Avertir le modérateur

08/06/2007

Merkel, Sarkozy, Bush, Poutine and Co au G8 : un bunker climatisé contre l’environnement ?

Alors comme ça… Vladimir Poutine aurait « des bouffées de chaleur » à propos du projet antimissile américain en Europe !

Ce n’est pas Nicolas Sarkozy qui le dit, c’est George W. Bush qui le lance… au nez et à la barbe du président russe, juste avant leur tête-à-tête au G-8. Bon, j’en conviens, je déforme quelque peu l’information : Poutine est imberbe.

Il n’empêche, même si l’arsenal militaire russe n’est peut-être plus ce qu’il était et que  les risques de chaos nucléaire semblent éloignés depuis « moche » lurette, il se prend pour qui, le Président des Etats-Unis ? Cherche-t-il un nouvel ennemi aux Américains, alors que les arrestations de hauts responsables d’Al Qaida se multiplient en ce moment ? Ou est-ce la nouvelle façon de causer dans le poste de la droite décomplexée mondiale ?

J’ai bien tenté de le croire, comme l’a encore prouvé la dernière « Roselynade » de madame Bachelot, qui a affirmé récemment, alors qu'elle s'entretenait devant micros et caméras avec Raymond Domenech, à Clairefontaine : «Un journaliste n'est jamais ton ami, il aura raison toujours contre toi et il est paresseux».

Les hommes politiques sont des êtres fins : ils aiment à faire croire aux gens que ceux-ci sont bien plus intelligents qu’eux. C’est même devenu leur sport favori.

Ainsi, c’est plus intéressant pour George W. Bush que le grand public se focalise sur les « bouffées de chaleur » en s’indignant de son attitude de cow-boy texan, plutôt que les gens insistent lourdement en lui demandant de s’occuper (enfin) sérieusement de l’étouffement créé par les gaz à effet de serre.

Dans ce « Huitiel » au sommet – un duel au sommet à huit, l’invention du « triel » (duel à trois) revenant à Sergio Leone dans « Le bon, la brute et le truand » -, il ne faut toutefois pas oublier que c’est le développement de la climatisation qui a permis la « colonisation » du sud des Etats-Unis, et a permis aux humains de vivre « normalement » dans cette région du monde.

Or, le potentiel en matière de réchauffement climatique des climatisations reste énorme. Le HFC-134a, utilisé dans les systèmes de climatisation, est un gaz à effet de serre qui a un impact 1 300 fois supérieur à celui du CO2. Autrement dit, un kilo de cette substance produit le même effet que 1,3 tonne de CO2. Avec la démocratisation de la climatisation, dans l’habitat comme dans l’automobile, ce gaz est produit en quantité de plus en plus importante et sa concentration dans l’air ne cesse d'augmenter : elle a doublé entre 2001 et 2004. Même s’il n’est pas encore présent en quantité suffisante dans l’atmosphère pour contribuer réellement au réchauffement planétaire, la planète se passerait volontiers de son contribution à nos malheurs, de plus en plus locaux. Une directive européenne prévoit déjà l’élimination progressive du HFC-134a dans les systèmes de climatisation des véhicules, mais seulement à partir de 2011…

Ah, heureux les gouvernants des pays tempérés comme Sarkozy, Merkel et Poutine, car le paradis des promesses écologiques plus simples à tenir leur est ouvert…

Et vous, vous y croyez à un réel accord chiffré sur l’environnement à l’issue du G-8 ?

Commentaires

Un nouveau motif de discorde entre Merkel, Poutine et Bush au G8.
C'est confidentiel, c'est exclusif, c'est aujourd'hui (08/06) sur le blog www.thedino.org

Écrit par : ursule | 08/06/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu