Avertir le modérateur

16/08/2007

Cécilia Sarkozy : premier drame ou première Dame de France ? La crise boursière, serait-elle secondaire par rapport aux crises de shopping de l’épouse de Nicolas S., Président de la République Française ?

Elu en mai dernier pour une tâche titanesque, tant au niveau de la préservation de l’emploi que de la défense de l’environnement, une tâche qui requiert une attention et une précision maximales, le nouveau Président de la République Nicolas Sarkozy a autre chose à faire que de prendre lui-même la température de son épouse. Ou de mettre son nez dans leur compte commun, pour vérifier si Cécilia Sarkozy n’aurait pas mis une ou deux notes de restaurant sur le compte de l’Etat.

Toute l’attention des médias majeurs, et donc des Français, semble porter sur l’épouse du Président, au point des journaux comme Libération, France 5 et Marianne se font mutuellement la morale sur le sujet.

Le comble du ridicule de cette « Cecilia-Manie » appartient au Parti Socialiste, qui réclame une « commission d’enquête parlementaire » sur l’intervention de l’épouse du Président dans la libération des infirmières bulgares détenues en Lybie.

Il faudrait, dans cette logique défendue par Pierre Moscovici, remettre en cause les nombreuses actions de Danièle Mitterrand. A travers sa fondation France Libertés Fondation Danielle Mitterrand, cette première Dame a courageusement répondu aux appels de détresse de femmes et d’hommes démunis et opprimés, en lançant des actions de sensibilisation et en finançant des actions de terrain portées par les habitants eux-mêmes. Elle a notamment pris position en faveur des Sahraouis, du sous-commandant Marcos, des Tibétains, des Kurdes, des peuples indiens d'Amérique latine, etc. Et pour mieux faire le lien entre l’action de Cécilia Sarkozy auprès du dictateur libyen,  Danièle Mitterrand s’est engagé en faveur de Fidel Castro et de son régime, mettant en difficulté François Mitterrand, bien qu'elle soit parvenue à faire libérer de nombreux prisonniers politiques.

Dans la logique défendue par Pierre Moscovici, il serait plus judicieux de demander des comptes à l’Etat pour avoir « entretenu » aux frais des contribuables la seconde famille de François Mitterrand. Quant à l’affaire des otages de Kadhafi, il serait là aussi plus judicieux de savoir quel part payée par les contribuables français sur les quelque 460 millions de dollars réglés à la Lybie pour obtenir la libération d’êtres humains, certes, mais pas de concitoyens français. Au 2000ème jour de captivité pour Ingrid Betancourt, on peut légitimement s’inquiéter des chances de libération de la franco-colombienne, ancienne intime de Dominique de Villepin (dixit « La tragédie du Président », par Franz-Olivier Giesbert), car la facture pourrait s’avérer élevée.

Mais revenons à nos moutons, ou plus exactement à celle que l’on commence à considérer comme une brebis galeuse, à force de déconsidérations répétées.

Dans ce tourbillon d’opinions autour de Cécilia Sarkozy, on est en droit de se demander si l’épouse du Président de la République est la première Dame de France ou le premier Drame de France. Pour une seule raison : qu’elle n’empêche pas son mari d’exercer pleinement la fonction pour laquelle il a été clairement choisi en mai dernier.

Cécilia Sarkozy a droit à une vie privée. Elle n’est pas tenue de « jouer un rôle », « tenir un rang », ou à d’autres obligations d’un autre temps ou d’une autre classe.

En revanche, elle ne doit pas parasiter l’action du Président de la République.

Quand elle intervient auprès de Kadhafi avec ses arguments de femme pour la libération des otages bulgares, elle défend l’honneur de notre pays.

Quand elle semble clairement participer à l’heure de retard de Nicolas Sarkozy pour son premier rendez-vous (largement médiatisé) au domicile de l’un des plus importants dirigeants de la Planète, elle affaiblit l’action du Président de la République, lequel apparaît davantage préoccupé par les desideratas de Madame plutôt les désirs des Français.

Cet épisode avec le clan Bush a certainement rappelé à nombre d’entre nous un moment vécu, où l’on arrive bien en retard chez des amis, en expliquant que votre compagne (votre compagnon) n’est pas venu(e) parce qu’elle (il) est souffrant(e), alors que tous vos amis – en apparence, compatissants – ont bien compris que vous vous êtes pris la tête avec Madame (ou Monsieur) juste avant votre arrivée !

Bref, Monsieur Sarkozy, amoureux de quelqu’un qui ne respecte pas sa façon d’être comme chacun d’entre nous l’a sans doute été dans sa vie, a mieux à faire que de gérer Cécilia qui, au demeurant, n’a de compte à rendre à personne.

Je préférerai que le Président de la République nous donne des explications sur la crise boursière en train d’éclore au niveau mondial, plutôt que sur les choix personnels de Cécilia Sarkozy interprétés en permanence comme des Krach. Et vous ?

Commentaires

bof ...

On comprends qu'à force d'approximations on arrive à croire que Sarko est un sain...

Faut pas rêver petit.

Écrit par : laurent | 16/08/2007

Moi je m'interroge sur l'absence de NS au moment où il y a une crise boursière et pas des moindres. Et là c'est un vrai évènement pas un fait divers !

Écrit par : Seb | 16/08/2007

Passable.
Copie à revoir

Écrit par : Luc | 16/08/2007

Les lubies de la French First Lady, (et leur omniprésence dans les média,) ne sont peut-être qu'un écran de fumée supplémentaire de l'usine médiatique de Sarko.
Dans la série "Franska, si c'est pas malheureux", "On va a l'enterrement de quelqu'un", "Laure Manaudou se noie"...
Le temps qu'on parle de ça, on ne s'occupe pas d'autre chose.

Écrit par : oblomov | 16/08/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu