Avertir le modérateur

25/10/2007

Sarkozy, Nouveau Centre, régimes spéciaux, Xavier Bertrand, taxe carbone, Borloo, Hulot, bébé sans-papiers en garde à vue : la vie est un long fleuve pollué

Si Nicolas Sarkozy était le Président de tous les Français…

- Les avocats ne seraient pas, comme par hasard, la seule profession en grève à trouver rapidement un accord avec le gouvernement. Si maintenant, même dans la contestation, il n’y en a que pour les classes les plus aisées…

- Il obligerait son Ministre de Travail, Xavier Bertrand, à dialoguer avec les syndicats sur les régimes spéciaux. Comment ne comprend-il pas que contrôleur de métro, c’est un métier fort en pénibilité : il faut travailler constamment dans les courants d’air, s’adosser à des murs comme des fusillés (pendant que des rats se faufilent tranquillement entre vos pieds), accepter de vivre en meute du matin jusqu’au soir, être en permanence au contact de la misère intellectuelle (les excuses des contrevenants sont souvent plus bidonnées que des articles de journaux) et savoir sanctionner ces pauvres gens sans défaillir… C’est à peine mieux que Ministre. L’adossement contre les murs en moins.

- Il ne serait pas partisan d’une loi uniquement créée pour financer avec l’argent public les « traîtres » du Nouveau Centre.

- Borloo, avec le soutien de Nicolas Hulot, ne serait pas obligé de demander la permission – en langage diplomatique, on dit : « l’arbitrage » -, à sa Seigneurie Nicolas Sarkozy pour imposer la taxe carbone au Grenelle de l’Environnement, une mesure enfin équitable pour sensibiliser tout le monde à l’incontournable dépollution de notre Planète.

- Il ne serait pas seulement présent auprès des policiers quand ils sont victimes dans l’exercice courageux de leur devoir. Il serait aussi là quand les policiers font preuve d’une lâcheté décisive, comme auprès des CRS violeurs de prostituées.

- Il ne laisserait pas placer en garde à vue un bébé sans-papier pendant 9 heures.

Et selon vous, que se passerait-il si Nicolas Sarkozy était le Président de tous les Français ?

03/10/2007

Hulot, Grenelle de l’Environnement, Sarkozy, Borloo, Baupin et audace : des mots qui vont très bien ensemble ?

Réclamer de l’audace, c’est toujours le premier signe d’impuissance. Un signe encore optimiste, teinté de « j’y crois », « j’en veux » et autres… « j’y crois toujours ». Mais le signe indéniable du déclin.

Pour le Grenelle de l’Environnement, Nicolas Hulot appelle désormais l’Elysée à agir avec audace. Sorti de son chchchchch… ilence, l’animateur d’Ushuaïa lance à messieurs Sarkozy et Borloo, dans un Point de vue paru dans Le Monde : « N'ayez pas peur ! »

Se prend-il pour le Pape de l’Ecologie ?

Non, Nicolas Hulot s’inquiète du plus profond de son sain être. D’autant qu’il balaie tout refus de s’engager massivement en faveur du développement durable pour des raisons économiques d’un argument choc : « En France comme ailleurs, tout retard supplémentaire dans la prise en compte écologique et climatique aura un prix exorbitant. Les coûts d'adaptation ou d'atténuation seront de plus en plus élevés. (…) Les pays qui accéléreront la transition vers une économie moins carbonée et plus économe des ressources se doteront d'atouts compétitifs et s'ouvriront de nouvelles possibilités de développement social et de progrès humain. »

Hélas, le petit homme vert est bel et bien une extraterrestre dans le monde politique. Il est accueilli dans la Cour de Nicolas Sarkozy comme s’il venait de se poser en U.L.M dans le jardin de l’Elysée.

Il saisit pourtant parfaitement les enjeux de son époque, même en termes de géopolitique : « MM. Borloo et Sarkozy, sans en rajouter, le monde nous observe. L'échec ou le succès du Grenelle seront déterminants. Si la France peut tenir encore un rôle d'influence universelle dans la tradition de ses valeurs humanistes, c'est dans le courage des choix qui sortiront de ce Grenelle qu'elle pourra l'affirmer. »

Nicolas Hulot a renoncé à se présenter à la Présidentielle 2007. Mais les défenseurs d’un monde durable, aussi audacieux que celui défendu par Denis Baupin, candidat des Verts à la mairie de Paris en 2008, sont prêts à piétiner le macadam pour manifester leur attachement à un Grenelle de l’Environnement aussi fondateur dans l’Histoire que  la Révolution Française.

N’est-il pas ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu