Avertir le modérateur

29/09/2007

Royal, Fillon, Juppé, Claude Chirac, Cécilia Sarkozy et Monsieur, Eric Besson, Jospin, Hollande Laporte, Aulas et OL : Linfonaute, le top TEN

 Après sept mois et demi d’existence, L’Infonaute a déjà accueilli plus de 80 000 visiteurs, plus de 250 notes et 450 commentaires… mais quels sont les sujets qui vous ont le plus passionnés ?

Voici donc le Top 10 des plus fortes influences sur L’Infonaute :

 

1er. 19 juin 2007 : au lendemain du second tour des législatives, l’actualité est chargée : le gouvernement est définitivement formé, et la séparation de cœur entre Royal et Hollande est officialisée.

Hollande, Royal et le PS : quelle était la séparation… des pouvoirs ?

Composition gouvernement Fillon II : Bockel, Amara, Laporte, Borloo, Yade, Wauquiez… le Mercato s’est terminé mardi midi.

5906 visiteurs

 

2ème. 15 juin 2007 : c’est chaud pour le super Ministre de l’Environnement dans sa bonne ville de Bordeaux. L’Infonaute ose la question qui tue : peut-il se balader à vélo comme un écolo modèle et se compromettre sur les OGM ?

Environnement, Juppé à vélo : ce nouveau logo du développement durable pourrait être retiré dès dimanche, après les législatives à Bordeaux

5814 visiteurs

 

3ème. 6 septembre : Claude Chirac est menacée par une histoire vieille de 14 ans. Une découverte inopinée ?

Claude Chirac en justice : après De Villepin, et en attendant le Grand Jacques, c’est à son tour de d’être dans le collimateur. De qui ?

5210 visiteurs

 

4ème. 16 juin 2007 : Eric Besson s’explique sur ses choix… dans Gala. A la veille du second tour des législatives…

Eric Besson dans « Gala » : Pose combat ?

3635 visiteurs

 

5ème. 5 septembre 2007 : le Président de la République écrit aux enseignants. Cette première soulève, comme toujours (systématiquement ?) en France, une réaction immédiate de la part des membres de l’Education Nationale…

Sarkozy, refondation de l’école, lettre aux enseignants : un cours ou une claque magistral(e) ?

3156 visiteurs

 

6ème. 12 juin 2007 : la TVA sociale mobilise… la protestation sociale. La gaffe de Borloo est un moment de rafraîchissement durant la campagne des législatives particulièrement puissant, comme en aurait bien besoin la Terre en ce moment…

TVA sociale : Fillon et Sarkozy réinventent l’usage de l’adjectif. A quand l’impôt bienfaisant et régénérateur ?

2881 visiteurs

 

7ème. 17 septembre 2007 : Lionel Jospin n’est pas mort, mais il hante la politique à nouveau. Son dernier livre est le premier meurtre politique avec préméditation…

Delanoe et Jospin : le pilote et le frein à main. Quand Yoyo assassine Ségolène Royal dans L’impasse…

2666 visiteurs

 

8ème. 16 août 2007 : Cécilia Sarkozy a droit à une vie privée. Elle n’est pas tenue de « jouer un rôle », « tenir un rang », ou à d’autres obligations d’un autre temps ou d’une autre classe. En revanche, elle ne doit pas parasiter l’action du Président de la République…

Cécilia Sarkozy : premier drame ou première Dame de France ? La crise boursière, serait-elle secondaire par rapport aux crises de shopping de l’épouse de Nicolas S., Président de la République Française ?

2064 visiteurs

 

9ème. 14 août 2007 : le président Aulas se met une fois de plus en avant pour protéger ses joueurs…

OL, Aulas, Cris, Toulouse, Thuram et transferts : pourquoi le président de l’Olympique Lyonnais devrait cesser de jouer la pleureuse

1733 visiteurs

10ème. 10 septembre 2007 : le XV de France a perdu le match d’ouverture de la Coupe du Monde de rugby. L’omniprésence des médias dans les vestiaires avait déjà porté préjudice aux Bleus de Lemerre en 2002…

XV de France, Bernard Laporte : après la défaite contre l’Argentine, faut-il laisser TF1 perturber la préparation des Bleus ?

1309 visiteurs

18/06/2007

Résultats, législatives, 2ème tour : Juppé battu à Bordeaux. Pour l’environnement, UMP et PS restent dans la même galère… le Titanic, l’Arche de Noé, le France ou le Clémenceau ?

Alain Juppé s’est incliné au deuxième tour des législatives, dans la circonscription « historique » de Jacques Chaban-Delmas, tenue par la droite depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Cette défaite contraindrait François Fillon à un ample remaniement ministériel. Le futur Super Ministre de l’Environnement se devra de donner un signal fort en faveur des écologistes pour faire basculer le maximum de Français de bons sentiments envers le développement durable à une love story qui changera à jamais leur quotidien.

 

Mon billet sur le vélo d’Alain Juppé, le premier Super Ministre de l’Environnement, a suscité beaucoup de réactions… essentiellement sur le vélo du Maire de Bordeaux. Les commentaires se sont nettement moins attardés sur ses premiers « oublis » de devoirs envers la Nature (la tolérance de traces d’OGM dans l’alimentation certifiée Bio, le refus du moratoire sur l’OGM le plus utilisé en France).

Certains Infonautes, peu attentifs à l’usage des mots, ont cru lire que je dénonçais qu’Alain Juppé venait de se mettre au vélo pour de basses raisons électoralistes. Que nenni.1

D’autres lecteurs inattentifs ont, quant à eux, pensé que je m’insurgeais contre un Ministre qui osait faire la publicité d’un geste bénéfique pour le développement durable en assurant lui-même la promotion. Que nenni Bis !

Ce qui m’a choqué, c’est cette image d’Alain Juppé en vélo, utilisée à tour de bras mollets par les médias et le présentant comme le Monsieur Roule-Propre du gouvernement. D’une part, par rapport à sa flexibilité déjà éprouvée deux fois face aux OGM – même s’il exprimait (sans agir) des « doutes » vis-à-vis de l’autorisation de traces d’OGM. Et d’autre part, par rapport au fait que Monsieur Juppé ait préféré réduire à néant les tonnes de kilos de CO2 qu’il a épargné à notre Planète en se déplaçant à bicyclette en choisissant d’aller inaugurer en avion le TGV à Metz – plutôt que de le prendre dès la gare de l’Est, à quelques kilomètres en vélo du Ministère de l’Environnement. Cette dernière information est parue cette semaine dans le Canard Enchaîné et a été fort peu relayée par ailleurs.

Pour moi, un « coup marketing », c’est chercher à vendre les qualités d’un produit (ou d’une personne) de manière largement surévaluée. Ce qui m’a semblé être le cas avec Alain Juppé en vélo par rapport à ses premières décisions en tant que Super Ministre de l’Environnement.

Avec ce genre de « coup marketing », le danger était de finir par faire croire à l’opinion publique que le « petit vélo », c’est dans la tête qu’il l’avait, Monsieur Roule-Propre… Et j’ai trop de respect et d’espoir en cette nouvelle fonction de Vice-Premier Ministre en charge de l’Environnement et du Développement Durable pour laisser l’opinion publique sombrer dans une telle facilité de critique.

Bloggeur attentif à l’usage des mots des Infonautes, j’ai souligné ce manque de cohérence d’Alain Juppé en commentaires. Ce qui m’a finalement valu cette insulte suprême : vous en voulez au monde du vélo ! Une insulte dont le corollaire n’a pas tardé : Pédale toi-même !

Non, je ne pédale pas : je marche. Tous les matins pour aller au travail. Une heure et quart de marche rapide, qu’il pleuve (pas trop fort), ou qu’il vente (à en décorner les bœufs) ! Authentique. Je ne marche pas par vocation altruiste, mais pour des raisons strictement égoïstes : pour préserver ma santé de sédentaire.

C’est un joyeux hasard : on me reproche de critiquer ce que je ne sais pas faire (du vélo), alors que je le fais… autrement ! Mais qu’importe : s’il faut pratiquer le geste que l’on critique pour avoir le « droit » de le critiquer… qui va critiquer les « serial-killer » ?  Michel Fourniret ?

Mon insolence a été de réclamer un minimum de cohérence à notre Super Ministre de l’Environnement. Pour une raison simple : parce que la sensibilisation du grand public jouera un rôle fondamental pour faire basculer le maximum de Français de bons sentiments envers le développement durable à une love story qui changera à jamais leur quotidien.

Si le Ministre de l’Environnement n’est pas le premier à s’appliquer ce qu’il exigera des autres, les Français, qui en ont assez de la politique à l’ancienne – que l’on peut résumer à : « je dis, mais je ne fais pas ; je vous le demande, mais je ne me l’applique pas » -, remettront à demain ce que l’on ne pourra plus faire dans 5 ans. En effet, hasard du calendrier électoral, les Terriens ont encore cinq ans pour rendre réversible le processus du réchauffement climatique, selon le WWF.

A partir d’aujourd’hui, donc, UMP, PS, MoDem et le futur grand parti antilibéral sont dans le même bateau, une Arche dans laquelle nous sommes tous embarqués. Mais il n’y a plus de Noé pour Nous sauver « contre malgré Nous », pour Nous permettre de tout effacer de notre passé et de recommencer à zéro, pour Nous choisir symboliquement par couple comme s’il n’y avait à garder de toutes les espèces vivantes que l’Amour.

Nous sommes désormais seuls pour décider de la destinée de cette galère quotidienne dans laquelle, n’en doutons pas, il va falloir ramer à contre-courant pour avoir une chance de transmettre la Planète Bleue en héritage à nos descendants, et non pas un lieu hostile et rougeoyant comparable à Venus, une planète subissant un important effet de serre2.

Cette galère quotidienne, s’apparentera-t-elle à la destinée du paquebot France, des années de prestige et de rayonnement international pour notre pays stoppées d’un coup d’un seul, parce que l’on n’a pas su préparer sa reconversion dans un autre monde ?

Cette galère quotidienne, s’apparentera-t-elle au Titanic, un bateau qui ne sera délivré de la médiocrité rendue à Dame Nature que par la chute d’une météorite ?

Ou encore, cette galère quotidienne, s’apparentera-t-elle au Clémenceau, un bateau dont on a cherché à se débarrasser afin de déléguer à « d’autres » sa dépollution – alors qu’on aurait pu tout aussi le faire disparaître au fond des mers… - et qui, sous la pression de l’opinion publique (il s'agit là d'une hypothèse), sera finalement pris en charge grâce à la contribution de chacun de Nous, bien que cela nous en coûte sans changer (en apparence) le destin quotidien de chacun ?

L’environnement est un enjeu dans lequel nous avons tous un rôle à jouer, d’autant qu’à travers nos activités quotidiennes, nous sommes à moitié responsables de l’effet de serre.

C’est pourquoi il ne fallait pas résumer l’action d’Alain Juppé à la libre interprétation de l’image de l’ancien numéro 2 du gouvernement à vélo.

Même si, comme l’a fait remarquer Andrew en commentaires, « Alain Juppé se déplace toujours à Vélo ou à pied dans la ville depuis qu'il n'est plus premier ministre. Il est à l'origine du formidablement développement des pistes cyclables le long des quais de Garonne. » Et qu’il ne s’agissait en aucun cas, de s’en prendre aux passionnées de la Petite Reine (dont je suis ; je l’ai précisé de quelle façon en Commentaires), comme l’a imaginé dans son virulent Post Villareymond : « 2% pour les écolos aux présidentielles ! C'est un chiffre qui dispense les prétendus défenseurs de la planète tendance trotskyste de donner des leçons à M. Juppé et aux autres adeptes du vélo. (…) » TiM a bien résumé la situation : « La plupart des gens qui commentent l'article ne l'ont absolument pas compris, ça me chagrine. Il ne s'agit pas de dénigrer le fait que Juppé roule à vélo, mais de dire que ce type manque totalement de cohérence et de légitimité, en se posant d'une certaine manière en donneur de leçons alors qu'il a pollué bien plus que sa part rien qu'en un seul déplacement en avion. Personne n'a jamais dit que Juppé ne roule jamais à vélo. Et pour ceux qui s'attaquent au coté subjectif et partisan de l'article, rappelez vous qu'il s'agit d'un BLOG et pas d'une dépêche Reuters. »

Linfonaute se veut un lieu de débat. Pas un punching-ball en libre-service sur le Web, où les infonautes pourront se défouler à volonté. Mais un RING, sur lequel je voudrai toujours monter pour combattre d'argument à argument.

Personnellement, j’espère que le successeur de Monsieur Alain Juppé incarnera le Vice Premier-Ministre en charge l’environnement et du développement durable, au sens du Pacte Ecologique de Nicolas Hulot déjà entendu par 740 000 personnes à la date d’aujourd’hui). Les cinq prochaines années seront décisives. Nous n’avons plus le choix.

Pour ma part, j’apporterai bientôt sur Linfonaute le début d’un embryon de point de départ de solution pour permettre une action environnementale de masse dans notre pays dépassant les clivages politiques.

Et vous, qu’avez-vous pensé des premières (et seules) décisions d’Alain Juppé en tant que Super Ministre de l’Environnement ? 

1 Vous pouvez vérifier de vous-même, la page n’a pas été remise à jour.

2 Lire à ce sujet l’excellent livre « Réchauffement : le climat change, et nous ? » par Laurent Turpin (géochimiste-climatologue), paru dans la collection « on se bouge ! » (9,80 €)

15/06/2007

Environnement, Juppé à vélo : ce nouveau logo du développement durable pourrait être retiré dès dimanche, après les législatives à Bordeaux

C’est une image qui choque, et pourtant, elle devrait rassurer : Alain Juppé à vélo.

Le Super Ministre de l'Environnement se déplace désormais sur un beau vélo hollandais entre son ministère du boulevard Saint-Germain, l'Hôtel Matignon et son domicile… trois lieux situés dans le VIIème  arrondissement de Paris. Ne riez pas : un européen sur 3 prend son véhicule pour parcourir... moins de 3 kilomètres ! 1

Candidat à la députation dans la 2ème circonscription de Gironde, monsieur Juppé s'est même rendu en deux-roues dans le bureau de vote de l'école Albert Barraud, en compagnie de sa femme et sa fille.

A chaque fois, Alain Juppé ne portait pas de casque, même si cette sécurité ne figure pas dans les 10 commandements de l’éco-cycliste. 2

On peut aimer le vélo, sans se passionner pour le ridicule. D’autant que les photographes et les cameras de télévision sont souvent présents pour immortaliser la scène.

Certes, le numéro 2 du gouvernement Fillon a la tête dure et ne craint pas les chutes. Il l’a prouvé en décembre 1995, lors de son premier plan pour l’environnement, en contraignant les Français à la marche à pied durant trois semaines grâce aux grèves des Transports. Quant aux chutes, il a appris à s’en relever plus vite que la moyenne, à en juger par la vitesse avec laquelle il a repris la mairie de Bordeaux sitôt son année d’inéligibilité terminée.

Alain Juppé cherche à montrer clairement que l’air vivifiant du Canada lui est monté à la tête. Et qu’il n’est pas présent en politique pour recycler seulement les vieilles casseroles traînées par d’autres que lui.

Mais aujourd’hui encore, Juppé à vélo, c’est une image qui prête encore à rire. Non ? 

Si ! Si !

Aussi étonnant que cela puisse vous paraître, Monsieur Le Ministre, cette image n’est pas crédible. Elle ne semble pas correspondre à l’adoption d’un réflexe naturel, profitable à notre belle Planète Bleue. On a même le fort sentiment qu’il s’agit d’un geste marketing, d’un logo trouvé par une agence aussi performante que celle choisie par le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques de Londres 2012. Un peu comme si Christine Lagarde, chargée des questions agricoles, venait bosser en tracteur ; ou si Christine Boutin, déléguée au Logement, habitait un HLM. 3

En outre, en matière d’écologie, Alain Juppé a avoué son « enthousiasme de néophyte ». Il se souvient bien, lorsqu’il était Premier Ministre, avoir pris « une décision courageuse en interdisant, dans une vallée des Pyrénées, malgré l'opposition d'EDF et de mon ministre de l'Industrie, la construction d'une ligne électrique à haute tension qui allait défigurer le paysage. » Mais guère plus. Ah si… l’inauguration d’une usine de fabrication d’éthanol « à l’époque ». Juppé, précurseur ? Pas vraiment. C’est l’an dernier, au Canada, qu’il a pris conscience « du danger qu’encourait la planète si on ne faisait rien ». Remarquez, comparé à l’attitude de George W. Bush au récent G8, Alain Juppé est effectivement un précurseur…

N’accablons pas Alain Juppé, même s’il devra changer de braquet pour convertir le programme présidentiel de Nicolas Sarkozy à l’écologie, lequel a été le plus mal noté de tous les projets des candidats à l’Elysée par l’Alliance pour la Planète (8,5/20, contre 16/20 à Ségolène Royal).

En effet, Alain Juppé a déjà posé, sans tarder, les jalons du « Grenelle de l’Environnement » prévu à l’automne prochain. Il a occupé Matignon, ce qui lui confère une excellente vue transversale des dossiers (entre Ministères), absolument impérative pour réussir dans sa mission. Il expérimente à Bordeaux le transport urbain de l’avenir (le tramway), avec ses difficultés et ses avantages, sachant que les transports sont à l’origine de 25% des émissions de CO2 en France. Il conserve aussi une certaine lucidité sur certains dossiers brûlants comme le nucléaire, qui n’est pas, selon lui, la solution « à échéance de 3 à 4 décennies », mais dont on ne peut se passer aujourd’hui4.

Il est vrai qu’il s’agit là d’un regard sur cet homme politique, réalisé sans la complicité du Canard Enchaîné. Juste avant sa nomination, le Super-Ministre de l’Ecologie et du Développement Durable s’est débarrassé d’un croiseur qui rouillait sur les quais de Bordeaux avec, à son bord, 35 tonnes d’amiante. Il l’a « refourgué » à l’armée, qui, comme on le sait depuis l’affaire du Clémenceau, possède une puissance de dégazage monstrueuse pour recycler les poubelles de mer… Récemment, pour l’inauguration du TGV-Est, Monsieur Juppé a pris le train en route à Metz, en compagnie du Premier Ministre François Fillon… en rappelant, bien évidemment, combien le rail était meilleur pour Dame Nature que la voie des airs. Enfin, cet homme complet n’instituera pas de moratoire sur l’OGM le plus cultivé de France, le maïs OGM mon 810, dont les anomalies restent inexpliquées selon Greenpace. Il a visiblement baissé Lagarde devant Christine, sa déléguée à l’agriculture, pour la seconde fois… Ce qui fait dire à l’association de défense de l’environnement : « Le gouvernement accumule en effet les positions anti-écologiques. En effet, le 13 juin, la France acceptait au Conseil européen des ministres de l'agriculture que les produits biologiques puissent contenir jusqu'à 0,9% d'OGM alors qu'elle avait la possibilité de voter contre cette décision qui va décrédibiliser l'agriculture biologique. »

Avant de juger Alain Juppé sur ses actes à moyen terme (ce qui sera fait sur Linfonaute) plutôt qu’à sa posture sur son beau vélo hollandais, attendons d’abord que le candidat UMP de la deuxième circonscription de Gironde, bien qu’en situation de ballotage favorable, passe le cap des législatives, sous peine de devoir rendre son portefeuille ministériel comme l’a exigé le Premier Ministre François Fillon…

Et vous, Juppé à vélo, ça vous inspire quoi ? 

 

1 En ville, la voiture est utilisée dans 80% des déplacements, représentant la première source de pollution de l’air. Conséquence de ces comportements : 700 000 tonnes de pétrole brûlées et 400 000 tonnes de polluants divers rejetées dans l’air.

 

2 Les 10 engagements de l’ÉCOcycliste :

1- Je ramène tous mes déchets, de la chambre à air usagée aux emballages alimentaires en utilisant pour cela la poche arrière de mon maillot.

2- Je préfère les produits recyclables ou recyclés.

3- Je nettoie mon vélo, sans excès de lavage, avec des produits biodégradables.

4- J’entretiens mon équipement pour qu’il dure plus longtemps.

5- Je respecte les espaces naturels protégés.

6- Je respecte les cultures, clôtures et troupeaux, les piétons et les trottoirs.

7- Je choisis le vélo pour mes petits déplacements UTILITAIRES.

8- Je milite pour le vélo autour de moi, et dans ma commune.

9- Je fais l’éducation cycliste de mes enfants.

10- Je respecte tous les gens que je rencontre.

3 Je n’ai rien contre les « Christine » ; j’en ai même aimé une, jadis !

4 J’ai personnellement vécu près d’une centrale nucléaire (Cattenom) durant une dizaine d’années.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu