Avertir le modérateur

28/04/2007

Subissez-vous les nouvelles technologies ? (3ème partie)

Vie amoureuse

Il est de bon ton, dans les salons non virtuels, de vitupérer de la sorte : « Ventre Saint-Gris ! Gosh ! Hell ! Damned ! Mais dans les chat et les forums, mon brave, figurez-vous que les gens entrent en contact à travers des identités masquées et qu’ils peuvent décider de se retirer à tout moment sans avoir de raison à donner ! ». Exact : aujourd’hui on réapprend à se séduire avec les mots, avec un dévoilement progressif et sans risque aucun. En fait, « On revient à se faire la Cour via Internet. Parce que dès que les gens sont confrontés l’un à l’autre dans la réalité - en particulier, les adolescents qui grandissent dans une culture où l’érotisme et la pornographie sont partout présents -, ils ont l’impression que la pression sexuelle doit aboutir rapidement à une réalisation. Chaque culture fabrique ses poisons et ses contre-poisons. Aujourd’hui, l’envahissement par les images sexuelles est une forme de poison pour les enfants. Internet n’a pas été inventé pour faire la Cour à des inconnus ou des connus, mais vous voyez comment cela été détourné de son usage. », souligne Serge Tisseron, psychiatre, psychanalyste et auteur de BD.

Geste à tester : L’investissement psychique concentré sur la machine confère une présence envahissante à votre interlocuteur de chat et rend invisible votre bel amour. Relevez de temps à autre la tête : un petit clic (pour interrompre le dialogue virtuel) vaut mieux qu’une grande claque !

Vie parentale

Pour la première fois dans l’Histoire, la technologie remonte par le bas. Auparavant, les aînés transmettaient le savoir aux enfants. Aujourd’hui, les jeunes générations enseignent à leurs parents l’utilisation d’Internet, le plaisir des jeux vidéo, l’installation du téléphone gratuit… L’ordinateur ne vient qu’alimenter une confusion déjà existante entre les générations, une certaine difficulté des parents à proposer un modèle de vie et de société à leurs enfants. La machine devient parfois un enjeu de pouvoir au sein de la famille, parfois stigmatisée à tort par les adultes : « Les adolescents sont plutôt à l’aise dans les chat pour repérer les plaisantins, les personnes louches… Les parents doivent d’abord accepter qu’ils méconnaissent les nouvelles technologies et faire leur propre expérience de ces outils, pour se donner des repères. Ce n’est de toute façon pas un savoir qui constitue l’autorité, c’est une expérience, une sagesse, une vision de la vie. », insiste Thomas Gaon, psychologue clinicien.

Geste à tester : Exclus de la techno, allez de bon cœur sur Internet pour apprendre sur tout et n’importe quoi, à travers les forums et les moteurs de recherche. L’architecture d’un ordinateur comme le nœud de cravate n’aura plus de secret grâce à d’astucieux schémas !

Vie du corps

Un trouble musculo-squelettique (TMS), le syndrome du canal carpien, est quasiment né de l’usage du clavier et de la souris d’un ordinateur, en raison de la position de poignet. Il a affecté un employé d’une grande entreprise danoise, qui perçu 24 000 euros de dommages et intérêts en début d’année. « En France, 62% des maladies professionnelles sont attribués aux TMS. Mais la douleur n’est pas toujours suffisante pour motiver les travailleurs à consulter un médecin. », signalent Franck Périer et Guy Bassett, de la société 3M ergonomic. Dans l’immédiat, cela ne va pas s’arranger avec le développement de l’ordinateur portable, qui oblige l’être humain à une position plus contractée et penchée sur le bureau. Dans le futur, on travaille activement sur le travail en position couchée, en particulier pour les centres d’appel téléphoniques.

Geste à tester : Repose-pieds, rehausseur d’écran pour ordinateur portable, lampe polarisante… il existe toute un arsenal de solutions pour cesser les abominations avec son corps. En outre, légalement, tout employeur doit analyser les risques professionnels dus à l’ordinateur et identifier les mesures à prendre en réponse à ces risques.

Vie psychique

Bonne nouvelle : les échanges virtuels permettent à un individu de se constituer de la même façon qu’un rapport en direct ! « La preuve, les rencontres virtuelles sur Internet s’accompagnent toujours du désir de les prolonger dans la réalité. (…) Je ne dis pas pour autant qu’il faut toujours autoriser un enfant à le faire, et surtout sans des précautions telles que l’accompagner ou le faire accompagner par un adulte. Ce désir montre que la personne ne se satisfait pas d’une rencontre qui n’engage pas tous les sens. », explique Serge Tisseron. Aujourd’hui, les gens entretiennent un rapport à leur propre image qui devient complexe et difficile. « Ce qui m’intéresse, c’est comment le geste interactif sur Internet – aussi bien pour le chat, le blog que le jeu vidéo – va permettre d’une certaine manière de se réapproprier, de jouer avec quelque chose de l’image de soi. Par exemple, le chat va permettre de flirter avec la limite de ses désirs. C’est l’idée d’une cour de récréation dans l’idée d’une re-création : recréer quelque chose de soi à l’image de ce que l’on aimerait être. », avance Michael Stora, président fondateur de l’OMNSH (Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines).

Geste à tester : Autorisez-vous des ambitions grandioses dans les échanges virtuels. Sans craindre d’être quelqu’un d’autre, pas totalement délié de soi. Ni de recevoir des avis sur votre personnalité que vous n’avez pas nécessairement envie d’entendre. 

 ------------

Cette enquête est parue durant l'été 2005, en version raccourcie, dans un magazine sur les nouvelles technologies (aujourd'hui disparu).

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu