Avertir le modérateur

26/03/2007

La « Gestazy », c’est pour aujourd’hui ou pour demain ?

Vous n’aimez pas Nicolas Sarkozy, et vous avez tort. Ce personnage mérite plus que votre indifférence polie. Vous devez lui rendre le mépris qu’il vous accorde sans peine.

Vous ne me croyez pas ? Il suffit pourtant de se remémorer l’actualité récente pour comprendre que celui qui égale aujourd’hui Hitler ou Staline par la taille, pourrait demain faire passer les douze ans de Chiraquie pour la référence du bien-être.

Si ne vous pas lisez régulièrement Le Canard Enchaîné, vous ne pouvez évidemment pas savoir à quel point Sarkozy se comporte comme le Maître du Monde. Car la presse traditionnelle ne se fait pas l’écho de ses multiples dérapages, de ses glissades au bras tendu. Les journalistes ont préféré équiper leur plume d’un paratonnerre contre les foudres de Sarkozy, plutôt que de jeter de l’huile sur le feu. C’est bien là leur rôle favori : jouer les pompiers de service…

Parmi les derniers faits d’arme du Coup d’Etat actuellement tenté figurent les coulisses de l’émission « France Europe Express »sur France 3 du dimanche 18 mars, dont le Ministre de l’Intérieur de l’époque était l’invité.

Lorsque Monsieur Sarkozy est arrivé, toutes les places du maquillage étaient occupées. Le candidat à la présidentielle s’est rapidement impatienté, menaçant de partir sur le champ si on ne le poudrait pas rapidement (Façon Louis XIV ?). Christine Ockrent a été appelé en secours de toute urgence pour calmer l’Homme qui devra demain, s’il est élu, prendre des décisions cruciales en toute sérénité, sans préjugés partisans.

Monsieur Sarkozy s’est alors indigné de l’absence de la direction de la chaîne. « Il faudra la virer ! », a-t-il indiqué à ceux qui croient que l’homme a changé. Le président de l’UMP n’est pas l’homme d’un parti ou d’un clan, mais celui de tous les Français qui accepteront d’être à sa botte.

Il serait injuste de croire que Monsieur Sarkozy s’est comporté là en Président de la République déjà élu. C’est manquer de respect à la fonction présidentielle qui ne s’abaisse jamais en direct à de telles démonstrations de force.

Les démonstrations de force devant un public sont toujours produites par des impuissants, un éminent point commun entre les dictateurs.

Pour le coup, Monsieur Sarkozy s’est simplement comporté là en Maître du Monde. Comme celui qui croit, à l’instar de la plupart des conquérants (dont Napoléon 1er) qu’on ne peut bâtir un empire dans la durée sans obtenir l’assentiment de ses sujets, oubliant ce mot de Talleyrand : « On peut tout faire avec des baïonnettes ; sauf s’asseoir dessus. »

Monsieur Sarkozy n’en était pas à son premier coup d’essai en matière d’atteinte aux libertés essentielles. Il avait déjà agi de la sorte début mars lorsqu’après la Une de Libération le mettant en cause, il a appelé le patron financier du journal. Pour affirmer à Monsieur De Rotschild qu’il ne fallait pas qu’il s’étonne s’il avait, à l’avenir, des difficultés à réunir des fonds pour sauver Libération.

Avec de telles méthodes, c’est à se demander si la Gestapo et la Stasi ne font désormais plus qu’un… la « Gestazy », par exemple ?

Faut-il s’inquiéter de cette tentative de Coup d’Etat rampant ? Pas sûr.

Certes, Monsieur Sarkozy est donné gagnant dans des sondages qui, rappelons-le, n’arrivent pas à atteindre 31% de la population française pour diverses raisons, dont l’absence de téléphone fixe.

Mais il a récemment, à n’en plus douter, gagner un nouvel adversaire dans la Course à l’Elysée, et pas des moindres, puisqu’il s’agit de l’actuel Premier Homme de France. Celui-là même qui a déjà accroché à son palmarès Chaban-Delmas, Giscard d’Estaing, Barre et Balladur.

En effet, si on écoute bien l’allocution présidentielle, outre le fait que la France Entière a compris que le soutien n’était dû qu’à sa fonction du grand parti voulu par lui-même et que la stature d’homme d’Etat du candidat de l’UMP n'a pas été saluée, Jacques Chirac dit texto, en parlant de Nicolas Sarkozy : « C'est donc tout naturellement que je ne lui apporterai mon vote et mon soutien … ». Le « ne » est très audible. C’est un lapsus dévastateur.

Si Chirac a décidé d’avoir la peau de Sarkozy, ne serait-ce pour que le Ministère de l’Immigration et de l’Identité Nationale ne voie jamais le jour, la fin de campagne s’annonce passionnante.

Non pas parce que l’échec de Monsieur Sarkozy est une évidence. Mais parce qu’alors, l’humiliation pourrait pousser le vice jusqu’à évincer l’actuel patron de l’UMP du second tour.

Cela éviterait au peuple français de devoir choisir entre la (Petite) Peste et le Choléra ? Car, pour un peuple aussi machiste que les Français, Ségolène Royal est une Petite Peste avant même qu’elle ait eu une chance de défendre son programme…

Commentaires

Voilà un billet d'humeur corrosif à souhait ! Jolie trouvaille que la Gestazy...
Je pense comme toi qu'il faut ouvrir les yeux des gens sur la nature profonde du petit Néron.
Et je partage l'optimisme que tu exprimes : Sarkozy ne passera pas !

Écrit par : Olivier B. | 26/03/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu