Avertir le modérateur

04/07/2007

Football : le gardien de but est seul au Monde

Cette chronique a été écrite le 5 mai 2006, en pleine préparation de l'Equipe de France, et donc, en pleine polémique sur le poste de gardien, disputé entre Fabien Barthez et Grégory Coupet.

 

C'est un malentendu qui dure depuis le 26 octobre 1863.

Ce jour-là, la Football Association est créée. Le sport d'équipes le plus simple à pratiquer dans le monde - même à 1 contre 1 ! - va se développer sous l'impulsion des industriels britanniques, soucieux d'occuper à bon escient leur main d'oeuvre durant les temps de travail libérés - suite aux samedis accordés aux ouvriers. medium_0407Barthez-et-Sagnol.2.jpgCes bienfaiteurs financent des clubs et la construction des premiers stades. Populaire, le football connaît de multiples réformes : instauration du corner en 1873, définition de la dimension actuelle des buts deux ans plus tard, apparition de l'arbitre en 1890, nombre de joueurs fixé à 11 et naissance du penalty en 1899, présentation de 17 lois (dont celle du hors-jeu) en 1938, possibilité de remplacement d'un joueur en 1958 (la France venait de jouer une demi-finale de Coupe du Monde à 10 contre le Brésil pendant plus d'une mi-temps), introduction progressive des poteaux ronds en 1965... Même si cette réforme n'avait toujours pas atteint Glasgow en 1976. J'ai moi-même vécu sur le terrain l'une des dernières modifications majeures des règles du football, l'interdiction de la passe en retrait au gardien de but.

On parle aujourd'hui d'agrandir la taille des buts, de supprimer la règle du hors-jeu, d'introduire la vidéo pour accompagner le jugement de l'arbitre, mais on semble oublier depuis bientôt un siècle et demi un élément fondamental, qui ferait porter un tout autre regard sur ce sport à tout passionné de football, lequel croit tout connaître de cet art. Y compris le vainqueur de la Coupe de France en 2002*.
Cet énorme malentendu est pourtant flagrant. Il se dévoile à chaque rencontre, presque à chaque action. Et pourtant, personne n'y fait jamais allusion. Chacun devrait toutefois en prendre conscience : le gardien de but ne pratique pas le même sport que ses dix coéquipiers. Quand vous en aurez conscience, vous n'hésiterez plus entre Coupet et Barthez pour choisir qui gardera les buts de l'équipe de France durant la prochaine Coupe du Monde.

Je m'explique.

Le football est un sport d'équipes pour 10 joueurs sur 11. Pour le gardien de but, c'est un sport individuel. Un défenseur ou un attaquant peut "se trouer" (effectuer une Chaupré** ou une Guivarc'h - il n'y a pas que les Arconada dans la vie !), c'est sans conséquence pour le score. Il se trouve souvent quelqu'un derrière lui pour rattraper son erreur, une solidarité qui est l'essence même du sport collectif. Quand le goal fait une boulette, c'est tout de suite un psychodrame. Au mieux, cela ébranle fortement la confiance des défenseurs, au pire - et c'est généralement le pire qui se produit -, c'est un but. Une infime boulette peut même remettre en cause une performance exceptionnelle, et ce ne sont pas les spectateurs du dernier Juventus de Turin-Werder de Brême qui me contrediront sur ce point.
Sans aller jusqu'à cette extrémité, il faut réaliser une chose élémentaire : quand le gardien de but manque de détourner le ballon pour quelques centimètres (et c'est souvent le cas), c'est tout bêtement que ces centimètres lui manquait au moment de l'impulsion. Ce qui implique que lorsqu'on parle de "placement du gardien", c'est au centimètre près. A chaque pas, le gardien doit être parfaitement "placé", car un tir peut survenir à tout moment et le gardien doit être absolument "arrêté" (sur ses appuis) au moment du déclenchement de la frappe. Vous doutez de ce que je vous raconte. Demandez à Grégory Coupet ce qu'il lui a manqué pour détourner le tir de Chevchenko en corner, lors du dernier Milan AC-O.L. Réponse : 0,5 cm.

La solitude du gardien de but ne s'arrête pas là. Ce placement au centimètre près doit se réaliser... détendu. C'est un autre paradoxe méconnu de la majorité des passionnés de football : pour détourner une frappe d'une main ferme, il faut que le corps du gardien soit totalement détendu. C'est en effet la contraction soudaine des muscles qui permet à la balle de rebondir, et si le corps est un tantinet tendu... c'est foutu.
Enfin, le gardien de but peut rarement rattraper une erreur. Un certain Lilian Thuram a profité de cette séance de rattrapage salvatrice offerte aux seuls joueurs de champ, qu'ils aient ou non les pieds carrés. C'était lors de la demi-finale France-Croatie. L'exemplaire Thuram avait "couvert" l'avant-centre croate lors de l'ouverture du score et, de rage, avait inscrit les deux buts de la victoire... les seuls de sa carrière internationale. C'est la vertu majeure du sport collectif : faire que l'on ne se sente pas seul au monde, quelle que soit la circonstance. Et c'est une formidable réalité pour 10 joueurs sur 11.

Ceci étant écrit, jouer gardien de but, au foot, est un plaisir exceptionnel, dont je reparlerai sur ce blog. Mais c'est bel et bien un malentendu de croire qu'il pratique le même sport que ses camarades de jeu.

 

* Lorient

** Mon fidèle libéro, durant mes années en catégorie "minimes


Commentaires

Hmm très bonne article qui résume assez bien le paradoxe du poste de gardien dans le football surtout moderne, car il ne faut pas oublier que pendant beaucoup d'année le nombre de buts que l'on prenait était bien peu important le tout étant de marqué le plus possible donc le poste de gardien était laissé un peu à l'écart maintenant pour marquer il ne faut pas prendre de but donc le gardien tient un rôle crucial, beaucoup de projecteur sont sur lui aussi bénéfique et néfaste que cela peut être ... heureusement ou malheureusement ...

Écrit par : Patrick | 10/10/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu