Avertir le modérateur

22/02/2007

La démocratie « départ-icipative »

            Dans un groupe de femmes et d’hommes sains de corps et d’esprit, l’art de la contestation s’appelle la démocratie - ô combien ! - participative.
            Quand plus aucune tête ou poitrine ne dépasse dans un ensemble d’êtres humains, on peut alors parler de lobotomisation des esprits, une maladie généralement contagieuse pour les futurs administrés.

Comment reprocher au parti socialiste son manque d’ouverture ?

Les anciens grands premiers ministres, intègres et insulaires, ont le droit de bouder.

Le chiffreur officiel du programme du P.S peut s’offusquer en conférence de presse d’une campagne présidentielle calamiteuse et s’ouvrir en toute amitié à la démocratie « départ-icipative ».

Les vaincus de la primaire à la présidentielle – au P.S, contrairement à l’UMP, on débat en interne et on n’a pas peur de montrer ses différences… - n’hésitent pas à traîner leur peine au lieu de se lancer, à leur tour et à l’heure d’Internet, dans des débats participatifs, lesquels deviendront dans un proche avenir le cœur de tout futur pouvoir…

A droite, on marche en rangs serrés, et même soudés dans cette formation aux allures de tortue romaine, on n’arrive pas retourner dans les banlieues.

A ce sujet, et sans vouloir polémiquer, quelle image donnerait la France au monde si Monsieur Sarkozy accédait au pouvoir ? A en croire la manière dont les événements de novembre 2005 ont été retransmis à travers la planète, les mauvaises langues seraient tentés de croire au retour de la Guerre Civile. Je sais, ce genre de phrase facile fait argument-type de l’UMP, mais essayez, vous verrez, ça fait du bien…

Tandis qu’en élisant une femme à la tête du pays, la France retrouverait un rayonnement incomparable au niveau mondial. La nation fondatrice des Droits de l’Homme serait aussi la première ayant une influence planétaire à reconnaître de façon spectaculaire les Droits de la Femme. Avec Angela Merkel en Allemagne, et avant Hillary Clinton aux Etats-Unis, un nouveau siècle des Lumières, sous l’éclairage des femmes, serait en marche. Un récent sondage a d’ailleurs montré qu’à l’étranger, Ségolène Royal avait nettement plus la côte que Nicolas Sarkozy. C’est dire combien son discours à l’international a dérangé au-delà du microcosme national…

A propos du parallèle entre les campagnes des Bleus en Allemagne et de Ségolène Royal, les récents sondages effectués après l’émission « J’ai une question à vous poser », repositionnant Ségolène Royal au coude-à-coude avec Nicolas Sarkozy, montrent à l’évidence que le ballon de Ribery a franchi la ligne. Le douloureux souvenir du but refusé à Vieira contre la Corée du Sud semble déjà bien loin…

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu