Avertir le modérateur

23/08/2007

OL-ASSE, Aulas, Ligue 1 et Champions League : n’est-ce pas une bonne année pour l’Olympique Lyonnais pour gagner la Coupe d’Europe ?

Fan absolu de football, et pratiquant de ce sport collectif depuis trente ans avec une ferveur intacte, je ne suis pas insensible au sort de l’Olympique Lyonnais, le club construit depuis vingt ans par Jean-Michel Aulas.

Alors que se profile le derby le plus fratricide de la Ligue 1 (OL-ASSE), je vais défendre une thèse qui me vaudra d’être honni, ridiculisé, conspué (etc.)… jusqu’au 21 mai prochain, si tout va bien.

Je pense, en effet, que c’est l’année propice pour l’Olympique Lyonnais pour remporter la Champions League. Pas l’année ou jamais. L’année propice.

Pour ceux qui n’ont pas déjà cliqué ailleurs en se gaussant, ou qui me prenne malencontreusement pour un anti-OL, voici mes arguments :

- La tactique affichée par Aulas est la construction d’un club à long terme. En raison, notamment, de l’arrêt Bosman qui défavorise les clubs français, formateurs d’excellents joueurs. Exemple, pour un salaire de 2 millions d’euros nets, la facture pour un club français est plus élevée qu’à l’étranger d’une petite dizaine de millions d’euros à l’année… Or, la réglementation fiscale française ne changera pas de sitôt. Il faut donc tenter un coup, une fois, une année.

- L’OL s’inscrit dans la durée. C’est incontestable en Ligue 1. C’est terriblement surréaliste en Champions League où, après un premier tour réussi, l’OL a manqué ces deux dernières années les phases à élimination directe par manque de maîtrise. A défaut de se construire un palmarès façon Manchester United ou Real Madrid, sur le long terme, l’OL doit tenter la technique des Barjos au handball : le « bon » coup de gueule au « bon » moment !

- Le mauvais départ en championnat, les blessures de joueurs-clés de l’effectif lyonnais, et l’arrivée d’un entraîneur de caractère (Perrin) sont peut-être l’occasion d’une « révolution de palais » en terre rhodanienne. C’est-à-dire, d’une moindre influence de Jean-Michel Aulas sur le jeu et la composition de l’équipe… Moins de privilèges et plus de concurrence, telle pourrait être la clé du succès.

- Logiquement, il faudrait donc un premier tour de poules passé difficilement, un huitièmes de finale négocié au plus juste, et, avec le retour de l’arrière-garde (Coupet et Cris au printemps), un sprint final époustouflant face à des équipes qui ne s’attendent plus à affronter l’Ogre Lyonnais… mais qui trouveront, en face d’eux, des joueurs sûrs de leur force. Une force née brutalement…

Et vous, passionnés de football, pensez-vous que l’OL sera championne d’Europe à Moscou cette année ?

Commentaires

Si ça se passe comme ça, Aulas signe un long métrage l'an prochain :p

Écrit par : dudu | 23/08/2007

Après tant de désillusions dans le 2nd tour de la Ligue des Champions, une grosse partie de l'effectif lyonnais était lui aussi devenu sans illusions, à tort ou à raison. Et même s'il s'agissait d'énormes talents, les Malouda, Abidal et Tiago devaient partir car il s'agissait dès lors de joueurs qui avaient davantage le souvenir des défaites que l'espoir d'un renouveau. C'est l'inverse pour la "jeune garde" qui a été appelée en renfort à l'OL cette saison, et qui est désormais majoritaire dans l'effectif. Et c'est cela, l'élément qui manquait sûrement à Lyon les années précédentes et qui fait tant de différence entre les grandes équipes et les autres : le mental. Voilà pourquoi je pense aussi que c'est l'année "propice". D'ailleurs, les résultats en demi-teinte du début de saison me laissent espérer que le pic de forme du club arrivera au printemps, comme pour les grands clubs, et non pas en début de saison comme le faisait précédemment l'OL, car caracoller en tête à l'hiver est très stérile et Aulas, Lacombe (et Duverne ?) le savent maintenant.

Écrit par : Kévin | 23/08/2007

C'est aussi mon opinion, il vaut mieux faire un début de saison moyen et un deuxième époustouflant que le contraire, si on inversiat les performances de l'Ol de l'année denrière au niveua de la qualité du jeu, l'Ol aurait été champion de France mais aurait certainement participé à la finale, ou tout du moins à la demi-finale car il faut le reconnaître, sur les 4 demi-finalistes au moins trois affichaient également un niveau exceptionnel: Manchester, l'AC MIlan et Liverpool, quant aux performances européennes, il arrive régulièrement qu'un cador se fasse surprendre comme l'OL l'a été par la Roma, son parcours des années précédentes a démontré que la porte des demi finales était tout à fait franchissable car une élimination à 2 minutes de la fin du matche con,tre le Milan AC et une élimination aux tirs aux buts sont des faits de jeu d'une telle subtilité que l'Ol aurait très bien pu se qualifier deux ans d'affilée pour les demis, alors voilà, oui, cette année peut très bien être celle de l'OL.
Qui plus est l'OL doit apprendre à être une équipe qui laisse le ballon et qui contre une équipe qui subit les 3:4 du temps pour planter de cruelles banderilles dans le dos d'un adversaire essoufflé, l'Ol doit apprendre à maîtriser le match sans avoir le ballon.
Lyon sait déjà le faire mais son jeu était plus basé sur une longue possession du ballon et une construction minutieuse que sur une capacité à faire croire à l'adversaire qu'il domine tout en lui faisant faire ce que l'on veut qu'il fasse, de'snderniers vainqueurs seul le Barça de Ronaldinho échappe à la règle mais si Lehmann n'avait pas été expulsé peut-être l'Histoire eût-elle été différente.
Pour gagner la LDC avec une équipe qui tient le ballon il faut avoir une armada offensive irresistible et très peu de vainqueurs de la LDC correspondent à ce profil, la plupars sont des équipes de contre.
Avec le nouveau 4-4-2, l'Ol devient une équipe de contre, si elle devient une très bonne équipe de contre elle aura sa chance, encore faut-il réussir sa mue.

Écrit par : FREDC | 23/08/2007

@ FredC
Argument très intéressant : c'est vrai que l'OL a toujours eu tendance à vouloir "imposer le jeu", alors qu'avec cette générosité dans le jeu, seul le Barça a réussi à s'imposer en Ligue des Champions ces dernières années. Et encore, l'expulsion prématurée de Lehmann clairement a bouleversé le sort de cette finale...
On l'a encore vu hier soir, lors de France-Slovaquie :quand une équipe qui sait jouer au ballon procède par des contres, elle se crée bien des occasions de but.
Longue vie au nouveau 4-4-2 de l'OL !

Écrit par : LINFONAUTE | 23/08/2007

Personnellement je suis d'accord avec cet article sur l'OL, ENFIN DE VRAIS PERSONNES qui parlent football sans tiraillements e consore. Parce que sur la plupart des sites où je suis allé, ce ne sont que des disputes et des disputes.
Sinon effectivement c'est l'année propice car c'est très exactement là où personne n'attendra le Lyon qu'il surgira... Moi je dis que l'OL connaîtra le même parcours en LDC que l'EDF en coupe du Monde 2006.

Écrit par : Jmarcos | 23/08/2007

Je ne partage pas l'essentiel de ton analyse mais seulement ta conclusion. En revanche, et à mon avis, parler de Perrin comme d'un entraîneur de caractère équivaut à parler de la nervosité des huîtres dans le bassin d' Arcachon. N'oublions pas une chose fondamentale : Les supporters, les vrais, se moquent désormais de ce titre : Le titre de Champion de France ne doit plus être qu'un objectif mais pas une priorité. Quand on l'a remporté six fois consécutives (jamais vu dans le monde) on doit passer à un stade supérieur car on n'a plus grande chose à prouver à l'hexagone. J'éprouve un sentiment qui m'énerve moi-même mais me rassure également : Aulas a bati depuis 20 ans un club sain, victorieux et avec des ambitions. Cependant, dans toute entreprise il y a 3 étapes : Celle du redresseur qui met en place des process de pérennité, celle du consolideur qui bonifie et celle du développeur qui magnifie. Jean-Michel Aulas et Bernard Lacombe ont eu le caractère et la volonté rares de remplir les deux premières exigences et j'en suis encore impressionné. Mais je pense, à contre-coeur comme tout vrai supporter tant attaché à ses deux personnes et personnalités, que Jean-michel et Bernard doivent laisser leur place, avant qu'ils ne fassent l'année de trop qui fera oublier les splendides années précédentes. Ils sont devenus, sur le marché des transferts, très et même trop prévisibles. Résultat on s'accroche à des joueurs nolife comme à des espoirs (Boumsong, Crespo, Anelka) que l'on dit "importants pour l'avenir du club": Les denrées comme Sonny sont malheureusement rares. Nous n'avons pas été épargnés ni par les blessures ni par les erreurs flagrantes mais non dénoncées (car c'est l'OL !) d'arbitrage ni par les commentaires acides des rédactions journalistiques. Malgré tout ce que je viens d'écrire j'ose encore croire moi Lyonnais de naissance, de coeur et d'attachement à une magnifique surprise présidentielle. Jean-Michel est un homme de combat, de défi et de remise en cause permanente donc je lui fais confiance pour nous sortir un très très beau lapin du chapeau. Et puis regardons bien les parcours des équipes françaises ayant brillé en Coupe d'Europe; Parcours que l'on nous qualifie d'épopée, de mythe voire d'historique : ASSE 1976 : 1 an après éclatement du scandale de la caisse noire qui remontait à 1973, Marseille 1993 matches gagnés de façon surprenante, achat d'un match contre VA en liquide, condamnation et radiation des Dirigeants, une des journaux, PSG 1996 paiement en liquide par les sponsors d'une partie des salaires des joueurs, transferts plus que douteux avec l'OM (tiens, tiens,...), rachat par un groupe financier étrange. Donc si l'OL ne doit pas gagner un jour une Coupe d'Europe car elle sera restée propre et bien qu'elle reste propre. Je vais conclure en étant un peu bourrin mais j'espère qu'on mettra une grosse avoine aux stéphanois Dimanche soir à Gerland !!! Allez l'OL, allez les gars !!!

Écrit par : Le Corsaire | 23/08/2007

A noter que le meilleur exemple d'un mauvais début de saison et d'un printemps fabuleux, c'est celui du Milan AC la saison précédente, malmené dans le Calcio et même défait par Lille ou l'AEK Athènes...
Je pense pour ma part que le réel et dernier handicap qui se pose pour l'OL dans l'objectif de franchir le niveau de ce qui est pr moi le groupe B de la ligue des champions (les réguliers mais qui ne gagnent pas comme le Werder Brême, le PSV Eindhoven, Arsenal) pour devenir l'une des locomotives, c'est... le championnat de France. Pour 2 raisons : l'absence de concurrence (du moins jusqu'à présent, Monaco était en passe de le faire mais on connait la suite) qui ne permet pas de se tester réellement et qui même empêche Lyon de recruter de grands joueurs qui refusent de jouer contre des équipes répondant au doux nom de Lorient ou Valenciennes. Et d'autre part (et surtout), les différences fiscales et financières énormes avec les autres championnats... Mais ça Lyon n'y peut pas grand chose, c'est aux autres clubs français et à la Ligue de se bouger s'ils veulent qu'un jour, la France envoie des éléments dans le dernier carré de la Champion's League car tant que des changements ne seront pas faits à ce niveau-là, Lyon aura beaucoup de mal à y parvenir...

Écrit par : Kévin | 26/08/2007

@ Kevin

Le Milan AC est effectivement l'exemple à suivre... Quant au championnat, Lyon abordait les rencontres de championnat sans la peur de perdre, puisque l'écart avec ses poursuivants a rapidement été conséquent. On joue tellement mieux l'esprit tranquille... ce qui ne sera pas le cas cette année ! Tout le monde sent l'OL prenable... ce qui fera beaucoup de bien à ses joueurs.
D'ailleurs, on pourrait lire la trajectoire de Lyon aux trajectoires des coups-francs de Juninho. Un coup-franc bien tiré par Juni a ces caractéristiques : si personne ne la touche, la balle peut aller au fond ; il y a toujours des Lyonnais sur la trajectoire choisie par Juni pour couper le ballon ; et enfin, la trajectoire est absolument illisible pour un gardien de but sur près de la moitié du parcours.
Et quand Juni tire bien ses coups-francs, de cette façon... l'OL va TOUJOURS bien. Et au vu du coup-franc de Juni contre l'ASSE, dimanche dernier, l'OL va très bien en ce moment...

@Corsaire
Je vous rejoins sur la nécessité de garder un club "propre" à Lyon (sans scandale financier). Je ne pense pas qu'Aulas doive céder son poste, car sa gestion exceptionnelle montre justement combien il est irremplaçable dans le foot français. A mon sens, il doit juste laisser l'entraîneur faire son équipe. N'en déplaise à tous ses détracteurs, tout le monde n'a pas le "pif" de Tapie. Imposer Barthez en 1993 dans les buts, à la place d'Olmeta, c'était cullotté. Quant à Lacombe, il déniche tout de même de bons joueurs au Brésil. Même mot d'ordre pour lui, à mon sens : laisser Perrin faire !
On voit, à Bordeaux, à Nancy ou à Lorient, combien la gestion humaine des joueurs décuple leur jeu. Papin va d'ailleurs faire des étincelles à Lens...

@Jmarcos
Euh... comme l'EDF en 2006, avant le coup de boule de Zidane !

Écrit par : LINFONAUTE | 28/08/2007

il est d'usage en effet qu'une equipe mal au point 6mois un an avant une grosse echance reussisse bien cette echeance,tout simplement parce qu'on l'attends plus,

des exemples?
Le Bresil en 2001 pdt la qualif a la coupe du monde 2002 a fallit passer par les barage resultats champion du monde en 2002;
la france idem en 2005(jusqu'a une nouvelle cohesion survenue lors du retour des cardes)resultat finaliste de la CdM

qui attenait l'Italie en finale?personne
qui voyait liverpool en finale l'an dernier a cette meme epoque?

et c'est pareil dans le rugby,l'equipe de france il y a 6mois etait pitoyable voyez son niveau aujourdhui,on peux envisager d'aller au moins en demi!

alors mes chers amis,l'OL est faible en ce debut de championnat mais s'il passe les poules ils seront bel et bien forts en fevrier lors des matches couperait

Écrit par : kirk | 03/09/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu