de la Coupe du Monde en France dans tous les journaux télévisées de France et de Monaco.

C’est proprement scandaleux !

Rendez-vous compte : si ce trophée moralement gagné par Zidane et les siens ne nous est pas rendu par les Italiens, il risque de rester en captivité en Italie aussi longtemps qu’Ingrid Betancourt en Colombie.

Cette situation inhumaine est intolérable.

Ce trophée, choyé par les mains et la bouche de Didier Deschamps le 12 juillet 1998, ne supportera jamais l’éloignement des Siens, les vrais Siens, les supporteurs des Bleus.

Face à l’indifférence du monde, nous avons décidé de frapper fort : le retour du trophée en France sera l’enjeu majeur de la prochaine élection du Président de la République Française.

Ainsi, nous appellerons tous les supporteurs des Bleus à ne pas voter pour un candidat qui n’aura pas inscrit, parmi les priorités de son programme électoral, le retour de la Coupe du Monde en France.

En effet, comment débattre sereinement de l’insécurité dans notre pays s’il est possible de kidnapper notre Bien le Plus Cher, le plus Précieux, sans que personne ne bronche ?

A quoi bon aborder sérieusement la question du chômage quand le non-retour de la Coupe menace de plonger quotidiennement des millions de travailleurs dans une léthargie et un désespoir profonds ?

Notre menace prend effet dès maintenant.

Elle s’adresse déjà aux trois prétendants à l’investiture du Parti Socialiste pour la Présidentielle de 2007.

Messieurs Strauss-Kahn et Fabius, Mademoiselle Royal, solennellement, nous exigeons que vous demandiez la tête de Matera… euh pardon, le retour de la Coupe !

Ce drame du 9 juillet n’en finit pas de faire des dégâts collatéraux.

 Parmi ces innocentes victimes de cette injustice footballistique, Zinedine Zidane a même été contraint, sous la surveillance du Ministre de l’Education Nationale, de faire copier cent fois à des élèves : « Je ne donne pas des coups de boule sur un terrain de football. Sauf si j’ai une sœur ou une mère. »

Il faut cesser cette mascarade.

Chers amis Italiens, rendez-nous la Coupe ! Ou la colère de Dominique, Laurent et Ségolène s’abattra sur vous.

PS : Même s’ils se sont retirés de la course à l’investiture du Parti Socialiste pour la Présidentielle, Messieurs Lang et Jospin ne sont pas dispensés d’agir pour le retour du trophée. Sinon…

PS 2 : Sinon on ne les votera plus jamais de la vie.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu