Avertir le modérateur

14/03/2007

Je ne voterai plus jamais socialiste

Peut-on parler de déception devant la défection – c’est un euphémisme ! – dans la campagne électorale de la plupart des grandes personnalités du Parti Socialiste ?

Pas vraiment.

La déception, c’est qu’on ne s’attend pas à être trahi par un proche.

Or, on ne pouvait que s’attendre à ce que les éléphants du P.S adoptent l’attitude de l’autruche face à une souris, poussée à leur tête par le peuple. Un comble !

Un éléphant, ça ne détrompe pas énormément. Ceux qui le vexent comprennent vite qu’ils vont en prendre pour un quinquennat de bouderies.

En 2002, Jospin nous avait condamnés par contumace – en son absence - à subir l’effet du 21 avril : la dictature du chiraquisme.

C’est désormais au tour de DSK de jouer les fantômes, en pratiquant la politique de la chaise vide comme Valéry Giscard d’Estaing en mai 1981 : Mesdames, Messieurs, Bonsoir ! (Et après moi, le chaos !).

Pour Giscard, c’est avéré : le chaos est effectivement arrivé. A la fin de son mandat, la France était l’un des pays les moins endettés au monde. En 26 ans, la dette extérieure a été multipliée par six. On crée d’ailleurs actuellement des ennuis à la personne qui a pris la responsabilité politique de contenir la dette sous Giscard, c’est-à-dire Raymond Barre, avec la fameuse technique des propos sortis de leur contexte. Une polémique qui arrive à propos pour aider l’ancien Premier Ministre à se taire ?

En ces temps « enSarkozyés » où l’on entend comme un claquement de botte en allumant sa télévision, il ne faut jurer de rien !

Mais revenons à Jospin et DSK, les duettistes qui auraient tant aimés jouer les duellistes contre Chirac et Sarkozy au cours du joli mois de mai.

Que dois faire Ségolène Royal pour inviter ces deux messieurs à s’engager sans état d’âme, ni arrière-pensée calculatrice, à ses côtés dans cette campagne présidentielle ? Leur envoyer une lettre recommandée avec toutes ses excuses pour avoir compris les gens mieux que ces intellectuels ?

Résultat : Jospin et DSK appliquent le service minimum avant l’heure. Ils signent ensemble un papier dans Le Monde pour montrer leurs compétences en matière d’économie. Et DSK a mis quelques semaines pour infirmer la possibilité de devenir Premier Ministre de François Bayrou… Que du bonheur machiste !

Pourtant, ces deux hommes politiques partagent l’existence de deux femmes de caractère : une philosophe, dont on ne présente jamais les livres, et une ancienne présentatrice du magazine « 7 sur 7 », dont on ne présente plus les yeux. Agissent-ils avec la complicité ou le silence approbateur de leurs compagnes ?

Je sais : ce n’est pas beau de s’en prendre aux femmes. Mais qui tue par le feu périra par le feu…

En tout cas, je me souviens de l’attitude désinvolte de DSK lors de l’émission de Drucker consacrée à Anne Sinclair, le bras jeté par-dessus le divan… On aurait cru qu’il revenait de la plage en attendant patiemment d’assister au feu d’artifice du 22 avril prochain.

Qui tue par le feu d’artifice périra par…

DSK a poussé la désinvolture à affirmer qu’il aura le rôle dans la campagne présidentielle que Ségolène Royal voudra bien lui donner. Désolante attitude, comme on dit poliment, même si la politesse m’étouffe de rage.

Qui, à l’avenir, oserait voter pour un tel attentiste, un tel opportuniste ?

J’ai réellement eu de l’estime pour DSK et Jospin. Mais on ne touche impunément pas à l’avenir de l’homme politique – c’est-à-dire la femme politique !

Jospin et DSK, vont-ils se reprendre et communiquer une énergie nouvelle à la campagne socialiste, que Ségolène Royal insuffle jusqu’à présent seule – et vraiment seule ! -, avec un courage qui force l’admiration ?

 Je ne doute d’ailleurs pas de la reconnaissance de ce courage de la part du peuple français, comme il le reconnaît aujourd’hui à François Bayrou. A la nuance près qu’on lui reconnaîtra aussi d’avoir utilisé cette énergie pour ramer à contre-courant des éléphants du Parti Socialiste.

Grâce à Jospin et à DSK, je ne voterai plus jamais socialiste si Ségolène Royal devait échouer à cette Présidentielle 2007.

 D’une part, par dégoût du calcul politique, cette peste qui a provoqué le rejet des politiques par les Français.

D’autre part, parce que dans ce cas-là, Ségolène Royal pourra tranquillement créer son propre mouvement, « Désirs d’avenir », en dissidence avec le Parti Socialiste, et qui sait, peut-être avec François Bayrou.

 Les personnes qui se prononcent aujourd’hui en sa faveur ne le font pas par amour du P.S. Ils sont séduits par son intuition féminine, son aura, sa tolérance et sa démocratie participative.

Ségolène Royal, ne serait-elle pas la seule candidate réellement apolitique ?

Commentaires

Eh bien moi, je ne voterai plus jamais à droite, comme en 2002 : si Sarko-Le Pen, bulletin noir !

Écrit par : Olivier B. | 15/03/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu