Avertir le modérateur

29/06/2007

Nicolas Sarkozy : 5 bonnes raisons de ne pas (trop) désespérer du Président de la République

Voilà, c'est fini

On a tant ressassé les mêmes théories (au PS)

On a tellement tiré chacun de son côté (au PS)

Que voilà, c'est fini

Trouve un autre rocher petite huître perlée*

Ne laisse pas trop couler de temps sous ton p'tit nez**

Car c'est fini...hum, c'est fini

 

Maintenant, si vous ne désirez pas prolonger le mandat du nouveau Président de la République dès sa première année de fonction, il va falloir lui reconnaître 5 qualités. Les voici :

1. Il met la main à la pâte. Jacques Chirac écrivait des recettes (à base de pomme) pour sauver le pays. Nicolas Sarkozy pensent que tous les dossiers, c’est pour sa pomme ! Il ne faut pas toujours se plaindre de tout et son contraire, d’abord d’un Président retiré dans l’Elysée comme dans un bunker, et ensuite d’un Président plaçant son Palais au cœur de ses offensives. Le nouveau Président n'est peut-être pas le plus doué de sa génération, mais il apparaît assurément comme le plus dévoué.

2. Nicolas Sarkozy s’engage dans l’action en son nom propre, sans se servir du Premier Ministre comme prête-nom. Il faut donc arrêter de s’interroger sur « le rôle / l’utilité / l’inutilité » de François Fillon. Leur entente est scellée depuis deux ans. Scellée au plomb depuis l’entre-deux-tours des législatives : dès que Monsieur Sarkozy s’est retiré de la campagne, l’UMP a perdu 50 députés. En clair, Fillon ne fait pas le poids, électoralement parlant. Il ne peut donc pas viser plus haut qu’il n’est actuellement. Quelle indispensable sérénité pour se concentrer sur le taf à venir !

Ainsi, ce n’est pas la peine de penser que Fillon « pétera les plombs » comme Chirac, qui n’avait pas supporté l’omniprésence de Valery Giscard d’Estaing en 1976. Leur union peut facilement courir sur deux mandats, comme entre De Gaulle et Pompidou. En conservant longtemps son Premier Ministre, le nouveau Président donnera en plus le sentiment d'être un homme professionnellement fidèle, plutôt que de "concentrer les pouvoirs".

3. Nicolas Sarkozy sait défendre ses idées sans être jusqu’au-boutiste. Il l’a récemment montré avec la réforme des universités. Il a même reculé sur le service minimum… Son but demeure clairement de débloquer l’esprit d’initiative en France. Comme à l’étranger. Le traité simplifié européen, même partiellement satisfaisant, est une réussite. Sinon, essayez de vous mettre mieux d’accord avec 26 autres personnes… L'opposition doit absolument présenter des idées neuves. Sinon, toute contestation du nouveau Président ressemblera à un aboiement.

4. Nicolas Sarkozy sait utiliser la communication pour défendre ses idées. Les effets d’annonce, ça le connaît ! Il faut donc le combattre point par point, comme l’a parfaitement entrepris Ségolène Royal sur la Chaîne Parlementaire le 20 juin dernier, montrant ainsi par exemple les subtilités de l’abolition des droits de succession (qui ne profiteront pas à ceux qui le croient…). Mieux, il faut mettre en place un plan pour le reprendre sur ses propositions point par point, comme ne manquera pas de le faire le « cabinet fantôme » ou « contre-gouvernement » de Jean-Marc Ayrault – même si celui-ci en réfute l’Appellation d’Origine Contrôlée.

5. Nicolas Sarkozy est un remarquable compétiteur. Remarquez, il l’a bien cherché ! Il s’est préparé, étapes après étapes (la présidence de l’UMP en 2004, le retour dans le gouvernement, etc.), à conquérir le Pouvoir absolu. Cinq ans de campagne, contre seulement cinq mois à son adversaire, Ségolène Royal. Y’a pas eu photo à l’arrivée… Tout était même joué dès la mi-février, c’est-à-dire à peine un mois après le lancement officiel de la candidature du candidat UMP. Pour employer des termes chers à ce Président sportif, il a même contrôlé la course. Il faut dire que les leaders de la Gauche se regardaient en chiens de faïence dans le peloton, ce qui l’a bien aidé dans son échappée. Personne n’a suivi ou semblé résister lors de son démarrage… Un nouveau Tour de France a débuté. Nicolas Sarkozy porte déjà le maillot jaune. Il m’est d’avis qu’il ne faudra pas attendre les étapes de montagne pour l’attaquer…

 

Voilà, c'est fini (cher électeur de Gauche)

Ne sois jamais amer, reste toujours sincère

T'as eu c'que t'as voulu, même si t'as pas voulu c'que t'as eu

Voilà, c'est fini

 

Alors, cher électeur de Gauche, réfléchis bien avant te taper sur Nicolas Sarkozy ! Ou plutôt : vise mieux ! 

Après la Droite décomplexée, assistera-t-on à l’avènement d’une Gauche décomplexée ? J’aurai aimé vous donner les 5 bonnes raisons de croire que la Gauche sera encore présente au deuxième tour en 2012, avec un score à deux chiffres et un candidat homo sapiens mais… c’est déjà l’heure des vacances !

Et puis, Ségolène Royal se débrouille parfaitement bien dans cette tâche de rénovation d’un Parti qui n’a, rappelons-le, tout de même gagné que 3 élections majeures (1981, 1988 et 1997) sur les 15 disputées sous la Vème République.

Alors, à bientôt, n’est-il pas ?

 

* Traduction : Fonde ton propre parti, Ségolène, tes supporteurs te suivront !

** En clair : N’attends pas le Congrès de 2008, « Désirs d’avenir », c’est un très beau nom de parti politique !

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu