Avertir le modérateur

13/06/2007

Ségolène Royal et Bayrou dans « La France des 93000 » : hors alliance PS – MoDem, leur PACS durera !

Ça manque terriblement d’hommes au Parti Socialiste, vous ne trouvez pas ?

DSK, Fabius, Delanoë, Hollande, Montebourg, Mauroy, Rocard, Hamon… que de mâles s’expriment au nom du PS, avec une virilité de plus en plus fracassante ! Ségolène Royal n’est en fait que le chêne qui cache la forêt ; une forêt PS qui ressemble à un champ de roseaux, courbés par le vent puissant du pouvoir UMP et dont les racines poussent allégrement dans un marécage d’idées vaseuses…

Au Parti Socialiste, et à l’exception de Ségolène Royal, les femmes n’ont guère la parole. Tandis qu’à l’UMP, on a compris depuis longtemps que la diversité, à défaut de la pratiquer, il fallait l’afficher. Valérie Pécresse et Rachida Dati ont ainsi gagné leur portefeuille ministériel à la force du poignet - notamment des directs du droit dans les pensées de gauche – sur les plateaux de télévision. Le Parti socialiste a pratiquement respecté la parité femmes / hommes (45,5% de candidates), tandis que 3 candidats UMP sur 4 sont des hommes (et 4 sur 4, dans les 14 circonscriptions stratégiques du Rhône). A votre avis, qu'ont retenu les Français ?

Même douloureux constat avec l’icône black de l’UMP, la belle et jeune secrétaire nationale à la francophonie à l'UMP Rama Yade, vue partout sur les médias, pressentie pour un poste ministériel après les législatives, et dont l’art d’exprimer des sentiments froids et inconsistants n’a échappé à personne. Pourtant, il n’y a eu qu’un seul candidat noir de l’UMP en métropole, Six Emmanuel Njoh, et personne ne l’a relevé…

Hier, le peloton d’exécution du PS le Bureau national du PS s’est réuni. Il a déclaré de manière « unanime » refuser toute stratégie d'alliance avec le parti de François Bayrou. Dans sa ligne de mire : Ségolène Royal, qui avait tenté de contacter dès lundi dernier le fondateur du MoDem. L’artillerie lourde sera alignée dès le 18 juin. A la sortie du Bureau National, Claude Bartolone, le porte-flingue de Fabius, a confié quelque chose comme « si vous croyez que je ne vais pas pouvoir me retenir encore cinq jours avant de dire tout ce que je pense de tout cela… ».

Comme l’armée des ombres socialistes ne parvient pas à lutter contre le rouleau-compresseur UMP, il est plus facile de s’en prendre à une femme isolée. Isolée de sa garde (trop) rapprochée d’éléphants, mais pas des électeurs socialistes, qui l’ont largement choisie en novembre dernier et continuent de la plébisciter aujourd’hui.

C’est dommage, car le fameux bouclier fiscal de l’UMP, promis aux 93 000 foyers les plus riches de France, commence à se fissurer, surtout avec l’annonce calamiteuse d’une taxe sociale, reportée à 2009 et dont le nom a déjà changé tant l’autorisation de mise sur le marché de cette pilule miracle pour soigner la Sécurité Sociale semble connaître des ratés

La situation actuelle en France pourrait être une parodie de la série télévisée « les 4400 ». Ce feuilleton, dont le pilote sortirait dès la première cession parlementaire dans l’Hexagone, aurait pour titre : « les 93 000 ».

Les 93 000 (foyers fiscaux privilégiés) avaient en effet disparu au cours des 60 dernières années. Plus exactement, leurs actifs seraient devenus complètement inactifs à force d’impôts et de taxes diverses. Quant ils reviennent participer de manière soutenue à l’économie française, réapparaissant d’un coup d’un seul en 2007, ils n’ont pas vieilli dans leur tête, même si leurs capitaux financiers ont bien mûri. Attention : ils n’ont plus aucun souvenir du passé. Certaines personnes du gouvernement, vont-elles chercher à prendre contact avec ces gens dotés de pouvoirs surnaturels ? En effet, les 93 000 ne ressemblent pas au commun des mortels. Par exemple, ils peuvent, du jour au lendemain, s’évader durant plusieurs jours sur un yacht superbe…

Un couple ose enquêter ouvertement sur le mystère de 93 000 : Ségolène Royal et François Bayrou. Pour leurs services respectifs, ils apparaissent comme des marginaux.

La suite ? A vous de la trouver…

Sarkozy et Poutine trinquent au G8, vivez la Saint-Nicolas à Malte, le visage supposé de François Mitterrand 2007 : images et vidéos populaires du Net

En Belgique, on aime à montrer notre Président de la République pétri de naturel. Sans doute aussi fêtard que Jean-Louis-Borloo, mais moins endurci que son Ministre face à l’alcool, Nicolas Sarkozy est apparu particulièrement hilare lors d’une conférence de presse. Il venait de rencontrer Vladimir Poutine. Autour du bouton nucléaire, et entre deux larmes (l’une pour le Darfour, l’autre pour « la journaliste » - Anna Stepanovna Politkovskaïa), ils avaient peut-être échangé sur les qualités techniques de leur téléphone portable :

http://www.dailymotion.com/video/x27q71_sarkozyg8

http://www.liberation.fr/actualite/ecrans/260513.FR.php

Nicolas Sarkozy est décidemment un « bon client », au sens médiatique du terme. Il est apparu dans une publicité de l’Office du Tourisme de Malte. Est-il alors en campagne dans cette île lointaine, pour annexer avec la même facilité qu’il a « chipé » à Fillon la Lanterne, lieu de villégiature des Premiers ministres situé dans la continuité du parc du château de Versailles : 

http://www.liberation.fr/regarder_actualite/188942.FR.php#

Bruno Roger Petit, était-il le bloggeur de François Mitterrand 2007 ? Cet excellent journaliste avait en tous cas le « profil » pour tenir la plume posthume de Mitterrand, par son espièglerie et son intelligence humaine. Il avait inventé le regard décalé et impertinent sur l'actualité du présentateur du Journal télévisé du Soir il y a une dizaine d’années, avant l’excellent Samuel Etienne de Canal+. Pour mémoire, voilà une de ses apparitions légendaires : 

http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&a...

Enfin, je quitte là la popularité validée par le Web pour vous envoyer pleurer de rire sur ces quelques minutes légendaires d’un sketch de Jim Carey dans le SNL (Saturday Night Live) sur une musique d'Haddaway. Nul besoin de comprendre l’anglais pour risquer l’infarctus. Ce moment d’anthologie est aussi ouvert aux fans de Pierre Desproges comme moi :

http://video.google.com/videoplay?docid=3853787701612377692

Et vous, quelle est votre séquence humoristiquefétiche ?

12/06/2007

TVA sociale : Fillon et Sarkozy réinventent l’usage de l’adjectif. A quand l’impôt bienfaisant et régénérateur ?

Après la « rupture tranquille », dont on pourrait bientôt se demander s’il ne s’agit pas d’une rupture de la tranquillité, Messieurs Fillon et Sarkozy nous propose donc une « TVA Sociale ». Le Danemark l’expérimente avec succès depuis une vingtaine d’années. Je ne m’étendrai pas ici sur l’application en France d’une TVA sociale au sens où l’entendent les économistes étrangers, mais au sens où nos gouvernants l’entendent – ou veulent nous le faire entendre.

La TVA est, par essence, l’impôt le plus injuste puisqu’il s’applique à tous, quel que soit le montant de ses ressources personnelles (salaires, aides sociales, etc.). Cette cotisation supplémentaire a été affublée de l’adjectif « social », parce qu’elle vise à financer la protection sociale. Mais quelles seront les retombées réelles pour notre porte-monnaie ? Mystère. Le plus ardent défenseur de la TVA sociale, Jean Arthuis, président de la commission des Finances du Sénat, préconise une augmentation de 5 points de la TVA.

Tiens, quitte à abuser de l’adjectif, valait mieux appeler la TVA sociale l’« impôt bienfaisant et régénérateur ». Ou encore la « cotisation écolo-vitalisante » !

Remarquez, tant que l’on ne sombre pas dans des expressions telle que la « dictature joyeuse (à partager entre amis) », il n’y a pas lieu de s’inquiéter des ces écarts de langage quelque peu grossiers, non ?

Pas sûr.

Quand on déraille sur les adjectifs, pourquoi ne pas confondre les noms ?

Certes, l’UMP a déjà pris « l’habitude de ne pas différencier les expressions "grand média" et "agence de communication". Si l’on touche aux noms, la TVA sociale pourrait devenir le « Don de Soi durable ».

Par la suite, tout terme un peu trop technique ou dérangeant changerait également de dénomination. Le Conseil des Ministres deviendrait le Café des Amis, et Le G8, le Gin 27 ?

Le vrai problème pourrait survenir si, par exemple, on se mettait à appeler les 7 millions d’électeurs de Ségolène Royal qui n’ont pas voté au premier tour des Présidentielles des « Gogos Passifs ». Surtout s’ils ne se déplacent pas au second tour… Parce qu’alors là, je crains pour le nouveau terme qui désignera les « personnes en situation de précarité »…

Ne le croyez-vous pas ?
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu