Avertir le modérateur

31/05/2007

Sarkozy et la pensée unique : la « pensée double » comme solution ? Réponse avec les embrouillaminis sur la déduction des intérêts des emprunts et sur Vanneste, l’Umpiste qui ne sera jamais un lampiste

Un Président de la République en campagne, qui monte à la tribune pour défendre son projet et ses idées, personnellement… cela m’enchante !

Je sais pourtant bien que ma propre Ségolène personnelle à moi-même a stigmatisé l’implication de Monsieur Sarkozy, ce bouillonnant « chef de l’UMP » qui s’agite continuellement au point d’avoir manqué, en début de semaine, de mettre involontairement une claque à Roselyne Bachelot lors d’une conférence en s’exclamant – bras à l’appui – juste à côté d’elle (une image vue… dans le Journal Télévisé de France 2. Authentique !)

Pourtant, même si les sondages permettent à Monsieur Sarkozy de jouer sur du velours – tissé à la main et sur mesure par les querelles du Parti Socialiste -, son attitude me satisfait pleinement. Elle tranche ainsi avec son prédécesseur, adepte du bunker, même si le nouveau Président de la République préfère indubitablement le tir à vue.

Dans cet exercice, qu’il a longuement pratiqué avant-hier soir au Havre, il s’est montré d’une arrogance déplacée pour la fonction qu’il incarne. Durant son discours, que j’ai suivi sur une chaîne de la TNT, il a moqué l’opposition – appelée « Pensée unique » -, avec la dérision d’un vulgaire vendeur de « coupe-légumes miracle ». S’il fait preuve de la même dignité pour parler des désaccords avec nos partenaires européens lors du Sommet Européen des prochains 21 et 22 juin, le prochain référendum sur le Vieux Continent portera sur la question suivante : faut-il exclure la France de la Communauté Européenne ?

Du coup, alors que j’avais envie de m’attacher à comprendre le sens de l’action politique de Monsieur Sarkozy, le diable est sorti de ma boîte à questions intérieure !

Avec deux interrogations majeures : pourquoi Nicolas Sarkozy est revenu si tardivement sur les propos d’Eric Woerth, le ministre des comptes publics et de la fonction publique, concernant les déductions fiscales sur les intérêts des emprunts immobiliers ?

Et pourquoi l’ancien chef de l’UMP, qui avait annoncé que son parti de soutiendrait pas Christian Vanneste – auteur de propos homophobes, et condamné en janvier dernier par la justice -, n’a pas présenté de candidat dans sa circonscription aux prochaines législatives ?

Concernant la déduction fiscale promise aux propriétaires de logement, le Président de la République désavoue donc Eric Woerth, étendant les déductions fiscales sur les intérêts à tous les emprunts immobiliers EN COURS – sans préciser la durée d’application de cette mesure, ni ses critères – au lieu de porter cet avantage financier sur les seules acquisitions réalisées après la date majeure du 6 mai. Un désaveu qui a mis le temps d’un sondage à se concrétiser… C’est en effet précisément le temps nécessaire à ce test de réaction de l’opinion publique qui s’est écoulé entre l’affirmation du ministre des comptes publics et de la fonction publique et la rectification du Président de la République. Etonnant, non ? Pas vraiment. Selon la chaîne BFM – vous savez, la télévision qui a diffusé le débat « interdit » de l’entre-deux tours de la Présidentielle -, ce cadeau fiscal pourrait coûter jusqu'à 10 milliards d’euros. Soit, de mémoire, un sixième du coût total du programme présidentiel du candidat Sarkozy. C'est rageant d'autant, qu'à mon humble avis, cette mesure ne fera que provoquer une nouvelle hausse des prix dans l'immobilier...

Je suis donc saisi d’une profonde interrogation : est-ce que les décisions de Nicolas Sarkozy sont à durée limitée ?

Sur la seconde question, Christian Vanneste mérite la fermeté de traitement accordée à un récidiviste, puisqu’il n’a pas hésité à réitérer ses propos homophobes, malgré la condamnation par la justice. Accueilli la semaine dernière à Matignon (un témoignage de sympathie du gouvernement qui a choqué), il a même eu le droit à un traitement de faveur : sa circonscription, la 10ème à Tourcoing, est la seule de son département sans candidat UMP. Nicolas Sarkozy, après la décision de justice, « condamnait fermement » les propos du député et avait rappelé la position de son parti : ne pas réinvestir Vanneste aux législatives. L’un des porte-parole de l’UMP, Luc Chatel, déclarait alors que Christian Vanneste n’avait pas été réinvesti dans sa circonscription, estimant qu’il s’agissait là de « la plus grande sanction de sa famille politique » (sic !).

Je renouvelle ma profonde interrogation : est-ce que les décisions de Nicolas Sarkozy sont à durée limitée ?

Le Président de la République a eu beau jeu de stigmatiser la Pensée Unique. En affirmant une chose, puis en soutenant son contraire, il finira par nous faire croire que sa marque de fabrique, c'est la Pensée Double

Série Télévisée : « Profit »

Par pertes et Profit

Avec « Ally McBeal », la plus originale série de l’année.

Oubliez l’amour, rangez l’eau fraîche, préparez le sapin et les chrysanthèmes : Jim Profit et son cortège de malheurs sont de retour ! Golden boy machiavélique, il a décidé de parvenir au sommet de la multinationale Gracen & Gracen en passant sur la tête de ses supérieurs successifs. Physiquement. Quitte, pour se faciliter la tâche, à devoir les allonger définitivement. Son ascension débute d’ailleurs par l’enterrement d’un cadre de G & G, dont il reprend la place. Le premier fait d’une longue liste à classer par pertes et Profit…

L’an dernier, Canal Jimmy avait eu le bon goût de diffuser l’intégrale de « Profit », oeuvre originale et inachevée, dont le héros est le plus négatif jamais montré dans une série américaine. Outre-Atlantique, la chaîne Fox TV, pourtant initiatrice de « Marié, deux enfants » et « Les Simpsons », s’est refusé à une telle audace. En avril 1996, elle n’a mis à l’antenne que le pilote et trois des sept autres épisodes déjà tournés, mettant ainsi un terme prématuré à ce petit bijou de l’ère cathodique. Tant pis pour les trop tendres américains ! Jim Profit est une crapule d’autant plus jubilatoire qu’elle est entièrement crédible. Chacun de ses actes, longuement mûri dans une pourriture exquise, rappelle au téléspectateur une de ces ombres de vie, avides de reconnaissance, croisées au détour d’une machine à café ou pire, en face de son propre bureau. Impossible, en effet, de douter qu’il n’existe pas de petit Profit…

 

-------------

Critique parue jadis dans le Nouvel Observateur

 

30/05/2007

La carte scolaire selon Darcos : Sceaux, lieu d’expérimentation de ce nouveau et passionnant choc des cultures !

La carte scolaire aura disparu en 2010, selon le ministre de l'Education Xavier Darcos, lequel a confirmé une expérimentation dès la prochaine rentrée avant une généralisation progressive. Dommage qu’il n’existe pas une liaison de transport en commun courte et régulière, voire directe, entre Neuilly-sur-Seine et La Courneuve… Voilà pourtant un brassage républicain, entre les « enfants de la Haute » et les mômes de la « France d’en haut » (habitant dans les tours et les immeubles), auquel tout badaud rêverait d’assister, me direz-vous ? Ce passionnant choc des cultures, je le vivrai personnellement. En direct.

En effet, j’habitant le seul quartier populaire de Sceaux (Les Blagis). Mes petites filles bénéficient ainsi, grâce à la carte scolaire, des réputés établissements Lakanal et Pierre et Marie Curie. Après Orsay, Sceaux est la deuxième place forte d’Ile-de-France en matière d’apprentissage du savoir, avec 10 000 étudiants. Dans cette partie des Hauts-de-Seine à l’environnement urbain et naturel très privilégié, cette émulation « par le haut » n’est pas sans effets secondaires : le niveau des écoles primaires est élevé et tous les élèves ne visent pas Maths Sup, l’ENA ou HEC. Nombre d’entre eux, à cet âge-là, aspirent encore essentiellement à rester enfant toute leur vie. La plus grande de mes filles, née en fin d’année, éprouve des difficultés à suivre ses petits camarades de promotion. Sans l’exceptionnelle qualité de ses institutrices – ne rougissez pas, Mesdames Martin et Bonnet ! – et l’investissement du directeur – ils ne connaissent pas mon Blog, je peux les flatter en toute tranquillité ! -, ma fille aurait déjà redoublé le Cours Préparatoire ou le Cours Elémentaire 1.

Mais je m’égare un peu, non ? Pas tant que cela…

De l’autre côté du rond-point au pied de mon immeuble s’élèvent les épouvantables – en termes de qualité de vie – barres d’immeubles de Bagneux, Tertres et Cuverons, l’une d’elles étant prochainement promise à la démolition. Aujourd’hui, entre les proches cités de Bagneux et la résidence des Bas Coudrais (construite dans les années 50, avec de longues barres d’immeubles et des tours, mais dont la disposition est considérée comme un modèle), il existe une « frontière » physique, quelquefois matérialisée par des rondes de police…

Avec la disparition de la carte scolaire, les enfants de Bagneux et les miens pourront partager les mêmes classes. C’est incontestablement le cœur même du concept de « Mixité Sociale », un terme vendeur – notamment dans toutes les récentes opérations immobilières d’envergure réalisées dans les grandes villes de France -, mais qui ne peut prendre tout son sens qu’à partir de l’école.

 

Et je suis heureux de participer concrètement à ce « mouvement social », qui devrait s’étendre à d’autres éléments du quotidien… mais nous en reparlerons bientôt ici !
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu