Avertir le modérateur

16/03/2007

Bayrou trahi par le CNE

On a beau se dédire, on a beau défaire... en politique, chassez le naturel, il revient au galop !

C’est encore le cas aujourd’hui de l’éleveur de pur-sang préféré des Français, notre Fanfan National.

La question posée par sa candidature était d’une naïveté confondante : François Bayrou, président de l’UDF, est-il de droite ou de gauche ?

En clair, son programme présidentiel, suggère-t-il, pour la relance de l’économie, de dynamiser la trésorerie des patrons ou d’augmenter directement le pouvoir d’achat des consommateurs à la source ?

Hier, Fanfan Bayrou a assuré n’avoir jamais dit qu’il allait supprimer le CNE.

Le Contrat Nouvelle Embauche (CNE), c’est tout de même un poison de premier ordre pour les salariés. Pendant deux ans, à la moindre oreille bougée de travers, le salarié embauché en CNE peut prendre la porte. Et prière de ne pas la claquer en sortant, même si la rupture de contrat, sans raison à invoquer, intervient après 21 ou 22 mois.

Le salarié est ainsi assujetti, contre son gré, aux heures supplémentaires pour faire bonne figure vis-à-vis de son employeur. Mieux, il sera considéré comme un travailleur précaire par les organismes de crédit et ne pourra imaginer de beaux projets (vacances, bébé, etc.) dans un délai trop proche… le couperet continuant de vaciller au-dessus de sa tête pendant 24 mois.

En dévoilant son amour modéré pour le CNE, Fanfan Bayrou a donné une sérieuse indication sur ses arrière-pensées.

Il a beau dire qu’il « n’a jamais été emballé par l’idée qu’on puisse licencier quelqu’un sans lui dire pourquoi », pour faire immédiatement un pas à gauche après un pas à droite afin d’avancer vers le pouvoir. Il a beau miser quelques larmes sur les travailleurs du dimanche en s’élevant contre l’ouverture des magasins le jour de la messe, en donnant comme épitaphe à ce projet de loi : « l’argent ne domine pas tout ». Il a beau affirmer que le CNE, ce n’est pas la même chose que le CPE, le Contrat Première Embauche, parce qu’il était « concentré sur les plus jeunes » et qu’ainsi, grâce au CNE, on sera toujours jeune (salarié) à 50 ans, c'est-à-dire licenciable dans l'instant.

Donc, Fanfan Bayrou est de droite.

Remarquez, c’est bien la révélation qu’espèrent ses adversaires : d’ici au 22 avril, le président de l’UDF devra se positionner sur tous les grandes idées de société à travers des propositions concrètes. C'est ce qu’il s’est bien gardé de faire jusqu’à présent. Et là, il va fatalement décevoir ces fameux « indécis » qui se prononceraient en sa faveur, d’après les sondages.

D’où le risque d’un sacré gadin en perspective le 22 avril lors des résultats finaux. Et de voir se produire, avant le premier tour des Présidentielles, ce que l’on avait promis à son gouvernement en cas d’échec : un report des « indécis » vers le Front National. C’est-à-dire le parti d’où, à mon sens, viennent ou voulaient aller nombre des fans actuels de Bayrou.

Fanfan Bayrou avait été promu Contestataire « Propre » par nombre de déçus de la politique. Pourvu qu'il ne finisse pas étouffé par Les Mains Sales...

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu