Avertir le modérateur

24/09/2007

Fillon, faillite, De Villepin, Jospin et Bayrou : sortir de l’impasse insupportable des Trente Piteuses ?

La faillite, nous voilà !

Tel est le cri d’assaut de Fillon qui, tel un petit soldat Américain répondant à Lafayette, joue le petit soldat de Sarkozy, le fidèle second de Bush.

Que de cris de guerre en ce moment, dans les couloirs du gouvernement… on se croirait au Pentagone à la plus belle époque du complexe militaro-industriel !

Après Kouchner qui se déclare pour la guerre en Iran en cas de besoin (encore une déclaration… d’amour aux Américains), c’est au tour du Premier Ministre de déclencher une guerre civile. Civile au sens « feutré » du terme.

Cette nouvelle guerre des mots n’agite en effet que le microcosme politique. De Villepin, Jospin et Bayrou sont montés au créneau. On s’attaque à une forteresse, mais c’est tout le pays qui est danger.

Croissance en berne, moral de la base affecté par les 15 milliards d’euros de cadeaux accordés aux plus riches… Une fois plus, la technique de diversion a bien fonctionné. On ne s’attaque pas aux vrais problèmes de la France :

- pourquoi les salariés sont, dans leur extrême majorité, totalement démotivés dans leur travail, c’est-à-dire le lieu où les gens « normaux » passent la moitié de leur existence ? Intéresser les salariés au bénéfice des entreprises, est-ce si compliqué ?

- pourquoi ne croire qu’au climat de peur pour résoudre les problèmes d’immigration ? Si l’on ne peut pas accueillir toute la misère du monde, ne peut-on pas intervenir pacifiquement dans le cadre du co-développement ?

- pourquoi agir en permanence comme si la Droite était revenue au pouvoir après douze d’absence ? Pourquoi le Président de la République n’assume-t-il pas ses erreurs comme ses nouveaux choix ?

Certes, suggérer la possibilité d’une guerre, c’est génial : cette seule idée fout tellement la trouille aux gens que cela leur évite de réfléchir.

Fillon peut tranquillement gloser sur la faillite de la France. Et insinuer qu’aux Trente Glorieuses ont succédé les Trente Piteuses.

Mais est-ce que ses déclarations rocambolesques de Sainte-Nitouche sont au niveau du Devoir qui attend son gouvernement durant l’année en cours ?

Commentaires

C'est sûr que le mot faillite n'est pas fait pour relancer la croissance. Le gouvernement Sarkozy est morbide, il est attiré par l'échec et la catastrophe.

Il paraît qu'on va pouvoir regarder la télé dans de petits appareils portables. Ces technologies c'est 25% de la croissance nous dit Christine. On va pouvoir regarder ça au boulot : travailler moins, attention tout de même à la police politique. He oui sarko a dit que sur les retraites il était pour des accords d'entreprises à condition qu'ils ne détournent pas son programme. Sarko n'est pas un libéral. C'est une idéologue doublé d'un policier.

Pour ceux qui ne ragardent pas la télé une autre solution consommer moins pour travailler moins.

Les néocons ne nous auront pas.

Quant à Kouchner il faut le féliciter d'avoir dû, grâce à sa grosse c.nnerie de mec impulsif et un tantiné déjanté, avouer à son corps défendant qu'il est pour la paix et contre la guerre. L'Iran content, les pacifistes aussi. Kouchner il faut le garder. Qu'il se débrouille avec Israël maintenant.

Écrit par : fortuné | 24/09/2007

J'ai trouvé l'image qui va avec ce post : http://blogduchi.canalblog.com/archives/2007/10/02/6392707.html

Écrit par : Jacques | 02/10/2007

Pour mieux saisir la mutation qu’est en train de vivre le Parti Socialiste français, il est impératif de remonter aux origines du socialisme sans conteste marquées par Karl Marx et Jean Jaurès. De ce fait, les auteurs, Jacques Laudet et Gaspard-Hubert Lonsi Koko, livrent au lecteur un parcours historique très riche en repères ayant balisé la voie de la gauche à travers l’Europe occidentale ainsi que l’ancienne URSS et ses satellites.

Ce premier tome concerne la naissance et les réalités du socialisme : à savoir la période allant de la fin du XVIIIe siècle à janvier 1947 – plus précisément, en France, de Gracchus Babeuf au gouvernement de Léon Blum. De la Révolution française de 1789 au guesdisme, on prend connaissance des grandes époques du socialisme : de la crise à l’Est à celle à l’Ouest ; on s’attarde sur l’archéo-socialisme, avant de s’intéresser au socialisme historique pour mieux appréhender le socialisme moderne devant préparer l’avènement du socialisme contemporain.

Seule l’analyse des faits passés permettra d’accoucher d’un projet ambitieux et de renforcer autour d’un programme commun, après la défaite à la présidentielle et aux législatives de 2007, de "probables et occasionnelles" alliances ayant permis la victoire aux élections municipales et cantonales de 2008.

Titre : Socialisme : Un combat permanent - Vol. 1 : Naissance et réalités du socialisme

Parution : 12 mai 2008

ISBN : 978-2-916335-04-9

GENCOD : 9782916335049

Pagination : 320 pages

Prix : 21,50 euros

Les auteurs :
Après avoir été gaulliste, Jacques Laudet a vibré à partir de 1958 pour Pierre Mendès France et François Mitterrand. Il s’est toujours interrogé sur les causes profondes de l’évolution politique. Ancien membre de la SFIO, il a adhéré au Parti Socialiste dès sa création en 1969 et y a milité activement jusqu’à son décès en février 2008.

Gaspard-Hubert Lonsi Koko est l’auteur de plusieurs ouvrages – dont "Un nouvel élan socialiste", "Le demandeur d’asile", "Mitterrand l’Africain ?"... Il préside le club de réflexion Enjeux Socialistes et Républicains.
Site personnel : http://www.lonsi-koko.net

Écrit par : Gandon | 04/05/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu