Avertir le modérateur

19/11/2007

Sarkozy, Bertrand, Fillon, Dati, Prud’hommes, CGT, Bernard Thibault, grèves, AG, SNCF, RATP : rien ne sert de pourrir, il faut partir à poings ?

Si le gouvernement ne jouait pas le pourrissement de la situation entre grévistes et opinion publique :

- Il n’y aurait qu’un seul interlocuteur au gouvernement, et non pas un seul… à tour de rôle : tantôt Xavier Bertrand, le Ministre du Taf, tantôt François Fillon, le Prem’s Ministre ; l’intervention finale étant réservé pour le meilleur négociateur du pays, celui qui vient d’obtenir 172% d’augmentation sur son salaire sans qu’aucun des 60 millions d’autres salariés de sa boîte (la France) ne la ramène…

- Il aurait facilité l’ouverture de négociations au lieu de vouloir faire passer Bernard Thibault pour un type qui ne sait causer qu’un haut-parleur à la main. La CGT, cela ne signifie pas « c’est jeté ! », on en parle plus ! Il y a des grèves qui donnent envie de se syndiquer à tour de bras levés, en signe de protestation…

- Il n’aurait pas commandé la pluie pour toute la semaine prochaine.

- Il ne se servirait pas de ces grèves de la SNCF et de la RATP pour couvrir la protégée de Nicolas Sarkozy, Rachida Dati. En effet, la Garde des Sceaux met en place une nouvelle carte judiciaire, retaillée à la bombe atomique avec la suppression de 23 tribunaux de grande instance sur 181 et de 176 des 473 tribunaux d'instance. Pis, son directeur de cabinet a profité qu’il n’était toujours pas renvoyé pour expédier ce week-end un fax aux syndicats, leur communicant la liste des juridictions chargées des conflits du monde du travail supprimées. Les conseils de prud'hommes ne faisaient pas partie des annonces réalisées depuis un mois par Rachida Dati dans le cadre de sa réforme. 63 sur les 271 existants seront supprimés.

Et selon vous, existent-ils des indices prouvant que le gouvernement s’est fixé comme politique majeure le pourrissement de la grève ?

15/11/2007

Tapie à l’UMP, Chirac et l’ADN, les syndicats en négociation, Dati mitraillé, grève SNCF et RATP, AG étudiantes dans les facultés : la France qui se lève tôt est en marche, à vélo, à pied ou dans les bouchons !

Si la France qui se lève tôt n’ouvrait pas en permanence des yeux mi-clos (de fatigue) sur la réalité du monde contemporain,  et se gardait un quart d’heure par jour pour rêver :

- Elle se réjouirait de l’entrée de Tapie à l’UMP, par la porte dérobée de l’équipe de Jean-Claude Gaudin à Marseille. En effet, grâce à ses bonnes grâces gracieuses envers le parti de Nicolas Sarkozy, Bernard Tapie récupérerait 145 millions d’euros (ou de francs, bah… on n’est plus à ça près !) de la part du Crédit Lyonnais, par la même facilité avec laquelle il a obtenu pour son fils une remise de paiement d’environ 90 000 € (cette fois-ci, c’est sûr, ce sont des euros) pour deux ans de loyer impayés dans un HLM de luxe (avec vue sur le Bois de Boulogne), selon l’infâme Canard Enchaîné. La France qui se lève tôt pourrait voir là le signe que quand on fait des efforts, on est toujours payé en retour. Même après avoir fait de la prison !

- Elle se demanderait, non sans pouffer dans ses mitaines gelées par une ballade à pied ou à vélo dans un froid glacial : Tiens, c’est drôle, pourquoi les syndicats et le gouvernement n’ont pas cherché à négocier AVANT la grève de la SNCF et la RATP, comme cela se fait entre gens de bonnes compagnies nationalisées ? N’y avait-il pas un meilleur moyen de promouvoir Velib’ ? Xavier Bertrand, ne pourrait-il pas « se faire un rail » de temps à autre, au lieu de se prendre continuellement au sérieux alors que tout le monde sait que c’est Jean-François Copé qui perdra la Présidentielle de 2017 (et non pas Xaxa !) ?

- Elle se rappellerait, de façon guillerette, le bon vieux temps où la grève étudiante, les AG qui ne servent à rien d’autre qu’à « faire bleu » (sans blanc, et avec un ch’ti peu de rouge qui pique), les slogans éternels (« Toi, toi, ta loi, Nous, nous, on n’en veut pas ! », « Devaquet, si tu savais, où ta loi on se la met… »)… toutes ces « conneries » d’un point de vue adulte, c’étaient eux qui les faisaient ! Et qui le faisaient avec ce sentiment aussi précieux qu’inutile  : la joie.

- Elle aimerait Jacques Chirac, avant même qu’il ne se prononce sur l’ADN et les lois Hortefeux. La France immobile, ça avait du bon, non, chers piétons et cyclistes ?

- Elle aurait voté Olivier Besancenot à 35,1% au premier tour de la dernière Présidentielle. Mieux vaut le Grand Soir une bonne fois pour toutes que de se lever tôt chaque matin, non ?

25/10/2007

Sarkozy, Nouveau Centre, régimes spéciaux, Xavier Bertrand, taxe carbone, Borloo, Hulot, bébé sans-papiers en garde à vue : la vie est un long fleuve pollué

Si Nicolas Sarkozy était le Président de tous les Français…

- Les avocats ne seraient pas, comme par hasard, la seule profession en grève à trouver rapidement un accord avec le gouvernement. Si maintenant, même dans la contestation, il n’y en a que pour les classes les plus aisées…

- Il obligerait son Ministre de Travail, Xavier Bertrand, à dialoguer avec les syndicats sur les régimes spéciaux. Comment ne comprend-il pas que contrôleur de métro, c’est un métier fort en pénibilité : il faut travailler constamment dans les courants d’air, s’adosser à des murs comme des fusillés (pendant que des rats se faufilent tranquillement entre vos pieds), accepter de vivre en meute du matin jusqu’au soir, être en permanence au contact de la misère intellectuelle (les excuses des contrevenants sont souvent plus bidonnées que des articles de journaux) et savoir sanctionner ces pauvres gens sans défaillir… C’est à peine mieux que Ministre. L’adossement contre les murs en moins.

- Il ne serait pas partisan d’une loi uniquement créée pour financer avec l’argent public les « traîtres » du Nouveau Centre.

- Borloo, avec le soutien de Nicolas Hulot, ne serait pas obligé de demander la permission – en langage diplomatique, on dit : « l’arbitrage » -, à sa Seigneurie Nicolas Sarkozy pour imposer la taxe carbone au Grenelle de l’Environnement, une mesure enfin équitable pour sensibiliser tout le monde à l’incontournable dépollution de notre Planète.

- Il ne serait pas seulement présent auprès des policiers quand ils sont victimes dans l’exercice courageux de leur devoir. Il serait aussi là quand les policiers font preuve d’une lâcheté décisive, comme auprès des CRS violeurs de prostituées.

- Il ne laisserait pas placer en garde à vue un bébé sans-papier pendant 9 heures.

Et selon vous, que se passerait-il si Nicolas Sarkozy était le Président de tous les Français ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu