Avertir le modérateur

03/08/2007

Grenelle de l'environnement : quand les contribuables subventionnent leur propre destruction (pétrole, compagnies aériennes et automobile) ?

La Terre est malade, mais son virus le plus dévastateur reste souriant sur ses deux jambes, bien qu’il n’ait nulle autre planète où s’enfuir…

En tant que consommateur, nous sommes en effet au moins à moitié responsables des émissions de CO2 dans l’atmosphère de notre pays, à travers nos comportements quotidiens  selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME). Chaque ménage émet 15,5 tonnes de CO2 par an en France pour ses déplacements, ses besoins en chauffage et sa consommation d’eau chaude et d’électricité, mais également de manière indirecte, en consommant des biens issus, qu’il faut bien fabriquer et transporter jusqu’à nous.

Si nous devons surveiller en nous notre part consommatrice, il faudrait également contrôler notre part imposable. En effet, une étude du Earth Council (Conseil de la Terre) met en exergue les quelque 500 milliards d’euros dépensés par les nations (et donc, fournis par les contribuables) pour subventionner leur propre destruction.

Pourquoi de l’autodestruction ?

Parce que cet argent sert à financer des activités dévastatrices en matière d'environnement, telle la combustion d'hydrocarbures fossiles, la surexploitation des aquifères, la coupe à blanc de forêts, et la sur-pêche.

Quelques exemples édifiants ? Commençons par le « méchant officiel », certifié conforme aux normes internationales en vigueur par le complexe militaro-industriel américain.

L'Iran tarife ainsi le pétrole pour l'usage domestique au dixième du cours mondial, ce qui encourage fortement la possession d'une voiture et la consommation d'essence. La Banque Mondiale indique que si cette subvention annuelle de 2,6 milliards d’euros était supprimée, les émissions en carbone de ce pays seraient presque réduites de moitié.

Du côté des « gentils », il n’y a pas de quoi pavoiser.

Une étude du parti Vert Britannique montre que de l’exemption totale de la taxe fédérale aux coûts externalisés ou indirects (traitement des maladies dues au fait de respirer un air pollué par les avions, etc.), les subventions données à l'industrie du secteur aérien coûtent 285 euros par an à chaque citoyen britannique. Pis, ce mode de transport coûteux est finalement subventionné pour la partie de la population la plus aisée, les foyers les plus modestes ne pouvant s’offrir de tels trajets.

Aux Etats-Unis, une étude menée en 2001 a calculé que les contribuables américains subventionnent l'utilisation de l'automobile pour 187 milliards d’euros par an, soit environ 1460 euros par contribuable. Y compris les « sans-voiture » fixes…

En France, dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, ne pourrait-on pas imaginer un système « gagnant-gagnant » (ou « donnant – donnant ») pour ne plus donner une seule subvention en échange d’une action concrète et quantifiable en faveur du développement durable ?

Commentaires

En complément, lire cet article sur la fin progressive du pétrole :
http://travail-chomage.site.voila.fr/energie/fin_petrole.htm

Cela sera beaucoup plus rapide que la plupart des gens ne l'imaginent et c'est tous comptes faits une assez bonne chose. Remettons les pieds sur terre et cultivons notre jardin.

Par nécessité (énergie), il faudra bien remplacer deux siècles d'exode rural par un exode urbain pour produire local et consommer local.

Écrit par : Eléonore | 07/09/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu