Avertir le modérateur

12/11/2007

Investitures Municipales, sondages, Cavada, Dati, grèves du 14 novembre : la boule de cristal, gouverne-t-elle toujours l’Elysée ?

Si Nicolas Sarkozy et l’UMP ne gouvernaient pas qu’avec l’aide des sondages :

- Ils ne décideraient pas des investitures sensibles en fonction de l’opinion publique : Jean-Marie Cavada dans le XIIème  arrondissement de Paris (capital dans la stratégie de conquête de la capitale) parce qu’il est meilleur que Rachida Dati dans les sondages ; ou encore Renaud Dutreil à Reims, parce qu’il mieux placé dans les sondages que Catherine Vautrin.

- Leurs promesses de la campagne électorale seraient concrètement applicables ; et pas seulement réalisables dans l’esprit des électeurs. Ah, déduction des intérêts d’emprunt pour les crédits immobiliers contractés avant le 6 mai, quand tu nous tiens…

- Ils n’afficheraient pas autant d’arrogance mal contenue vis-à-vis des syndicats, persuadés que le mouvement de grève lancé les 13 et 14 novembre tournera court, grâce au concours de l’opinion publique. En effet, une majorité de Français (55 à 61%) ne jugent pas cette grève « justifiée », selon des sondages BVA-Figaro-LCI et Ifop-Métro, mais 54% soutiennent le mouvement ou éprouvent de la sympathie à son égard, selon un autre sondage CSA-L'Humanité. Si une majorité des gens est bien d’accord pour estimer que les régimes spéciaux sont en l’état obsolètes, c’est parce que la même majorité de gens estime que tout le monde doit être logé à la même enseigne. Cheminots comme classes aisés. Or, l’actuelle Présidence de la République demande des efforts aux premiers et accorde des avantages financiers aux seconds. Et pour que personne ne doute de sa volonté profonde, elle vient d’augmenter de 172% le régime spécial du Président de la République…

- Ils n’auraient pas été élu par les seules couches de la population où ils étaient minoritaires : les moins de 24 ans et les plus de 60 ans. Autant dire, les couches les plus influençables de la population française, les premiers parce qu’il faut leur pardonner (parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils disent ; comme nous-mêmes, les anciens, ne savions pas ce que nous disions), et les seconds, parce qu’ils ne croient pas encore suffisamment ce média nouveau et insaisissable qu’on appelle Internet… Tiens, c’est étrange, il me semble d’ailleurs que ce sont les seules couches de la population qui ne sont pas des travailleurs actifs. Comme si le slogan « travailler plus pour gagner plus » n’avait touché que les classes non concernées…

Et selon vous, si le gouvernement ne réalisait pas ses choix politiques qu’en fonction des sondages, que se passerait-il dans notre beau pays ?

28/06/2007

Assemblée Nationale, femmes, jeunes et diversité : la France reste un pays conservateur

C’est bientôt les vacances, et mieux vaut ne pas trop réfléchir sur le bilan de l’année politique en matière de renouvellement de la classe dirigeante.

Passons sur le conservatisme au Parti Socialiste et à l’UMP : les reconductions de François Hollande à la tête du PS et de Jean-Marc Ayrault à la présidence du groupe PS à l’Assemblée Nationale (poste qu’ils occupent tous deux depuis 1997) étaient attendues. Dans certaines entreprises françaises, on baptise - sans rire - ce type de boulervesement novateuro-révolutionnaire : "le changement dans la continuité". 

Côté UMP, on préfère le statu quo à la volonté de trancher : Patrick Devedjian et Jean-Pierre Raffarin ont été renvoyés dos à dos par Nicolas Sarkozy, lequel reste le « patron naturel » pour l’ancien Premier Ministre.

Quant à l’accession de Bernard Accoyer au Perchoir, il est l’homme de la réglementation de la profession de psychothérapeute qui avait provoqué une belle polémique en 2003, réglementation dont les décrets n’ont (heureusement) pas été publiés, ce qui rend sa loi inapplicable. Accoyer veut « moderniser » le travail parlementaire : qu’il commence par tirer les leçons de sa loi laissée en suspens…

Si l’on regarde de plus près les statistiques concernant nos députés, on s’aperçoit que la France reste un pays puissamment conservateur.

Sur 577 députés, on ne compte que 143 nouveaux élus, 105 femmes, 23 élus âgés de moins de quarante ans (contre une centaine en 1981) et une seule député de couleur en France métropolitaine (pour seulement 27 candidats présentés par le PS et l’UMP). Pour la première fois depuis le début de la Vème République, les députés de plus de 55 ans détiennent la majorité absolue, représentant 6 élus sur 10 (contre 48% des effectifs il y a 5 ans) ! Le Papy Boom a fait des siennes : 22,4% des acteurs du Palais-Bourbon ont entre 60 et 64 ans.

C’est encore plus triste du côté des responsabilités. L’UMP a respecté la proportionnelle : 43 femmes sur 318 élus donc, sur les neuf vice-présidents élus par les députés UMP ne figure qu'une seule femme, Arlette Grosskost (Haut-Rhin). Et encore, celle-ci avait été révoltée par la nomination au gouvernement du maire (ex-)socialiste Jean-Marie Bockel. Elle avait alors claqué la porte du groupe UMP, avant de le réintégrer suite à cette nomination. Si les femmes doivent faire des colères pour avoir droit à des strapontins, on ne cessera malheureusement jamais dans l’histoire française de l’Humanité de parler de l’origine du mot « hystérie » (dérivé du mot grec « hystera » signifiant « utérus »)… Le PS n’est pas en reste : une femme élue sur 4 députés, les socialistes ont « lâché » un des trois postes importants qui leur étaient dévolus à l’Assemblée Nationale. Pas le poste de Président du groupe. Ni celui, tant médiatisé, de la présidence de la commission nationale. Mais celui de questeur. Euh… pardon, de questrice.

Selon une source cité dans Libération, la parité dans l’hémicycle existe bien à un moment : quand les textes de loi sont discutés la nuit… et encore, les femmes députés seraient alors plus nombreuses que leurs homologues masculins !

On pourrait se dire qu’ailleurs, en Europe, on ne fait guère mieux. Pas de bol : l’argument fait « pschitt ! ».

En décembre 2005, une femme ouvertement lesbienne, Margo James, a été désignée vice-présidente du Parti conservateur, le premier parti d'opposition britannique, par David Cameron, le nouveau leader tory. Quant à Madame Sayeeda Warsi (photo de gauche), une avocate de 34 ans, elle a également été désignée vice-présidente du parti et chargée du dossier des villes.

C’est « abracadantesque », non ?

Post-scriptum : merci à Béatrice qui m’a inspiré ce billet d’humeur

13/06/2007

Ségolène Royal et Bayrou dans « La France des 93000 » : hors alliance PS – MoDem, leur PACS durera !

Ça manque terriblement d’hommes au Parti Socialiste, vous ne trouvez pas ?

DSK, Fabius, Delanoë, Hollande, Montebourg, Mauroy, Rocard, Hamon… que de mâles s’expriment au nom du PS, avec une virilité de plus en plus fracassante ! Ségolène Royal n’est en fait que le chêne qui cache la forêt ; une forêt PS qui ressemble à un champ de roseaux, courbés par le vent puissant du pouvoir UMP et dont les racines poussent allégrement dans un marécage d’idées vaseuses…

Au Parti Socialiste, et à l’exception de Ségolène Royal, les femmes n’ont guère la parole. Tandis qu’à l’UMP, on a compris depuis longtemps que la diversité, à défaut de la pratiquer, il fallait l’afficher. Valérie Pécresse et Rachida Dati ont ainsi gagné leur portefeuille ministériel à la force du poignet - notamment des directs du droit dans les pensées de gauche – sur les plateaux de télévision. Le Parti socialiste a pratiquement respecté la parité femmes / hommes (45,5% de candidates), tandis que 3 candidats UMP sur 4 sont des hommes (et 4 sur 4, dans les 14 circonscriptions stratégiques du Rhône). A votre avis, qu'ont retenu les Français ?

Même douloureux constat avec l’icône black de l’UMP, la belle et jeune secrétaire nationale à la francophonie à l'UMP Rama Yade, vue partout sur les médias, pressentie pour un poste ministériel après les législatives, et dont l’art d’exprimer des sentiments froids et inconsistants n’a échappé à personne. Pourtant, il n’y a eu qu’un seul candidat noir de l’UMP en métropole, Six Emmanuel Njoh, et personne ne l’a relevé…

Hier, le peloton d’exécution du PS le Bureau national du PS s’est réuni. Il a déclaré de manière « unanime » refuser toute stratégie d'alliance avec le parti de François Bayrou. Dans sa ligne de mire : Ségolène Royal, qui avait tenté de contacter dès lundi dernier le fondateur du MoDem. L’artillerie lourde sera alignée dès le 18 juin. A la sortie du Bureau National, Claude Bartolone, le porte-flingue de Fabius, a confié quelque chose comme « si vous croyez que je ne vais pas pouvoir me retenir encore cinq jours avant de dire tout ce que je pense de tout cela… ».

Comme l’armée des ombres socialistes ne parvient pas à lutter contre le rouleau-compresseur UMP, il est plus facile de s’en prendre à une femme isolée. Isolée de sa garde (trop) rapprochée d’éléphants, mais pas des électeurs socialistes, qui l’ont largement choisie en novembre dernier et continuent de la plébisciter aujourd’hui.

C’est dommage, car le fameux bouclier fiscal de l’UMP, promis aux 93 000 foyers les plus riches de France, commence à se fissurer, surtout avec l’annonce calamiteuse d’une taxe sociale, reportée à 2009 et dont le nom a déjà changé tant l’autorisation de mise sur le marché de cette pilule miracle pour soigner la Sécurité Sociale semble connaître des ratés

La situation actuelle en France pourrait être une parodie de la série télévisée « les 4400 ». Ce feuilleton, dont le pilote sortirait dès la première cession parlementaire dans l’Hexagone, aurait pour titre : « les 93 000 ».

Les 93 000 (foyers fiscaux privilégiés) avaient en effet disparu au cours des 60 dernières années. Plus exactement, leurs actifs seraient devenus complètement inactifs à force d’impôts et de taxes diverses. Quant ils reviennent participer de manière soutenue à l’économie française, réapparaissant d’un coup d’un seul en 2007, ils n’ont pas vieilli dans leur tête, même si leurs capitaux financiers ont bien mûri. Attention : ils n’ont plus aucun souvenir du passé. Certaines personnes du gouvernement, vont-elles chercher à prendre contact avec ces gens dotés de pouvoirs surnaturels ? En effet, les 93 000 ne ressemblent pas au commun des mortels. Par exemple, ils peuvent, du jour au lendemain, s’évader durant plusieurs jours sur un yacht superbe…

Un couple ose enquêter ouvertement sur le mystère de 93 000 : Ségolène Royal et François Bayrou. Pour leurs services respectifs, ils apparaissent comme des marginaux.

La suite ? A vous de la trouver…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu