Avertir le modérateur

05/11/2007

Sarkozy, Tchad, Arche de Zoé, Cécilia, Lagarde, voyage aux Etats-Unis, rottweiler : l’impossible vie de super-héros

Si Nicolas Sarkozy était réellement un super héros aux supers pouvoirs cachés du grand public :

- Il n’irait pas sauver que des infirmières bulgares ou des hôtesses de l’air espagnoles. Ou que des non-français, sauf s’ils sont journalistes. Il s’attaquerait à Poutine ; à un vrai méchant ! Sans chercher à le draguer en 4x4…

- Il n’aurait pas besoin d’être protégé par une armée pour une simple visite en Corse.

- Il ne se planquerait pas derrière Cécilia pour (oser) parler à Kadhafi

- Tout le monde se serait foutu de son divorce avec Cécilia : le super-héros n’est jamais amoureux.

- Il obligerait Christine Lagarde à tenir sa grande promesse pour 2007 : se mettre elle-même au vélo, pour contrer la flambée du pétrole. Ma Ministre de l’Economie en short ? Chiche !

- Il n’aurait pas dit « Travaillez plus pour gagner plus » : un super-héros ne ment jamais.

- Il n’aboirait pas dans le vide à propos des rottweilers.

- Il porterait un masque ou une cagoule lors de ses interventions. Remarquez, après le 6 mai, le masque est tombé sur bien des propositions promises durant la campagne électorale. Demandez à ceux qui ont cru à la déduction des intérêts d’emprunt pour tous…

- Il affronterait les syndicats les yeux dans les yeux, au lieu d’aller mardi et mercredi aux Etats-Unis pour implorer Washington de classer (enfin) la France dans les « puissances du bien ».

Et selon vous, à quels indices peut-on remarquer que l’actuel Président de la République n’est pas un super-héros ?

03/09/2007

De Villepin, Chirac, Sarkozy, plan de rigueur selon Lagarde : Clearstream, une bombe (vraiment) à retardement ?

Nicolas Sarkozy a la dent dure, et la mâchoire étendue. Les groupes de rap, en particulier La Rumeur, savent à quel point l’ancien Ministre de l’Intérieur et néo-Président de la République ne lâchent jamais sa proie, une fois le combat engagé.

Alors, quand cet homme rétorque à Chirac à propos de l’affaire Clearstream, comme il est écrit page 356 de « La Tragédie du Président » de Franz-Olivier Giesbert, « Un jour, je finirai par retrouver le salopard qui a monté cette affaire et il finira sur un crochet de boucher », personne ne peut douter de sa ténacité…

Ni l’ancien Président de la République. Ni Dominique de Villepin.

Mis en examen dans l'affaire Clearstream pour « complicité de dénonciation calomnieuse, recel de vol, recel d'abus de confiance et complicité d'usage de faux » et jugé comme un citoyen ordinaire, ce dernier sort ses griffes face aux mâchoires serrées de Monsieur Sarkozy.

Rappelons pour ceux qui ont hiberné cet été en raison d’une météo défaillante, que Dominique est définitivement sorti de l’Atlantique ruisselant de beauté comme au temps où il pensait succéder à son mentor (Jacques Chirac) et qu’il semble désormais tremper dans une eau polluée et sentant définitivement le fuel : il est soupçonné, à travers l’affaire Clearstream, d'avoir participé à une manipulation politique visant à nuire à Nicolas Sarkozy.

Dans Le Parisien Dimanche, quelques jours après une première intervention choc sur TF1, Dominique de Villepin en remet une couche sur le gouvernement qui lui a succédé : « Le risque, dans notre pays, c'est que la course aux honneurs et aux places, le développement d'un esprit de cour, par la flatterie, la peur et l'intérêt tuent l'esprit critique. (…) Je veux avec force qu'on évite le conformisme, cet unanimisme stérile. » Quant à la rupture du président de la République, De Villepin la jugera à l'aune du chômage : « Si dans deux ans, nous parvenons à baisser le taux de chômage de plus de deux points comme mon gouvernement l'a fait dans les deux dernières années, j'en serai très heureux. »

Dernier avertissement : il invite à « éviter l'ingratitude » vis-à-vis de Jacques Chirac.

On ne peut être plus clair : si Monsieur Sarkozy le cherche, il le trouvera.

Gageons que du côté de Jacques Chirac, les armes sont également affûtées, prêtes à servir. La Nation ? Je crains que non.

Après trois années de vils et déloyaux sévices, les fortes têtes de la droite française n’en ont donc toujours pas fini avec leurs querelles intestines...

Alors que s’annonce un plan de rigueur selon la Ministre de l’Economie Christine Lagarde (certes démenti par François Fillon), n’est-ce pas le bon moment pour Nicolas Sarkozy de faire « la Paix des Braves », de centrer TOUS ses efforts sur la France, et non sur des règlements de compte personnels ?

Sarkozy se gausse de savoir exploiter les meilleurs talents du Parti socialiste. Les gens de gauche ne peuvent-ils pas aussi lui rendre la pareille en l’invitant à ne pas pourrir les anciens talents de la droite ?

15/06/2007

Environnement, Juppé à vélo : ce nouveau logo du développement durable pourrait être retiré dès dimanche, après les législatives à Bordeaux

C’est une image qui choque, et pourtant, elle devrait rassurer : Alain Juppé à vélo.

Le Super Ministre de l'Environnement se déplace désormais sur un beau vélo hollandais entre son ministère du boulevard Saint-Germain, l'Hôtel Matignon et son domicile… trois lieux situés dans le VIIème  arrondissement de Paris. Ne riez pas : un européen sur 3 prend son véhicule pour parcourir... moins de 3 kilomètres ! 1

Candidat à la députation dans la 2ème circonscription de Gironde, monsieur Juppé s'est même rendu en deux-roues dans le bureau de vote de l'école Albert Barraud, en compagnie de sa femme et sa fille.

A chaque fois, Alain Juppé ne portait pas de casque, même si cette sécurité ne figure pas dans les 10 commandements de l’éco-cycliste. 2

On peut aimer le vélo, sans se passionner pour le ridicule. D’autant que les photographes et les cameras de télévision sont souvent présents pour immortaliser la scène.

Certes, le numéro 2 du gouvernement Fillon a la tête dure et ne craint pas les chutes. Il l’a prouvé en décembre 1995, lors de son premier plan pour l’environnement, en contraignant les Français à la marche à pied durant trois semaines grâce aux grèves des Transports. Quant aux chutes, il a appris à s’en relever plus vite que la moyenne, à en juger par la vitesse avec laquelle il a repris la mairie de Bordeaux sitôt son année d’inéligibilité terminée.

Alain Juppé cherche à montrer clairement que l’air vivifiant du Canada lui est monté à la tête. Et qu’il n’est pas présent en politique pour recycler seulement les vieilles casseroles traînées par d’autres que lui.

Mais aujourd’hui encore, Juppé à vélo, c’est une image qui prête encore à rire. Non ? 

Si ! Si !

Aussi étonnant que cela puisse vous paraître, Monsieur Le Ministre, cette image n’est pas crédible. Elle ne semble pas correspondre à l’adoption d’un réflexe naturel, profitable à notre belle Planète Bleue. On a même le fort sentiment qu’il s’agit d’un geste marketing, d’un logo trouvé par une agence aussi performante que celle choisie par le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques de Londres 2012. Un peu comme si Christine Lagarde, chargée des questions agricoles, venait bosser en tracteur ; ou si Christine Boutin, déléguée au Logement, habitait un HLM. 3

En outre, en matière d’écologie, Alain Juppé a avoué son « enthousiasme de néophyte ». Il se souvient bien, lorsqu’il était Premier Ministre, avoir pris « une décision courageuse en interdisant, dans une vallée des Pyrénées, malgré l'opposition d'EDF et de mon ministre de l'Industrie, la construction d'une ligne électrique à haute tension qui allait défigurer le paysage. » Mais guère plus. Ah si… l’inauguration d’une usine de fabrication d’éthanol « à l’époque ». Juppé, précurseur ? Pas vraiment. C’est l’an dernier, au Canada, qu’il a pris conscience « du danger qu’encourait la planète si on ne faisait rien ». Remarquez, comparé à l’attitude de George W. Bush au récent G8, Alain Juppé est effectivement un précurseur…

N’accablons pas Alain Juppé, même s’il devra changer de braquet pour convertir le programme présidentiel de Nicolas Sarkozy à l’écologie, lequel a été le plus mal noté de tous les projets des candidats à l’Elysée par l’Alliance pour la Planète (8,5/20, contre 16/20 à Ségolène Royal).

En effet, Alain Juppé a déjà posé, sans tarder, les jalons du « Grenelle de l’Environnement » prévu à l’automne prochain. Il a occupé Matignon, ce qui lui confère une excellente vue transversale des dossiers (entre Ministères), absolument impérative pour réussir dans sa mission. Il expérimente à Bordeaux le transport urbain de l’avenir (le tramway), avec ses difficultés et ses avantages, sachant que les transports sont à l’origine de 25% des émissions de CO2 en France. Il conserve aussi une certaine lucidité sur certains dossiers brûlants comme le nucléaire, qui n’est pas, selon lui, la solution « à échéance de 3 à 4 décennies », mais dont on ne peut se passer aujourd’hui4.

Il est vrai qu’il s’agit là d’un regard sur cet homme politique, réalisé sans la complicité du Canard Enchaîné. Juste avant sa nomination, le Super-Ministre de l’Ecologie et du Développement Durable s’est débarrassé d’un croiseur qui rouillait sur les quais de Bordeaux avec, à son bord, 35 tonnes d’amiante. Il l’a « refourgué » à l’armée, qui, comme on le sait depuis l’affaire du Clémenceau, possède une puissance de dégazage monstrueuse pour recycler les poubelles de mer… Récemment, pour l’inauguration du TGV-Est, Monsieur Juppé a pris le train en route à Metz, en compagnie du Premier Ministre François Fillon… en rappelant, bien évidemment, combien le rail était meilleur pour Dame Nature que la voie des airs. Enfin, cet homme complet n’instituera pas de moratoire sur l’OGM le plus cultivé de France, le maïs OGM mon 810, dont les anomalies restent inexpliquées selon Greenpace. Il a visiblement baissé Lagarde devant Christine, sa déléguée à l’agriculture, pour la seconde fois… Ce qui fait dire à l’association de défense de l’environnement : « Le gouvernement accumule en effet les positions anti-écologiques. En effet, le 13 juin, la France acceptait au Conseil européen des ministres de l'agriculture que les produits biologiques puissent contenir jusqu'à 0,9% d'OGM alors qu'elle avait la possibilité de voter contre cette décision qui va décrédibiliser l'agriculture biologique. »

Avant de juger Alain Juppé sur ses actes à moyen terme (ce qui sera fait sur Linfonaute) plutôt qu’à sa posture sur son beau vélo hollandais, attendons d’abord que le candidat UMP de la deuxième circonscription de Gironde, bien qu’en situation de ballotage favorable, passe le cap des législatives, sous peine de devoir rendre son portefeuille ministériel comme l’a exigé le Premier Ministre François Fillon…

Et vous, Juppé à vélo, ça vous inspire quoi ? 

 

1 En ville, la voiture est utilisée dans 80% des déplacements, représentant la première source de pollution de l’air. Conséquence de ces comportements : 700 000 tonnes de pétrole brûlées et 400 000 tonnes de polluants divers rejetées dans l’air.

 

2 Les 10 engagements de l’ÉCOcycliste :

1- Je ramène tous mes déchets, de la chambre à air usagée aux emballages alimentaires en utilisant pour cela la poche arrière de mon maillot.

2- Je préfère les produits recyclables ou recyclés.

3- Je nettoie mon vélo, sans excès de lavage, avec des produits biodégradables.

4- J’entretiens mon équipement pour qu’il dure plus longtemps.

5- Je respecte les espaces naturels protégés.

6- Je respecte les cultures, clôtures et troupeaux, les piétons et les trottoirs.

7- Je choisis le vélo pour mes petits déplacements UTILITAIRES.

8- Je milite pour le vélo autour de moi, et dans ma commune.

9- Je fais l’éducation cycliste de mes enfants.

10- Je respecte tous les gens que je rencontre.

3 Je n’ai rien contre les « Christine » ; j’en ai même aimé une, jadis !

4 J’ai personnellement vécu près d’une centrale nucléaire (Cattenom) durant une dizaine d’années.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu