Avertir le modérateur

30/07/2007

Bien-être : comment choisir son art martial ?

Face à l’insécurité ressentie aujourd’hui, en particulier dans les grandes agglomérations, qui n’a pas rêvé de disposer de parades en cas d’agression ? Certes, tout le monde ne pratique pas assidûment soit un art martial, élaboré à l’origine pour les moines chinois afin qu’ils pérégrinent dans le pays sans crainte des attaques de brigands, soit une technique de self-défense tel le Krav Maga (ou « combat avec contact » en hébreu) inventée par un officier de Tsahal, Imi Lichtenfeld, et classée secret militaire jusqu’au milieu des années 60.

Toutefois, nous vous présentons trois ripostes simples à mettre en place en cas d’affrontement devenu inévitable. Ces coups sont expliqués avec leur protection de vos points vitaux. Ils sont extraits d’arts martiaux, dont seule une pratique assidue – deux fois par semaine – permet d’en maîtriser le geste mais surtout… de définir la stratégie à adopter avant d’aller au charbon, c’est-à-dire le coup à porter en fonction des circonstances (nombre d’adversaires, moyens à sa disposition – bâtons, etc. -, espace disponible, configuration du terrain, etc.). Ils vous ouvrent sur trois ensembles d’arts martiaux ou techniques de self-défense, regroupés par familles, selon l’espace offert à leur mode d’expression. Ils s’accompagnent aussi de conseils pour vous aider à choisir votre art martial. L’esthétisme de ces disciplines, leurs bénéfices au niveau de la santé tant mentale que physique (sentiment de contrôle de soi, calme qui s’instaure après une séance, etc.), leur cadre éthique (salut, autodiscipline, écoute de l’autre), la rencontre de gens ou la redécouverte de votre corps, ou tout simplement leur latéralisation (savoir aussi bien travailler à gauche qu’à droite) sont autant de (belles) autres raisons que le climat d’insécurité pour se lancer dans leur pratique. N’oubliez pas que les arts martiaux, par leur richesse et leur profondeur, constituent souvent un chemin de vie tour duquel on peut solidement organiser son existence, comme le précise le suffixe « do » (voie) du nom des disciplines (judo, karatédo, etc.)

1. Combattre de loin : dans la rue.

Nom de la parade : Coup de pied latéral avec sa protection (kung-fu)

Description de la parade : Monter le genou à l’équerre et la détendre pour frapper avec le tranchant du pied. Dans le même temps, on se protège les parties génitales et l’abdomen avec le poing co-latéral fermé ainsi que le visage avec la main opposée ouverte en prenant garde de ne pas se masquer le regard.

Arts martiaux ou techniques pour combattre de loin : kickboxing, vietvodao, capoiera, taekwondo, karatés dans le style du nord de la Chine (adoptés par les cavaliers) comme le wadoryu, kung-fu.

Point commun : Ces méthodes de combat spectaculaires disposent d’une technique de jambes bien plus puissante que les autres arts martiaux, développée à travers des coups de pieds sautés et des ciseaux. Elles sont dites « de sacrifice ». Pourquoi ? Elles permettent de tenir un ou plusieurs adversaires à distance. Elles conviennent aux petits gabarits, plus à l’aise face aux grands gabarits. Le taekwondo, par exemple, a été spécifiquement développé pour le peuple coréen de taille modique.

Affinités physiques recommandées : Il faut aimer le travail des jambes et ne pas hésiter, par exemple, à devoir se tenir en équilibre sur une jambe. Mieux vaut également démarrer jeune – avant la vingtaine –, quand les tendons ne sont pas encore tout à fait formés.

Exercices complémentaires : le saut à la corde et la détente en général, afin de mieux apprendre à appréhender l’espace, différent en l’air que les pieds sur terre.

Apports particuliers : Une grande souplesse du corps.

2. Combattre à mi-distance : dans les couloirs du métro.

Nom de la parade : Coup de poing direct avec parade simultanée (karaté)

Description de la parade : Au départ, le poing est positionné au niveau de la hanche, le coude en léger recul par rapport au dos. Il est porté directement au visage de l’agresseur tandis que, simultanément, l’autre poing se place à angle droit devant le visage.

Arts martiaux ou techniques pour combattre de loin : boxe anglaise, karatés de styles modernes comme le shotokan, kung-fu dans les styles du sud de la Chine comme le shaolin, etc.

Point commun : Ces méthodes demandent un constant travail au niveau des bras, membres pouvant être chétifs au démarrage de l’activité. Elles exigent un fort ancrage dans le sol, c’est-à-dire de progresser au niveau de la stabilité sur ses jambes. Les kung-fu dans les styles du sud de la Chine étaient adoptés par les agriculteurs des rizières, dont le labeur demandait une grande force de jambes. Si une agression s’engage (comme dans le métro), elles ne nécessitent pas beaucoup d’espace, contrairement aux techniques de pied.

Affinités physiques recommandées : Bonne maîtrise de son centre de gravité, car l’entraînement de base nécessite d’être en permanence en position basse sur ses jambes.

Exercices complémentaires : Renforcement musculaire global (à l’aide d’appareils)

Apports particuliers : Maintien général du corps, notamment en position statique, et meilleure résistance physique 

3.  Combattre à courte distance : dans le métro.

Nom de la parade : Séparer la crinière du cheval sauvage (taïchi)

Description de la parade : Au départ, le bras droit légèrement détendu est placé vers l’avant corps, paume de la main ouverte, et le bras gauche porté juste en dessous du menton ; le corps repose un peu fléchi sur les genoux. Avec la main gauche, on esquive et dévie le poing de l’agresseur. Avec la main droite, on décrit un grand arc de cercle pour placer son bras le long du corps de l’agresseur afin de le déséquilibrer à l’aide de la jambe droite ancrée à l’équerre dans le sol par un mouvement de bascule.

Arts martiaux ou techniques pour combattre de loin : Aïkido, judo, ju-jitsu, taïjitsu, lutte chinoise, taïchi, etc.

Point commun : Ces méthodes, lors d’un conflit éventuel, se doivent tout de suite de casser la distance de combat pour coller à son adversaire. Elles conduisent au contrôle et à l’immobilisation de l’autre. Debout, les petits seront avantagés par leur bas centre de gravité, mais au sol, ce sera l’inverse.

Affinités physiques recommandées : Des articulations souples, un certain souffle et une sérieuse résistance dans la pratique au sol.

Exercices complémentaires : Un travail de fond important, comme le vélo, la natation ou le footing.

Apports particuliers : Confiance en soi vis-à-vis des personnes situées à proximité dans les lieux publics.  La communion entre les centres d’énergie des pratiquants engendrée par ces méthodes aide à mieux ressentir ce qui se passe en l’autre et réconcilie avec le contact humain. De plus, on parfait sa connaissance de l’anatomie, car les gestes exigent un contrôle absolu pour ne pas casser ou luxer certaines parties du corps de son adversaire.

Quelques conseils généraux 

- Vous avez généralement droit à un cours gratuit. Profitez de ce test pour sentir si vous êtes accepté par le groupe et si son esprit vous convient. Certains cours sont en effet plutôt orientés « traditionnel » (forte hiérarchie entre le maître et ses élèves), « travail à la dure » ou encore « détente / initiation ».

- Une certaine rapidité de mémoire facilite la coordination des mouvements lors de la pratique.

- Une présence assidue - deux séances d’une à deux heures par semaine – est préférable, si vous désirez bénéficier des effets de votre pratique dans votre vie courante. Il faut donc choisir un lieu permettant d’inclure ce bouleversement dans son emploi du temps. Sinon, comme environ la moitié des pratiquants, vous arrêterez avant la fin de l’année.

-------------------------

Cet article est paru il y a 4 ans dans un magazine sur la santé. Il s'agit là de la version originale et intégrale.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu