Avertir le modérateur

09/07/2007

Environnement : 7 gestes pour protéger les océans (1ère partie)

Menaces sur les océans

Les mers et océans sont malades. Chaque jour, la vie et les beautés qu’ils abritent se dégradent un peu plus. Ce n’est pas sans risque pour l’homme…

La pollution de la mer provient aux 3/4 de la terre

Tout ce qui pollue la Terre finit par polluer la mer. Engrais chimiques, rejets d’usine, gaz rejetés dans l’atmosphère par les automobiles…, les produits polluants sont transportés vers les océans à travers l’air, les nuages, les rivières ou les eaux souterraines. Des égouts sont parfois directement reliés à la mer !

On rejette chaque année dans la mer 30 fois la quantité de pétrole de l’Erika !

Comment ? À cause des dégazages sauvages, pourtant interdits par la loi. Le principe : nettoyer les cuves de pétrole en pleine mer ! Sans parler des marées noires accidentelles qui laissent des traces pendant des dizaines d’années…

Pollution causée par navires de croisières+navires de plaisance

D’après toi, que deviennent les déchets de ces beaux bateaux de croisières qui transportent des milliers de personnes ? Pour certains, allez hop, par-dessus bord !

On pêche trop de poissons dans les lieux de pêche

Manger du poisson, c’est bon pour la santé ! Mais il ne faut pas en pêcher plus que la mer ne peut en donner. Sinon, les espèces de poissons pêchées risquent de disparaître. Pas seulement celles que nous mangeons mais aussi celles prises par accident dans les filets et qui peuvent représenter jusqu’à la moitié de la pêche !

1 récif de coraux sur 5 a disparu et 2 sur 5 sont menacés.

Tu l’as sans doute constaté : la température s’élève sur Terre. Cela réchauffe aussi la mer. Ces quelques degrés en plus favorisent le développement d’une maladie qui tue les coraux.

En 2050, le niveau des océans pourrait avoir monté de 44 centimètres.

Sous l’effet de la chaleur, la mer, qui couvre 70% de la surface de Terre, occupe plus de place. 

On dénombre aujourd’hui environ 150 « zones mortes »

Dans ces surfaces parfois grandes comme presque tout le sud est de la France, il n’y a plus aucune vie : ni poissons, ni oxygène.

---------------------

Les risques

Détériorer les océans, c’est mettre en danger la vie de l’homme. Quand une espèce de poissons disparaît, c’est en menacer des dizaines d’autres. Tu connais le principe de la chaîne alimentaire ? Une espèce nourrit une autre espèce qui en nourrit une autre, etc. Au bout de la chaîne, l’homme. Sais-tu par exemple que le poisson est la principale ressource de protéines animales dans l’alimentation humaine ?

Or, la pollution agricole, industrielle ou ménagère détruit peu à peu les animaux marins et les végétaux. Même une simple bouteille en plastique abandonnée sur la plage peut causer des dégâts !

La pêche excessive, de son côté, favorise la disparition de certaines espèces. Mais en plus, elle a aussi une action néfaste sur les fonds marins : les filets de pêche très lourds, sont traînés sur le fond et détruisent beaucoup d’organismes vivants.

De même, tu ne soupçonnes sans doute pas l’importance du corail. Non seulement, il est très beau à regarder mais surtout il sert de nourriture et d’abri à de nombreuses espèces sous-marines, protège naturellement les côtes et aide l’être humain à lutter contre de nombreuses maladies.

Quelques degrés en plus dans l’eau, c’est rien, te dis tu peut-être. Erreur ! Une hausse du niveau des eaux provoquerait de graves inondations dans beaucoup de pays. Certaines îles disparaîtraient carrément de la surface de la terre. Tu imagines toutes les populations qu’il faudrait déplacer ? Et on ne parle pas des conséquences sur le climat. Car, tu l’as peut-être appris à l’école, les océans y jouent un rôle très important.

-------------

Cet article a été réalisé il y a deux ans pour un magazine destiné aux 8-12 ans 

06/07/2007

Environnement : ConsoRecup, le recyclage de particulier à particulier

En attendant d'assister demain au Woodstock de l'Environnement, Ne jetez plus siège auto enfant, vélo de course, lave-linge, sèche-cheveux, jouets, écrans d'ordinateur, lampadaire halogène, table de cuisine... Débarrassez- vous de ces objets des désirs quotidiens en faisant des heureux, et une heureuse en particulier : la Planète Terre !

Grâce au site Internet consoRecup, mis en ligne depuis six mois, vous pouvez devenir un bienheureux donateur d’objets devenus localement inutiles... mais aussi, un bienheureux "receveur" ! Vous rejoindrez ainsi la grande majorité des Français, qui s’étaient déclarés début février prêts à faire des efforts dans leur vie quotidienne pour lutter contre le réchauffement climatique, selon un sondage TNS Sofres / Le Pèlerin.

Des efforts, certes, mais guère plus. En effet, sur les 7 gestes écologiques proposés aux sondés, 93% des personnes interrogées étaient prêts à trier systématiquement leurs déchets. Mais ils n’étaient plus de 61% pour utiliser moins souvent la voiture, ou consommer moins de viande1.

Les Français sont dans l'ensemble prêts à diminuer leur consommation d'eau et d'électricité (86% et 84% respectivement des sondés) et se déclarent disposés à utiliser les énergies renouvelables (chauffe-eaux, solaires…). Gros point noir : seulement 41% des Français sont « tout à fait prêts à utiliser moins souvent leur voiture qu'aujourd'hui », alors que le secteur des transports constitue la première source d'émissions de gaz à effet de serre en France avec un quart des émissions, devant l'habitat (23%).

Ce qui doit nous inciter tous, comme avec consoRecup, à développer des réseaux peer-to-peer pour échanger gratuitement des objets dont nous avons perdus l’usage pour en récupérer d’autres, dont la performance importe bien moins que le supplément de vie pratique qu’ils apportent à notre quotidien….

1 L'élevage, gros consommateur d'espace et de végétaux, étant en effet un important émetteur de gaz à effet de serre

------------------------------------

Et si vous voulez savoir pour quelle raison notre Planète est si déréglée - pourquoi, par exemple, nous connaissons les plus terribles inondations alors que la terre n'a jamais été aussi sèche depuis 300 ans -, prenez quelques minutes pour écouter cet ingénieur agronome...

03/07/2007

Développement durable : le WWF, l’une des alarmes actives du Web

Première organisation mondiale de protection de la nature, voici 3 informations fondamentales données par le WWF ces six derniers mois, et nécessaires à savoir pour tous ceux désirent « aider / militer / se battre » en faveur de la préservation de la Planète :

 

- Selon un sondage réalisé par le WWF et National Geographic en janvier dernier, une écrasante majorité de Français souhaite plus de transparence (à 90%) et d’information (à 95%) sur les risques sanitaires et environnementaux des produits qu’ils achètent. Les deux-tiers des personnes interrogées affirment tenir systématiquement compte des risques que peuvent comporter les biens de consommation lors de leurs achats.

 

- Une récente étude du WWF montre que nous avons suffisamment de sources d’énergie et de technologies durables pour endiguer le réchauffement climatique. A condition de prendre les décisions clés dès les cinq prochaines années.

Le rapport « Vision énergétique du WWF pour 2050 » quelles sont les technologies d’économie d’énergie et des sources véritablement écologiques, qui permettraient de réduire les émissions de CO2 de 60 à 80 % d’ici 2050 et donc de limiter le réchauffement de la planète à moins de 2°C. D’ici 2050, selon le scénario du WWF, les technologies d’efficacité énergétique pourraient permettre une économie de 40% de production énergétique, les énergies renouvelables contribuer à hauteur de 43% aux besoins et les énergies fossiles représenteraient les 17% restant à condition que le CO2 soit capté et neutralisé.

Pour que ce modèle devienne réalité, une profonde réforme du système énergétique mondial est indispensable et les mesures clés doivent être prises dans les 5 prochaines années.

Cinq conditions sont incontournables selon le WWF :

-Accroître l’efficacité énergétique pour rendre davantage de services tout en stabilisant la consommation mondiale d’énergie dès 2015.

-Stopper la déforestation, source d’importants rejets de CO2.

-Accélérer le développement des énergies renouvelables les plus durables.

-Privilégier de manière transitoire le gaz naturel plutôt que le pétrole et le charbon.

-Empêcher la construction de nouvelles centrales à charbon si elles ne neutralisent pas leurs émissions.

 

- En juin dernier, au moment du G8, le WWF a évalué la performance des pays du G8 contre le réchauffement climatique. Sa notation montre qu’aucun des pays du G8 ne peut se targuer de mettre suffisamment de mesures en application pour être en phase avec la limitation du réchauffement planétaire à moins de 2°C.

Trois pays s’avèrent totalement en dehors des clous : les Etats-Unis, le Canada et la Russie. Les Etats-Unis obtiennent la pire des notes, n’ayant ni ratifié le Protocole de Kyoto ni mis en œuvre de politiques au niveau fédéral pour limiter leurs émissions de gaz à effet de serre. La Russie et le Canada voient également leurs émissions augmenter sans réagir.

L’Italie et le Japon font un peu mieux, mais ils sont encore loin de limiter suffisamment leurs rejets responsables du changement climatique.

Les trois pays les plus avancés sur cette voie sont le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne, mais chacun d’entre eux risque de voir ses émissions s’accroître s’il ne prend pas rapidement des mesures nouvelles.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu