Avertir le modérateur

05/09/2007

Sarkozy, refondation de l’école, lettre aux enseignants : un cours ou une claque magistral(e) ?

Susciter l’engouement ou contraindre au mouvement : il n’existe que deux façons de diriger de manière dynamique. Pour diriger un pays, comme pour diriger une entreprise.

Le cas de la refondation de l’école, désirée par Nicolas Sarkozy, est caractéristique de l’hésitation du Chef de l’Etat entre les deux méthodes.

Sa longue lettre aux enseignants, de 32 pages, montre à quel point cet appel aux grandes valeurs et aux grands principes désire susciter l’adhésion des enseignants à sa politique volontariste, précisant en préambule : « J'ai écrit cette lettre avec conviction, avec passion, en pensant à mes enfants ».

De l’émotion en perspective ?

Que nenni : le pragmatisme est de mise. Le texte du Président est truffé de « je veux » et « il faut ». Il cherche à contraindre au mouvement les enseignants. Avec, en filigrane, le message suivant : « Travailler plus pour gagner (autant) avec moins d’enseignants. » Cette première pour un Président de la République, avec 11 200 emplois de moins dans l’Education Nationale, cela ne passe pas comme une lettre à la Poste. Même si – attention, amis de gauche, sortez vos bazookas, et visez mon cœur ! – l’idée de réduire les horaires des élèves de collège et de lycée (en allégeant le programme) pour atteindre le niveau de nos voisins allemands (moins présents en classe et tout aussi performants que les Français) me séduit particulièrement. 2

Une nouvelle guerre de l’école serait-elle en train de s’allumer ?

Le Président de la République devrait se méfier des batailles inutiles avant de les engager. A force de chercher Dominique de Villepin, l’ancien Premier Ministre se rebiffe. Comme le titre le site en ligne du Nouvel Observateur : il s’agit bel et bien désormais d’une déclaration de guerre, comme je le craignais déjà sur ce blog : « Ce n'est pas quand on est entouré de béni-oui-oui, de cire-pompes et de courtisans que vous faites avancer un pays », a-t-il encore déclaré.

D’ailleurs, même si durant son passage au Ministère de l’Intérieur ne lui a pas permis de se forger un réseau1, pensez-vous qu’il s’agisse d’une coïncidence troublante ou fortuite, si le fils du Président, Jean Sarkozy, accusé d'avoir, en 2005, pris la fuite après avoir percuté une voiture avec son scooter à Paris, est cité à comparaître le 11 septembre ?

1 Comme le raconteNT trois journalistes du Point dans leur livre « Place Beauvau, la face cachée de la police » (que je dévore actuellement), montrant comment De Villepin s’est fait « enfumer » avec l’agression antisémite du RER D en juillet 2004, inventée de toutes pièces par une jeune mythomane.

2 Quant à la semaine de 4 jours, me levant régulièrement le samedi la « gueule enfarinée » pour emmener l’une de mes filles à l’école, je ne suis pas assez objectif pour donner mon avis (qui est : « Oui, sans hésiter ! »).

Commentaires

Comme le raconte trois journalistes du Point : le racontent !

oulalalala la fauuuuute ! un retour à la case école serait des plus utiles !

Écrit par : frank | 05/09/2007

oui, en parlant d el'école "ils raconte!!!"
mais Pouvez-vous m'expliquer que demandant aux salariés de "travailler plus" on diras aux aux écoliers, collègiens, lycéens " de travailler moins" ???
Pour le samedi matin, vous êtes le parent "basique" : le principal c'est moi et mon heure de gagnée le samedi matin, et vous ne voyez pas le bien de l'enfant : cf rythmes scolaires.
PS : je ne suis pas enseignant

Écrit par : jean-pierre | 05/09/2007

Que les profs manifestent pour avoir des parents plus competents avec leur(s) enfant(s) ( je dis pas de mettre dees baffes aux gamins, je dis que "l'attitude enfant roi"...il faut l'arreter...) avant de manifester pour leur temps de travail et leur salaire...
La je pense qu'on reconnaitra les bons profs qui veulent vraiment qu' on ait des enfants respectables...

Écrit par : f | 05/09/2007

@ franck

Que c'est facile! Un de plus qui se revendique de la "lettre" probablement pour faire pousser un arbre destiné à cacher la forêt de ses propres imperfections.

@ l'auteur: - Villepin appuie là où ça fait mal? Probablement ce qui justifiera l'acharnement de certain(?) pour le voir couler avec l'affaire Clearstream.

(?) Sans "s" pour donner un sens à l'existence de Frank.

Écrit par : Roro | 05/09/2007

@ Franck, Roro
Franck a malheureusement raison : je devrais me relire plus attentivement, au niveau de la grammaire et de l'orthographe, je suis bien trop "créatif" ;-)

@ JeanPierre
Je vois surtout la tête de ma fille quand il faut AUSSI se lever le samedi : côté rythme scolaire, son air fatigué me renseigne suffisamment sur l'incompréhensible science française des "rythmes scolaires"

@f
C'est quoi des parents plus compétents ?
Des parents dont les enfants sont bien notés par le permis à points lancée dans une cantine scolaire du Rhône ?
http://tf1.lci.fr/infos/france/societe/0,,3536749,00-eleves-trop-dissipes-prives-cantine-.html

@Roro
Et ça continue dans le flingage à tout va ; c'est maintenant Claude Chirac, la fille du prédecesseur de Mr Certain qui est visée (ouf' : j'ai failli oublier d'accorder l'adjectif ;-) :
http://www.20minutes.fr/article/178657/France-La-police-financiere-enquete-sur-Claude-Chirac.php

Écrit par : LINFONAUTE | 05/09/2007

Une lettre de 32 pages publiée à million d'exemplaires, multiplié par autant de timbres et d'enveloppes, pour expliquer à ces abrutis d'enseignants de gauche qu'ils vont devoir faire encore plus de miracles avec encore moins de moyens, pour faire des économies … ça coûte combien au contribuable ?
J'aime beaucoup la formule "les suppressions de postes sont la conséquence de la réforme de l'Ecole, et non son objectif " : précision utile !!! on aurait pu avoir un doute …
Quand un gouvernement choisit de sacrifier son éducation publique, il ne s'agit pas d'une mesure économique, mais d'un choix éminemment politique. Et vous verrez qu'à l'heure du bilan, quand tous les jeunes d'aujourd'hui seront devenus des bons consommateurs bien dociles incapables d'émettre la moindre critique citoyenne, faute d'avoir reçu l'éducation à laquelle ils avaient droit, ce sera encore la faute à tous ces enseignants incompétents.
Bref , gros foutage de gu…, mais ça n'est que le début, il a pas fini, Nico, de prendre les gens (et particulièrement ces fainéants de profs) pour des cons.
(je suis enseignante et fonctionnaire, ne le dites pas à ma mère )

Écrit par : alpe | 05/09/2007

@ Alpe

Hélas, 32 000 000 pages pour exprimer clairement ses idées... pourquoi pas ? Même si, à mon sens, cette lettre de 32 pages se présente comme une nébuleuse.
Mais il y a pire, pour l'environnement : l'UMP va distribuer 10 000 000 de tracts soulignant la rapidité et l'efficacité du gouvernement pour appliquer les promesses de campagne de Nicolas Sarkozy :
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20070902.OBS3023/dix_millions_de_tracts_pour_soulignerlefficacite_du_gou.html

Quant aux profs et aux instits, parmi lesquels je compte quelques ami(e)s, il serait bon de réduire le nombre d'heures de cours et d'en profiter pour réduire le nombre d'élèves en classe... donc de garder les effectifs. En primaire, dans ma ville, ils ne sont que 19 par classe... le bonheur !

Personnellement, ce sont en particulier les suppressions de poste concernant le personnel de l'Education Nationale dédié aux handicapés qui me chagrinent. Parce qu'un enfant handicapé dans une classe (une présence seulement possible avec l'aide d'un personnel accompagnateur), cela vous forge des esprits sains à vitesse grand V... et surtout pas des "consommateurs bien dociles incapables d'émettre la moindre critique citoyenne" (une crainte que je partage avec vous). Cela a été le cas pour l'une des copines de ma fille, immobilisée par une maladie sur une chaise roulante. Voilà, voilà, voilà...

Écrit par : LINFONAUTE | 05/09/2007

la politique de Sarkozy est connue depuis longtemps : "du fric pour les riches, des discours pour les autres."
cela a pour l'instant assez bien marché avec les ouvriers. Mais à mon avis, avec les profs, ce genre de stratégie a peu de chance de réussir, déjà quils ont une certaine tendance à la paranoïa, là où il n'y en a pas. Alors quand on annonce 11000 postes supprimés, ils ne vont pas se réjouir parce qu'on leur offre un beau discours en guise de pommade !
Claude Allègre avait déjà essayé avec un livre à leur attention, on connait la suite de l'histoire !

Mais ce qui est incroyable avec Sarkozy, c'est qu'il est quand même au summum du foutage de gueule en permanence.

Son allocution du 2 mai lors du duel Ségo Sarko est très explicite à ce niveau là : c'est le retour au 19ème siècle et l'augmentation des enseignants passera par les cours du soir !

"Le problème de l'école n'est pas qu'un problème de moyens, d'argent et de structure. C'est aussi un problème de programme d'éducation scolaire. Il faut débattre de ce que nous voulons faire de l'école. Quelle est l'école que nous voulons? Je veux une école du respect, de l'autorité, de l'exigence, du mérite où les enfants des familles modestes accèdent aux grands auteurs et où, comme Jules Ferry, on a de l'ambition pour les enfants. Une école qui transmet un savoir, qui n'a pas peur d'enseigner le civisme, qui transmet une morale commune, une école où les maîtres sont respectés, où lorsque le maître entre dans la classe les élèves se lèvent en signe de respect. Une école où chacun sera reçu avec le soin d'un parcours adapté à ces problèmes. Je crois aux limites du collège unique, une école où on va répondre au malaise formidable des enseignants qui ne sont pas assez payés, pas assez récompensés. Une école où on pourra laisser ses enfants à l'étude du soir sur la base du volontariat pour qu'ils rentrent à la maison les devoirs faits. Je propose une révolution pour toutes les femmes en France, c'est que tous les enfants, si je suis élu Président de la République, pourront au collège et au lycée rester en étude surveillée après la fin des cours pour rentrer à la maison avec les devoirs faits. Il y a beaucoup de femmes qui travaillent, qui ne peuvent pas être là quand les enfants rentrent de l'école, beaucoup de femmes qui seraient très heureuses que les enfants aient fait leurs devoirs et leur travail à l'école. J'ajoute que cela permettrait de résoudre le problème du pouvoir d'achat des enseignants, car cela leur permettrait de faire ces études encadrées, sur la base du volontariat, pour être davantage rémunérés."

Écrit par : PELE | 05/09/2007

J'oubliais :
Nicolas Sarkozy promettait le 2 mai aux écoliers de travailler tard le soir à l'école, jusqu'à ce que leur mère vienne les chercher après le travail. En plus cela permettrait aux enseignants de travailler plus et de gagner plus.

Sarkozy Nicolas promet en septembre de faire travailler moins les gamins pour faire des économies et que les enseignants travaillent moins.

Comprenne qui pourra. Sarkozy s'agite tellement et fait tellement de promesses qu'il en oublie celles qu'il a faite la veille. Mais l'important n'est pas de tenir ses promesses mais d'occuper en permanence l'espace médiatique.

Écrit par : PELE | 05/09/2007

cela s'apprend a l'ecole,des Fables

Maître Sarkozy, planqué a l’Elysée
Tenait dans ses mains les chiffres du chômage
Maître Villepin jaloux de son succès
Lui tint à peu près ce message
Hé ! bonjour, Monsieur Sarkozy
Que faite vous sur TF1! Sur Canal il y a Dati !
Sans mentir,car je suis au chômage
j’ai besoin de vous ,car Dati n’est pas sage
Vous serez ,entendu par Lapix ,et créé de nouvelles lois"
A ces mots ! Sarkozy, fait un pissou de joie ;
Et pour montrer sa nouvelle lois
Il fait pote avec Kadafi,et ils se tutoie
Le Villepin s'en saisit, et dit : "Mon bon Sarkozy,
Apprenez que tout arnaqueur
Vit aux dépens des travailleurs:
Cette leçon lui vaut bien le chomage, sans doute. "
L’oiseau Sarkozy, honteux et confus,
Jura, un peu avec Cécilia, qu'on lui a mis dans le c….

Écrit par : Eric Claxon | 05/09/2007

@ Pelé
Monsieur Sarkozy n'est pas à une contradiction près. Il l'a parfaitement compris : cela fait déjà deux interventions (l'une au MEDEF, et l'autre pour les enseignants) au cours desquelles il n'annonce aucune nouveauté concrète. La peur de devoir se contredire à l'avenir ?

@ Eric Claxon

Désolé de vous contredire, mais concernant les chiffres du chômage, c'est à Sarkozy d'être jaloux de Villepin, lequel l'a mis récemment au défi de faire au moins aussi bien que lui lors de ses deux ans à Matignon.
Donc, tout ce qui suit ne tient pas debout. Mais on ne va pas en faire un fromage, non ?

Écrit par : LINFONAUTE | 05/09/2007

Pas convaincant le Président avec les Profs. Leur demander de travailler plus avec moins d'effectifs et moins d'heures de cours pour plus de résultats ce serait idéal pour Bercy, mais peut-être pas pour les jeunes générations.
Depuis Edgar Faure sous De Gaulle, il y a quarante ans, en passant par Habi sous Giscard, l'Education Nationale se déglingue. De réformes en réformes toujours plus intelligentes elle en est arrivée au résultats actuels.
Pour remettre sur pied un système qui fonctionne correctement, la Communication sur une rentrée scolaire ne va pas suffire. Il lui faudrait plusieurs quinquenat au nouveau Président, à condition toutefois de revenir dès maintenant dans les petites classes aux principes d'enseignement qui ont jadis fait la force de ce pays, et de museler ces réformistes géniaux qui cassent la baraque avec des idées tordues.
Mais le long terme, ce n'est pas ce qui préoccupe le plus aujourd'hui.

Écrit par : vendeuvres | 05/09/2007

"Que les profs manifestent pour avoir des parents plus competents avec leur(s) enfant(s) ( je dis pas de mettre dees baffes aux gamins, je dis que "l'attitude enfant roi"...il faut l'arreter...) avant de manifester pour leur temps de travail et leur salaire...
La je pense qu'on reconnaitra les bons profs qui veulent vraiment qu' on ait des enfants respectables..."

Le bon prof (que j'espère être!!!) te dira qu'attendre d'avoir des enfants "respectables" (qu'est-ce que ça veut dire?) est le meilleur moyen de finir aigri, déprimé avant l'heure. Ces profs là sont légions dans les lobbies "rendez nous l'école d'avant". Pour ma part je fais ce que je peux avec ce qu'on me donne (les petits, les agités, les pas beaux, les pas fute fute, les pas formaté et les autres...). Le seul titre de gloire auquel on devrait aspirer est de ne laisser personne tomber.
Quand je manifeste (c'est rare mais je sens que ça être chaud cette année) c'est pour les conditions de travail donc de réussite des élèves.

Écrit par : tiptop | 05/09/2007

la remarque sur la faute dans le 1er commentaire était faîte sur un ton badin, il m'est-moi même arrivé de me faire reprendre pour des fautes d'orthographe, dans le feu de la rédaction on se relâche, donc aucun désir de mépris élitiste chez moi, merci... merci de noter mes fautes

en tout cas je pense aussi que cette lettre c'est encore de l'argent foutu par les fenêtres du contribuable, aujourd'hui l'outil internet existe et chaque enseignant a sa boite mail, de plus ce courrier présidentiel aurait pu être dispatché directement dans les casiers...

la lettre de NS est un exercice de style néo-libéral, aucune affirmation idéologique claire, on ménage chèvre et chou. Pour résumer le style en vigueur, il n'y a pas de problème, il n'y a que des solutions, maintenant écoutons bien la bonne parole, la voilà la vraie rupture...
quant à ceux qui voudraient rappeler les vrais problèmes ils ne seront pas écoutés et seront vite discrédités (les rouges que l'on a cachés sous le tapis), pourtant la liste des impasses du métier au quotidien est claire dans l'esprit de tous les enseignants, surtout dans le maillon dit faible :
- effectifs surchargés (comparez l'ambiance d'une classe à 35 et celle d 'une classe à 15)
- ambiance dégradée entre parents et enseignants mais aussi entre enseignants eux-mêmes, entre enseignants et hiérarchie itou
- manque criant d'inspecteurs dans certaines disciplines
- enseignant seuls, aucune présence de conseillers pédagogiques qui seraient prêts à venir en classe pour seconder l'enseignant en demande de remotivation
- stages de formation continue bouchés, les seuls vraiment attractifs et in(formatifs) sont pris d'assaut, ainsi les stages de longue durée (6 ans d'attente dans certaines académies, pour 6 mois de stage)
- diminution drastique des places en SEGPA et en IRPP (sans parler de l'accueil des élèves handicapés), classes relais surchargées elles aussi; et on nous dit que le collège unique est un leurre... donc il faut gérer des élèves psychiquement ingérables intégrés par défaut dans des classes de collège, déstabilisation quasi-assurée d'un groupe-classe et mulitiplication d'incidents de toute nature
- bureaux de vie scolaire archi-débordés et pas à mêmes d'épauler des profs qui sont contraints de "virer" des élèves (jamais de gaieté de coeur)
etc...

Écrit par : frank | 05/09/2007

@ Frank
Votre état des lieux est malheureusement aussi complet qu'inquiétant.
J'ajouterai que la porte de l'Education Nationale se ferme parfois à des personnes qui ont "la vocation", et la philosophie pour apporter tout leur savoir-être (en plus des notions de base) aux enfants.
Une amie s'est inscrite au concours pour devenir enseignante. Elle a deux enfants, eSt une terreur en langues (français compris), mais rame en maths. Rappelons que ce concours exige le niveau d'un baccalauréat de lettres, et que les classes de primaire ne vont jamais au-delà du CM2...
Bref, elle est aujourd'hui sur liste d'attente, pour quelques points manquants.
Elle a pourtant choisi une académie peu courtisée, réputée "difficile" du point de vue de la "population" : l'Académie de Créteil (j'utilise beaucoup de guillemets pour être suffisamment explicite, et ne froisser personne).
Moi-même, j'aurai aimé être enseignant au lieu de journaliste. Mais je n'avais qu'un Bac+2, et non une licence.

@ tiptop
"Le seul titre de gloire auquel on devrait aspirer est de ne laisser personne tomber. " : j'en connais des enseignants comme vous ; ma fille en a bénéficié !

@ vendeuvres
"le long terme, ce n'est pas ce qui préoccupe le plus aujourd'hui [les politiques]." : c'est bien le problème d'un quinquennat renouvelable.

Écrit par : LINFONAUTE | 06/09/2007

j'ajoute que le principe de la lettre au domicile est archi-discutable, le PdR peut se targuer d'être le seul à procéder de la sorte, ainsi c'est la toute 1ere fois que je reçois un courrier émanant de la hiérarchie à mon domicile, il en va de même pour la majorité des enseignants, mais n'oublions pas que le chef suprême est au-dessus des lois et des réglements... tout ce que l'on peut lui souhaiter c'est de le rester longtemps et d'y songer quand il se rase le matin devant sa glace

le président est grand...

Écrit par : frank | 06/09/2007

Bonjour,

Avec le gesticulateur, il faudra s'attendre à tout. Cette manière de se mêler de tout ne vous rappelle t-elle pas ce qui se faisait dans les pays communistes, où tout était planifié par les guides suprêmes ? Par exemple, prenez le cas de la RDA et de la Roumanie, on se souvient que Honecker et Ceaucescu s'occupaient même de la couleur des slips des athlètes des équipes nationales. A quand cela en France ? Avec l'UMP, comme on dit, "ensemble tout est possible". Certainement le PIRE.

A+

Écrit par : A2N | 06/09/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu