Avertir le modérateur

11/06/2007

G8 : quand Merkel, Bush, Poutine, Sarkozy and Co adopteront-ils une réforme de cette réunion au sommet devenue mondaine ?

Les pays du  G8 génèrent à eux seuls 40 % des émissions de gaz à effet de serre. En apparence, ils aiment à se réunir régulièrement pour discuter des sujets qui fâchent. En réalité, personne ne doit quitter le G8 sans perdre la face. Absolument personne. Résultat : la seule femme parmi les huit chefs d’état, Angela Merkel, désirait un engagement du G8 à réduire de 50 % les émissions mondiales d'ici 2050 pour contenir le réchauffement au maximum à 2 °C supplémentaires. Elle a été déboutée ; dégoûtée ; égouttée de ses dernières larmes et illusions. Aujourd’hui, son pays s’engage dans le développement durable en sachant pertinemment que le nuage de pollution, comme celui de Tchernobyl, ne s’arrêtera pas à ses frontières.

Quant à l’absolue nécessité de ne pas perdre la face, Vladimir Poutine a même concédé à George W. Bush, qu'il retirerait sa menace de diriger ses missiles sur des cibles européennes si les Etats-Unis acceptent d'installer leur système en Azerbaïdjan. Le G8 devient un rendez-vous mondain, dans lequel il faut se montrer, se faire voir – comme Nicolas Sarkozy ayant astucieusement ralenti sa foulée pour se détacher en compagnie de Poutine au moment de passer devant les caméras, pour que le Journal Télévisé du soir ne retienne que cette substantifique moelle du G8. Cécilia Sarkozy, l’épouse du Président de la République, a préféré rentrer au matin du second jour du G8 pour fêter l’anniversaire de sa fille Jeanne-Marie, plutôt que de s’attarder sur des mondanités inutiles.

J’exagère ?

Alors, dans ce cas, je ne suis pas le seul : les pères du G5, Helmut Schmidt et Valery Giscard d’Estaing, estiment que le G8 ne sert plus à grand-chose.

Dans une interview au quotidien Bild, l’ancien chancelier allemand (1974-1982) affirme : « Ce rendez-vous d’Heiligendamm des sept pays les plus industrialisés plus la Russie ne prend plus en considération la réalité économique mondiale (…) Où sont les Chinois? Où sont les Indiens? Où sont les pays exportateurs de pétrole? Où sont les pays en voie de développement ? (…) Les chefs d'état et de gouvernement du G8 devraient comprendre que l’Occident ne peut plus orienter l'économie mondiale. C'est terminé ».

Autre raison invoquée pour l’inutilité du G8 : l’hyper médiatisation de l’évènement. Le G8 avait été conçu pour que « les dirigeants se rencontrent en petit comité. Et ce cercle restreint n’avait pas pour objectif de prendre des décisions. (…) Quand je pense qu’aujourd’hui, la délégation américaine compte plus de 1 000 bureaucrates... Avec des délégations d’un tel format, où chacun a son mot à dire, comment voulez-vous que les dirigeants puissent avoir de relations plus personnalisées ? », a précisé Helmut Schmidt.

Quand à Valéry Giscard d'Estaing, il a exprimé les mêmes doutes dans le Figaro. Il a confirmé l’objectif réel de ces réunions au sommet : « Mener une discussion intime, d’homme à homme, sur les problèmes économiques du moment. (…) Pour éviter l’envahissement bureaucratique, chacune de délégations était réduite à trois personnes. »

En clair, le G8 avait gagné sa légitimité par la force des échanges informels. Il est devenu un grand spectacle coûteux – y compris pour l’environnement : 30 000 tonnes de CO2 -, adapté sur mesure aux besoins des fonctionnaires. Il n’est pas prêt d’engager un mouvement d’ensemble initié par les états en faveur du développement durable, lequel ne pourra se lancer qu’après une rencontre les yeux dans les yeux entre Grands Hommes et Femmes d’Etat...

Selon vous, à quoi sert encore le G8 ? Et comment le réformer ?

Environnement, conso durable : pas d’accord chiffré au G8, place au concert militant Live Earth sur les 7 continents le 07/07/07 !

Le 7 juillet prochain, un concert de 24 heures présenté sur 7 continents (y compris l'Antarctique) aura lieu dans le but d'éveiller les consciences sur les problèmes environnementaux. Cet événement a été mis sur pied avec la complicité d’Al Gore, l'ancien vice-Président des Etats-Unis et promoteur du documentaire « Une vérité qui dérange » (sorti en DVD en avril dernier et envoyé gratuitement dans 6000 écoles allemandes), et des organisateurs de Live 8.

Plusieurs artistes et groupes ont déjà confirmé leur participation : Red Hot Chili Peppers, Foo Fighters, Snoop Dogg, John Mayer, Akon, A.F.I., Fall Out Boy, Tim McGraw, Faith Hill, Pharell Williams, Lenny Kravitz, Bon Jovi, Paolo Nutini, Sheryl Crow, Damien Rice, Corinne Bailey Rae, Duran Duran, Snow Patrol, John Legend, Black Eyed Peas, Enrique Iglesias, Mana, Keane, Kelly Clarkson, Korn, Ray LaMontagne, Robin Thicke et Kenna.

Ce concert, baptisé Live Earth en référence au modèle original (Live Aid de 1985), pourrait commencer à Shanghaï, se poursuivre par Sydney, Rio De Janeiro, Washington D.C., Londres et Johannesburg, avant de se terminer à Kyoto dans un vieux temple bouddhiste. Il sera entrecoupé de courts métrages et de présentations destinés à éduquer le monde sur la crise climatique et sur les changements à apporter. Le concert sera diffusé dans 120 pays et sur MSN, avec l’intention de toucher deux milliards de téléspectateurs. Les recettes provenant de la vente des billets iront à divers groupes environnementaux.

Le chiffre 777 effacera-t-il la malédiction qui s'est emparée de l'environnement depuis le début de l'ère industrielle ?

08/06/2007

Environnement et G8 : Angela Merkel a engagé l'Allemagne dans le développement durable… avec excellence !

Alors que George W. Bush ne se demande toujours pas si le ciel va lui tomber sur la tête par manque de comportement écologique, l’Allemagne a donné l’exemple en matière d’environnement, il y a un mois, avant de chercher à entraîner ses partenaires du G-8 sur la voie du développement durable

Le pays dirigé par Angela Merkel s'est d’ores et déjà fixé comme objectif de réduire ses émissions de gaz carbonique de 40% d’ici 2020, alors que la Communauté Européenne, se serait contentée d’une réduction des rejets de CO2 de 20% d’ici 2020, par rapport au niveau de 1990.

Pour atteindre cet objectif ambitieux, Sigmar Gabriel, le ministre allemand de l'environnement, compte notamment sur la baisse de 11% de la consommation globale électrique du pays dans les treize prochaines années, le développement des énergies renouvelables (au moins 27%), et une modernisation du parc actuel de centrales électriques allemand.

En suivant ce programme, le secteur des énergies renouvelables devrait employer… 500 000 personnes en Allemagne  d'ici 2020 ! C’est ce qui s’appelle indubitablement : « Gagner plus (d’énergie) pour travailler plus ! »

Le secteur solaire ne sera sans doute pas le plus développé. En effet, un KW/h (Kilo Watt Heure) coûte 40 à 50 centimes d'euro à produire, contre 8 centimes pour un KW/h éolien (en raison du prix élevé des panneaux solaires). En outre, l’Allemagne a choisi de démanteler l’ensemble de son parc de centrales nucléaires d’ici 2020.

Sigmar Gabriel a également annoncé des avantages fiscaux destinés à inciter la population à procéder à des travaux d’isolation de leurs habitations privées, ainsi que l'engagement de l’Etat de procéder à des travaux d’isolation des bâtiments publiques et au développer du réseau de transport en commun.

Si aucune action n’était entreprise en faveur du développement durable, le réchauffement climatique coûterait 137 milliards d’euros à l’économie allemande d’ici 2050. Du coup, les finances nécessaires à l'ambitieuse politique climatique de l'Allemagne apparaissent dérisoires. Il suffira au gouvernement allemand de dégager 3 milliards d’euros de plus que le budget actuel du Ministère de l'environnement…

En France, la seule grande action en faveur du développement durable reste l’invitation faite à Dominique Voynet par Alain Juppé de participer au futur Grenelle de l’Environnement, n’est-il pas ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu