Avertir le modérateur

17/07/2007

SMS et génération Portable : comment gribouillez-vous sur votre téléphone ?

Micro-trottoir : Les 12-15 ans sont les plus grands consommateurs de SMS, avec 57 envois par mois en moyenne. Ils consacrent près de 75 € par an à l’envoi de leurs textos (source UFC-Que Choisir). Les habitudes de la nouvelle génération vous ont plutôt inspiré… de la grogne !

Fregan

« Le SMS, comme l’email, incite au raccourci. C’est peut-être désuet ou romanesque comme attitude, mais à 27 ans, je n’ose pas martyriser la langue de Molière dans mes textos. Je n’oublie jamais un point, une virgule ou une majuscule… D’autre part, quand je vois ceux que les jeunes s’envoient dans la tronche… Je sens poindre à l’horizon une génération qui n’hésitera pas, dans son dialecte, à se dire ce qu’ils ont vraiment sur le cœur. Avec des mots abrégés qui exprimeront le fond de leur pensée de long en large !... A quand l’Académie Française du SMS ? »

Idriss

« Je n’écris jamais de SMS et mon opérateur téléphonique ne cesse de me le rappeler sur sa facture, car mon forfait me donne le droit d’en envoyer gratuitement un certain nombre. Je n’aime pas non plus recevoir de SMS. Ce n’est pas ma culture. Quand je m’adresse à quelqu’un, j’aime faire passer une émotion. J’utilise le courrier postal, qui est une authentique démarche intérieure. On peut réellement sentir dans quelle émotion est la personne qui a manuscrit une lettre, seulement à travers de la forme graphique de son écriture. Ce qui n’est pas le cas avec le SMS, qui manque de personnalité. Le texto ne développe ni la sensibilité des jeunes, ni leur sens artistique. On le remarque d’ailleurs au choix d’icônes des opérateurs, dont l’uniformité semble viser un public de « blaireaux ». Les médecins prévoiraient même une mutation de la forme des doigts d’ici plusieurs générations si l’on continue à utiliser des claviers aussi petits…».

Elise

« Mes enfants de 13 et 10 ans ne possèdent pas de portables. Ils n’ont pas un âge où l’on part vadrouiller tout seul. Ils sont de toute façon incapables de pouvoir gérer leur consommation tous seuls. J’ai déjà du mal à empêcher ma fille, la cadette, de m’appeler dix fois par jour depuis le fixe… Les enfants doivent d’abord comprendre le sens du mot « consommer » s’ils ne veulent pas devenir des drogués de la consommation. Je ne comprends d’ailleurs même pas que le portable soit autorisé avant l’âge de 15 ans ! Cela crée des incidents dans les familles, car les enfants veulent un portable un tout prix, pour faire comme leurs copains. Et c’est bien que recherchent les opérateurs : faire payer les parents à travers les enfants ! (…) Quant au SMS, c’est aussi un moyen de communiquer avec l’autre sans avoir besoin d’entrer dans une conversation avec l’autre. C’est une forme de lâcheté. Pas d’interlocuteur, donc pas d’affrontement direct. »

Patricia

« Comme je ne possède pas de téléphone fixe à la maison, j’ai pris un forfait d’une heure pour mon fils de 15 ans. Un forfait qui n’autorise pas de dépassement de facture. Massimo se sert du SMS pour que je puisse le rappeler. Il a voulu échanger son mobile contre un autre, lequel s’est rapidement cassé. Donc, pour l’instant, il se débrouille sans portable… On se fixe des rendez-vous à l’avance pour se retrouver. C’est là qu’on s’aperçoit que le portable n’est pas indispensable et qu’on a oublié qu’on pouvait exister sans lui… Quant au SMS, c’est bien trop long à taper ! Je mets parfois un certain temps à comprendre les abréviations et je n’apprécie pas les fautes d’orthographe. Avec le SMS, les jeunes apprennent à mal parler le français. »

Quelques informations supplémentaires 

SMS : un marché essentiellement « jeunes » : 8 milliards de SMS ont été échangés en 2003. 75% des textos ont été envoyés par les 12-24 ans en 2002.

Un marché pas encore saturé : Fin 2003, le nombre de clients de la téléphonie mobile s’élève à 41,7 millions en France. Trois millions de nouveaux clients ont été conquis durant cette dernière année. 86% des 15-19 ans possèdent un téléphone portable contre 69,5% pour la moyenne nationale (source : Autorité de Régulation des Télécommunications).

----------------------------

Cet article est paru dans un magazine sur les nouvelles technologies durant l'été 2004 

16/07/2007

SPAM, pourriel, courriers électroniques non désirés : comment se préserver d'un flot de mots inutiles... ou les 7 proverbes de la lutte anti-spam

Pas de panique. Si 1000 milliards de spams ont transité sur Internet, selon IDC Research, la meilleure des réponses pour se protéger de cette calamité n’est pas purement technologique.

Prospectus des temps modernes, le spam n’en finit plus d’inonder les boîtes à lettre électroniques et de provoquer l’irritation des internautes. Il représente aujourd’hui 1 email sur 2 selon la plupart des manifestants, voire 2 emails sur 3 selon la police (*).

Il n’épargne surtout personne, puisque 9 français sur 10 ont déjà été touchés. Fin mai dernier, une marée noire d’un demi million de courriers électroniques non sollicités a même paralysé les boîtes mail de milliers d’hommes politiques et de fonctionnaires allemands. Selon la Commission Européenne, le spam coûte chaque année aux internautes européens près de 10 milliards d’euros en frais de connexion.

Même si la loi punit sévèrement les spammeurs (5 ans de prison et deux millions de dollars d’amende aux Etats-Unis), encore faut-il retrouver ces pollueurs capables de dégazer leurs « pourriels » (contraction de POUbelle et couRRIEL) en toute tranquillité dans ce bel et vaste océan qu’est Internet !

Pour lutter contre ce fléau, seul un minimum de bon sens demeure efficace. Ce que nous allons gaiement vous expliquer en proverbes.

(*) Brightmail, société spécialisée dans la technologie anti-spam, dont la prise de contrôle a été récemment effectuée par Symantec, éditeur des logiciels anti-virus Norton, pour un coquet montant de 300 millions de dollars.

Les 7 proverbes de la lutte anti-spam

1. Pour vivre heureux, vivons anonyme.

Evitez de laisser systématiquement votre adresse électronique dans les « newsgroups », les forums de discussion, les annuaires et les sites Web. Ces lieux de villégiature d’Internet, régulièrement pillés par des logiciels aspirateurs de données, fournissent l’essentiel du carnet d’adresse des spammeurs.

2. Tel est pris qui croyait prendre

Dans les groupes de discussion ou les forums du Web, vous pouvez communiquer votre adresse en ajoutant un suffixe tels que « mentionaretirer ». Elle devient ainsi mentionaretirer-charles.baudelaire@lesfleursdumal.fr, une astuce que le Q.I d’un logiciel aspirateur est incapable de décrypter.

3. Abondance de biens ne nuit pas

Menez une double vie en disposant d’une seconde adresse électronique. Cette nouvelle identité vous servira dans les forums de discussion comme pour les inscriptions obligatoires sur certains sites. Vous l’autodétruirez facilement en cas de spamming et certaines adresses permettent de réacheminer directement les messages.

4. Qui dort, lime.

Ne répondez jamais à un message électronique, dont l’origine est inconnue. Vous deviendriez à jamais prisonnier d’un spammeur, trop heureux d’avoir ferré un gogo.

5. Qui va à la chasse, perd sa place dans le carnet d’adresse

Dans Outlook Express, pour bloquer l’accès de votre messagerie électronique à des expéditeurs indésirables, sélectionnez le mail que vous avez dans le collimateur. Dans le menu « Message », cliquez sur « Bloquer l’expéditeur… ». Et le détour est joué !

6. Qui vivra, enverra

Participez à la préservation de la Planète Internet en transférant vos spams clairement identifiés comme tels à votre fournisseur d’accès. A titre indicatif, AOL bloque 2,4 milliards de spams par jour.

Prévenez également la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés). Cet organisme public peut éventuellement engager des poursuites pénales contre les spammeurs (explications sur le site de la CNIL).

7. Chacun pour soi et la FEVAD pour tous

La Fédération des Entreprises de Vente à Distance (FEVAD) qui rassemble toutes les grandes enseignes de la VPC traditionnelle et la plupart des grands commerçants du Web français, a mis en place un système centralisé pour permettre au consommateur d'indiquer une fois pour toutes son opposition à la prospection par courriers électroniques. Inscrivez-vous gratuitement à ce programme en remplissant le formulaire sur le site www.e-robinson.com

Bon à savoir...

 Pur Port

Selon l’honorable CNIL, le terme « spam » n’est pas une onomatopée tirée de Batman. Il puiserait son origine dans un sketch des Monty Python, durant lequel deux personnages ne cessent de parler d’un saucisson (littéralement « spam ») en répétant ce mot à l’infini… jusqu’à ce que agacement ou mort dans l’âme du spectateur s’en suive.

 Spim, spam… poum !

Rejeton du spam, le spim, variante du message non sollicité pour outil de messagerie instantanée, arrive en force. Son nombre devrait tripler cette année pour atteindre 1,2 milliards d’unités (selon le cabinet d’études américain Radicati Group).

--------------------

Cet aritcle est paru durant l'été 2004 dans un magazine sur les nouvelles technologies aujourd'hui disparu. 

15/07/2007

Peines et joies du High-tech, titre de transport dématérialisé, Linux, Napster, vote électronique : réflexions d'ancienne revue de presse

A quand la téléportation ?

Le dernier billet d’avion sera imprimé en 2007. La généralisation du titre de transport électronique a été décidée par 700 dirigeants de compagnies aériennes réunis à Singapour en juin dernier. Exit également les pistes magnétiques des cartes d’embarquement remplacées par des codes-barres imprimés par les passagers depuis leur domicile. La dématérialisation dans le transport aérien a été engagée depuis des lustres par le service de repas virtuels.

Lutte contre l’obésité américaine

Il n’y a pas que Microsoft dans la vie. Renaud Dutreil, ministre de la Fonction Publique, a déclaré que le gouvernement français désirait diviser par deux le coût des logiciels utilisés par l’Etat en s’adressant à des éditeurs de « logiciels libres » (entendez : « libres de droit », développés et mis à jour par « l’ensemble de la communauté informatique » selon le célèbre modèle de Linux) plutôt qu’au géant américain, qui détient 95% du marché. Pour les 900 000 postes informatiques de fonctionnaires dont la licence est à renouveler dans les trois prochaines années, l’enjeu financier s’élève à 300 millions d’euros pour les seuls logiciels de bureautique. Il pourrait historiquement s’agir en France de la première prise de liberté des fonctionnaires qui rapporte à l’Etat. 

Frasque food

En juillet et en août, pour tout achat d’un menu « Big Mac » de Mac Donald, vous avez reçu, comme en Allemagne et en Grande-Bretagne, un code d’accès pour télécharger gratuitement une chanson sur le site de vente en ligne Connect de Sony. Décidemment, il demeure impossible de finir un Big Mac sans s’en mettre partout, jusqu’aux oreilles.

De mâle en pi… xel

Les petits garçons américains préfèrent tourmenter leurs jeux vidéos que mettre au supplice leurs jouets traditionnels, selon une étude réalisée aux Etats-Unis auprès de 2809 adultes avec enfants âgés de 5 à 12 ans par l’institut NPD Group. Seules les petites filles accordent sagement autant de temps aux mondes virtuels qu’à la poupée Barbie, toujours première dans leur cœur. Si 1 enfant sur 5 s’est pris les mains dans les manettes avant l’âge de 3 ans, la plupart ont commencé la consommation de jeux vidéos à 5 ans. A ce rythme, la dernière niche potentielle pour les fabricants de console, le marché des embryons, sera bientôt saturée. 

Vote électronique

Au milieu de l’été, l’éditeur Ubi Soft a renouvelé le jeu de baston en lançant un jeu de simulation de l’élection présidentielle américaine, opposant le tenant du titre, George W. Bush (2 guerres, 1 combat, 0 victoire à la régulière) à son challenger, John Kerry (0 guerre, 0 combat, des origines françaises). Dans « The Political Machine » (la machine politique) destiné aux utilisateurs de PC, l’accession au poste de Président se disputera à l’ancienne autour de levée de fonds, de discours enflammés et de débats publics. Et à la loyale en Floride.

On rase gratis, pour un euro symbolique

Depuis septembre, les étudiants peuvent acquérir un ordinateur portable à crédit « pour un euro par jour », c’est-à-dire le coût d’un café au comptoir, a annoncé François Fillon, le ministre de l’Education. Ce partenariat entre l’Etat, les constructeurs, les éditeurs de logiciels, les banques et les universités, cherche à réduire la « fracture numérique ». Ne seraient-ce pas, une fois encore, les cafétiers-buralistes qui trinquent ? 

« Faille »-wall

Les plus grandes entreprises britanniques ont été victimes de pirates, virus informatiques et autres intrusions sur leurs réseaux au rythme d’un incident par semaine au cours de l’année 2003. Toujours selon le rapport annuel du département du Commerce et de l’Industrie du Royaume-Uni, la faute n’est pas à une loi sur le cybercrime vieille de 14 ans mais à des sociétés qui investissent insuffisamment en matière de sécurité informatique. Le plus grave incident a coûté environ 120 000 livres sterling. Les Anglais ont raison de refuser l’Euro, ça rend la vie moins affolante à comprendre.

Le meilleur des mondes

Lors de la prochaine Exposition Universelle prévue en mars 2005 à Aichi (Japon), Toyota a choisi de montrer un futur écologique et sans accidents. Dans un pavillon haut de 30 mètres, construit en papier recyclé et fibre de roseau, et éclairé grâce à des éoliennes, le deuxième constructeur automobile mondial exposera en particulier ses bus propulsés par une pile à hydrogène, ne rejetant que de l’eau et déjà en fonctionnement à Tokyo depuis août dernier. Dans un proche avenir, ces moyens de transport pourraient fonctionner de manière automatisée avec un système d’intelligence artificielle évitant les collisions… Une idée déjà proposée par General Motors à l’Exposition Universelle de New York en 1939 dans le cadre du spectacle « Futurama », promettant une vie quotidienne en 1960 tout auto entre gratte-ciel et autoroutes à sept voies. La multinationale américaine investit aujourd’hui des milliards de dollars pour commercialiser les premiers véhicules totalement non polluants dès 2010. Si l’auto passe au vert, demain j’arrête le rouge. 

Microsoft innove

Le numéro un mondial des logiciels a déposé un brevet concernant le lancement d’application par un clic, voire un double-clic, sur un même bouton pour les ordinateurs de poche utilisant le logiciel PocketPC de Microsoft.. « Si quelqu’un pense que le brevet n’est pas nouveau ou que la fonction est évidente, il peut nous en envoyer la preuve. », a commenté le porte-parole du bureau américain des brevets et marques déposés. Il semblerait qu’une grève mondiale des postes ait actuellement lieu sans que l’on s’en soit aperçu.

La génération Napster contre la guerre

La censure est incapable d’enrailler l’assaut donné au secret militaire par les appareils photos numériques, téléphones mobiles, ordinateurs portables et connexions internet sans fil. Ce redoutable arsenal est en effet utilisé par les troupes stationnées en Irak pour communiquer avec leurs proches par courrier électronique ou pour tenir des journaux intimes sur le Web. Seule condition imposée par les états-majors aux G.I : ne pas divulguer leur position exacte, ni leur ordre de mission. Les fichiers échangés entre soldats et civils sur le terrain ont fini par échouer entre les mains des journalistes. Résultat : les photos prises dans l’enceinte de la prison d’Abou Ghraïb ont bouleversé le peuple américain avec la même virulence que les premières images de la guerre du Vietnam, conflit qui a donné naissance à ce dicton : « On ne gagne pas une guerre sans le soutien de l’opinion publique ». Le pire est peut-être à venir, selon Donald (Rumsfeld). Les téléphones de troisième génération pourront permettre aux troufions de base d’envoyer en direct des instantanés de combat. Pour vivre la réception d’un missile en pleine poire comme si vous étiez ?

Basse technologie

La nostalgie des vieux jouets continue de transporter. Barry Jones, un pilote d’hélicoptères de l’armée britannique, a décollé de Londres le 26 avril 2004 pour une tentative inédite de tour de monde en autogyre, l’un des derniers records à faire tomber dans l’aéronautique. Inventé dans les années 20, l’autogyre se distingue de l’hélicoptère par un cockpit ouvert et une capacité à pouvoir planer en cas de panne du propulseur. Ce périple programmé sur trois mois et demi, amenant le pilote à affronter vents et marées de mouches par des températures comprises entre +50 et -50 degrés Celsius, a été décidé après une conversation dans un bar du Yorkshire. L’abus de paroles n’est pas recommandé pour la santé.

-------------------------

Cette revue de presse est parue dans un magazine sur les nouvelles technologies (aujourd'hui disparu) durant l'été 2004 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu