Avertir le modérateur

29/11/2007

Cavada, Lagarde, Neuilly, Sarkozy, municipales 2008 : Monsieur Loyal a tout compris du cirque politique

Si Jean-Marie Cavada était l’homme loyal et honnête conforme à l’image que tout le monde garde de lui, à la présentation de l’excellente émission « La Marche du Siècle » :

- Il n’aurait pas négocié, à un prix imbattable, la tête de liste UMP du XIIème arrondissement de Paris aux côtés de Christine Lagarde. Pour la Ministre de l’Economie, ce choix est une évidence, puisque cet arrondissement, relativement plat, est propice à l’application de sa plus belle initiative politique : se mettre au vélo pour lutter à elle seule contre les hausses du pétrole. Quant à l’ancien présentateur de télévision, il a accepté, sur la demande de Nicolas Sarkozy, de ne présenter une liste MoDem à Neuilly-sur-Seine, pour ne pas parasiter la candidature de David Martinon, porte-parole de l’Elysée. En échange, Cavada a obtenu la promesse d’un poste ministériel, ou une position éligible sur la liste UMP aux Européennes. Monsieur Loyal a décidemment tout compris du cirque politique !

- Il ne saluerait pas l’action du Président de la République qui a toujours le chic de recevoir les familles des victimes (comme pour l’accident mortel de Villiers-Le-Bel) et refuse tout aussi systématiquement le choc de se rendre sur place, en banlieue. Le leitmotiv de Cavada pour rejoindre l’UMP, c’est agir en politique, plutôt que de parler. Or, son mentor, Nicolas, parle beaucoup, et les effets de sa politique se font attendre. C’est sans doute la Marche du Nouveau Siècle : le XXIème siècle ne sera QUE spirituel ou ne sera pas.

- Il ne sous-entendrait pas que Bayrou ne pense en fait qu’à son destin personnel. Quelqu’un de vrai ne se défausse jamais sur les autres.

- C’est une constatation qui manquerait de classe. C’est comme si Nicolas Sarkozy avait une aventure avec Lolo Ferrari.

28/11/2007

François Hollande, Fabius, Ségolène Royal, Delanoë et municipales 2008 : le Parti Socialiste n’a pas encore passé l’âme à gauche

 

Si François Hollande ne se sentait pas responsable des défaites du Parti Socialiste en 2002 et en 2007 :

- Il aurait changé. Cet homme politique est l’un des rares à ne jamais demander les questions d’avance avant une interview, ni à appeler pour un article défavorable afin d’engueuler l’auteur. Et cette information émane de source sûre : elle était écrite noir sur blanc un grand newsmagazine de droite, hors période électorale, c’est-à-dire hors saison du lancer de couteau dans le dos (dont la période de chasse va bientôt reprendre).

- Il ne regretterait pas d’avoir mieux su exploiter le potentiel de Laurent Fabius. L’ancien Premier Ministre l’a montré avec l’affaire de la TVA Sociale durant les élections législatives, son flair politique est redoutable. Il a un trouvé slogan qui ferait mouche : « Travailler mieux pour vivre mieux ». Pourquoi ne fait-il pas mouche ? Parce que, comme le dit le proverbe chinois : « Quand celui qu’il ne faut pas dit ce qu’il faut, on ne l’écoute pas. »

- Il ne serait pas porteur d’un virus ultra-dangereux, qui se transmet parfois à des kilomètres de distance et contre lequel même Jack Bauer (le héros de la sublimissime série télévisée « 24 », aussi appelée « œuvre d’art » par ceux qui aiment la vie) : la scoumoune

- Il ne préparerait pas les « munis si pâles » de 2008, en compagnie de ses (derniers) amis socialistes

- Il attendrait avec impatience le livre de Ségolène Royal, prévue début décembre. Sans s’attendre à être cité ne serait-ce qu’une fois, pour cause de rénovation absolue.

- Il tenterait de créer le duo imparable contre la Droite ultra-libéraliste : Royal et Delanoë, la femme et l’homosexuel, l’horreur absolue pour tous ceux qui aiment le pouvoir sans contestattion.

Et vous, quelle image avez-vous de François Hollande ?

 

27/11/2007

Violences en banlieue à Villiers-Le-Bel (Val d’Oise), mort de deux adolescents : Sarkozy, ou quand la méthode du kärcher prend l’eau…

Si la Droite avait tiré des leçons des émeutes de novembre 2005 :

- La moindre étincelle ne provoquerait pas une flambée de poudre.

- Les journalistes ne se feraient pas agresser en reportage à Villiers-Le-Bel, pour avoir fait « silence complet » sur les voitures brûlées et autres affrontements en banlieue qui ont succédé à l’élection du nouveau Président de la République (désolé, je connais une institutrice de Grigny, des sources sûres à Aulnay-sous-Bois et Saint-Ouen…)

- La Droite, confiante en sa dureté, se dirait aujourd’hui : à quoi bon, le « bon peuple » se mène si facilement par le bout du nez ! Ce « bon peuple » a la mémoire que les hommes politiques habiles veulent bien lui imprimer dans le crâne. Un exemple ? Aux Etats-Unis, Hillary Clinton est en chute libre dans les derniers sondages en vue de l’élection présidentielle américaine, alors qu’elle faisait figure de favorite depuis un an. Elle perdrait aujourd’hui contre n’importe quel candidat républicain, alors qu’elle les écrabouillait tous auparavant. Vous savez pourquoi ? Depuis quelques semaines, grâce à des rumeurs savamment orchestrées, on a réussi à faire croire au « bon peuple » américain qu’elle était lesbienne. Pour ne pas perdre la tête de l’Etat, Bill Clinton a dû avouer une petite pipe. Pour remporter la présidentielle 2008, Hillary Clinton, devra-t-elle faire de même ?

- Les jeunes de banlieue ne brûleraient pas les bus, mais des cierges : pour remercier le miracle qui se serait accompli sous leurs yeux !

- La méthode du kärcher ne prendrait pas l’eau, sous l’effet de la pression populaire…

Et vous, pensez-vous que la Droite a tiré des leçons des dramatiques émeutes de novembre 2005 ?

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu