Avertir le modérateur

25/04/2007

Le Jugement Dernier dans dix jours ?

Dimanche 22 avril, quelques minutes après les résultats du premier tour de l’élection présidentielle, Champagne ! J'ai débouché un sachet de bonbons -une grande cuvée : des nounours « guimauve » au chocolat- pour me remettre du score « abracadantesque » de Nicolas Sarkozy.

30% des voix pour un fach… euh, un démocrate passif, c’est certes un score minable. Mais à ce moment-là, il me semblait que l’ancien Ministre de l’Intérieur avait parfaitement réussi son Coup d’Etat.

Aussi sûr de lui qu’un homme qui bat sa femme, monsieur Sarkozy a affiché dès 20 heures 50 son amour pour la fonction présidentielle sans l'avoir conquis en plagiant Chirac – c’est dire combien il manque d’idées ! A l’heure du grand film de cinéma, il s’est en effet fait sacrer à l’antenne au pied du Louvre en répondant aux journalistes de France 2 dans sa voiture, vitre baissée, à l'instar de son nouvel ami de 30 ans, Jacques, après sa victoire en 1995.

Sarkozy se montre assuré d’avoir les talonnettes de l’emploi pour gravir la « dernière marche », conduisant à l’Elysée. Pour quelles raisons absurdes l’homme qui a terrassé Le Pen sur ses propres terres craindrait-il Ségolène Royal et ses boulets (aux pieds) socialistes ?

Il existe au moins quatre raisons non objectives de penser que les Français mettront une femme plutôt qu’un homme violent à la tête du pays dans dix jours :

- Cette élection se joue incontestablement sur la personnalité des prétendants. Ceux qui ont été séduit par Bayrou -des électeurs dont l’esprit de liberté comme la liberté d’esprit n’est plus à prouver- se reporteront majoritairement sur Ségolène Royal et s’abstiendront pour un bon quart. L'arithmétique mâtinée de bon sens montre que la différence entre les 18% de voix de Bayrou en 2007 et ses 6% en 2002 au premier tour de la Présidentielle proviennent exclusivement des gens de gauche. Le dernier sondage a montré qu'une fois l'émotion passée, le duel s'annonce plus équilibré que prévu : 51% pour Sarkozy contre 49% pour Royal. Comment va réagir le candidat aux nerfs si fragiles quand après une centaine de sondages en sa faveur, à quelques jours du scrutin un premier sondage le donnera à égalité avec Ségolène ?

- Le débat télévisé du 2 mai prochain sera pour la première fois véritablement décisif dans l’histoire de la Vème République, car il s'agit de la première élection où la manipulation des médias quant aux personnalités et aux compétences supposées des deux candidats a été rendue évidente, grâce à Internet. Bien des centristes et des décentrés vont tomber des nues…

- Même dans les 31% d’électeurs « acquis » au premier tour, un cinquième d’entre eux pourraient tourner leur veste et se détourner de leur « candidat », face à la dangerosité avéré d'un homme politique par leur entourage et le débat télévisé.

- Enfin, Monsieur Sarkozy ne s'est pas suffisamment méfié de la Bête Noire à chemise brune : Le Pen ne manquera pas de lui faire payer l'humiliation subie au premier tour.

Depuis deux mois, j'ai uniquement pronostiqué deux choses sur ce blog :

- l'écroulement de Le Pen

- la victoire nette, par au moins 5 points d'écart, de Ségolène Royal

Comme on dit chez les pauvres qui n'ont pas les moyens d'en avoir trois : jamais un sans deux ! 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu