Avertir le modérateur

10/08/2007

Sarkozy, Bush, rencontre au Ranch : Nicolas à plat ventre, comme Rachida dans son bateau ? Ou les mots qui fâchent, comme « environnement » et « CO2 » ?

Dans ce monde s’enfonçant dans un nuage de pollution en ne prenant actuellement que des mesures en faveur des phares antibrouillard, les rencontres entre chefs d’état seraient-elles de plus en plus stériles ?

On avait déjà constaté une diminution de moitié de la production en spermatozoïdes en une vingtaine d’années, sans doute lié aux effets des pesticides qui perturbent le système hormonal. Faut-il désormais croire que cette impuissance, qui lentement s’insinue dans les organismes masculins, touche de façon croissante les « Grands » de ce monde ?

Compte tenu de la façon dont le G8 s’est investi dans le développement durable en juin dernier, on peut légitimement s’inquiéter sur le sort

Mais quelques éléments incitent à garder la flamme de l’espoir, entretenue avec des énergies renouvelables telle que la féminité, le cycle naturel du pouvoir et l’audace.

Premièrement, en matière d’égarement des spermatozoïdes, les « Grands » de ce monde deviennent de plus en plus… des Grandes ! Angela Merkel, chancelière allemande depuis deux ans, et qui engagé avec succès son pays dans l’excellence environnementale, sera, espérons-le, bientôt suivie par Hillary Clinton en 2008. Ce qui pourrait ouvrir la voie à Sarkozy… Cécilia, bien entendu, en 2012 !

Nâân… j’déconne ! Enfin, j’espère…

Ensuite, Tony Blair est parti, Bush et Poutine devraient l’accompagner en retraite l’année prochaine, et Jacques Chirac sera d’autant plus facilement l’un des chancres du développement durable qu’il aura à cœur de faire oublier qu’il n’a rien engagé de majeur en faveur de cette cause en douze années de pouvoir ; le protocole de Kyoto ayant été ratifié trois ans après son élection à la Présidence de la République…

Enfin, certains hommes, austères en apparence, osent montrer aux Etats-Unis, l’un des pays les plus meurtriers avec la Terre – émettant un quart du CO2 de la planète -, qu’ils ont une vraie vision de la rupture.

Le jovial George W. Bush avait eu beau emmener Gordon Brown faire un petit tour de manège devant les objectifs dans une voiture de golfeur, le nouveau Premier Ministre britannique ne s’est pas aplatie devant l’allié privilégié. Gordon Brown n’a cessé depuis de prendre ses distances vis-à-vis du président américain, accumulant les points de désaccord entre Londres et Washington, notamment sur l’Irak et l’Afghanistan. Quelle audace, lorsque l’on connaît la ténacité de l’alliance transatlantique !

Les hommes de caractère, ça existe encore.

Et en France ?

Ce blog a pris acte de l’élection de Nicolas Sarkozy, tout comme la coïncidence des calendriers de l’Humanité et de la République Française (c’est en effet au cours des cinq prochaines années que le réchauffement climatique peut être rendu réversible ; après, il sera trop tard…).

Il est parfaitement légitime, comme se doit de le faire tout citoyen, de demander au nouveau Président de la République de tenir ses engagements. En particulier, pour ma part, en matière d’environnement.

Aujourd’hui, l’un des arguments avancés par la plupart des consommateurs, lorsqu’on leur parle de s’engager en faveur du développement durable, c’est : « Oui, mais… à quoi ça sert de faire des efforts, si les autres pays n’en font pas ? »

Sans vouloir être pernicieux, cette rencontre entre un Président de la République prônant la rupture et le chef du premier assassin de la Planète, n’est-elle pas l’occasion de remonter les bretelles en matière d’Environnement à une administration qui reste même sourde à la volonté de ses propres Etats ?

Nicolas Sarkozy est certes « admiratif devant le modèle administratif américain », mais George W. Bush vient encore d’annoncer qu'il pourrait opposer son veto à un projet de loi américain obligeant les producteurs d'électricité à utiliser 15% de ressources renouvelables d'ici à 2020.

Dans la perspective du futur Grenelle de l’Environnement, cela prouverait de la prt du Chef de l’Etat une authentique « rupture », et placerait ce crucial rendez-vous d’octobre sous les meilleurs auspices. D’autre part, cela permettrait à notre pays de redorer son blason après le fâcheux épisode des vacances à Wolfeboro, durant lesquelles la médiatique Garde des Sceaux Rachida Dati a joué à cache-cache avec les photographes d’une agence de presse reconnue.

Si le placide et efficace Gordon Brown l’a fait, Nicolas Sarkozy peut aussi tenir tête à George W. Bush. A moins que Tom Cruise ou John Travolta ne soit également invité demain au Ranch des Bush…

Et vous, pensez-vous qu’entre la poire et le fromage, Nicolas Sarkozy doive mettre les pieds dans le plat en matière d’environnement ?

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu