Avertir le modérateur

20/02/2007

Ségolène Royal en BLEUS, blanc, rouge

Hier soir, sur TF1, durant la prestation de Ségolène Royal dans l’émission « J’ai une question à vous poser », j’ai eu la même sensation que durant le match de football France-Espagne de la dernière Coupe du Monde : cette fois, c’est sûr, mon favori de cœur est parti pour atteindre les sommets.

Le parcours des Bleus en Allemagne et celui de Ségolène Royal durant cette élection présidentielle se ressemble étrangement.

Durant toute la campagne de qualification pour la phase finale, les amateurs de beaux gestes ont tremblé pour les Bleus comme pour Ségolène. En dépit des critiques acerbes des journalistes, trop souvent benoîtement relayées par les gens du quotidien, les Bleus, comme Ségolène, ont su conserver leurs valeurs fondamentales, leurs différences, leur cap. Pour atteindre la phase finale de leur épreuve.

Les Bleus ont paru absents du premier tour en Allemagne, mais ils « encaissaient » à ce moment-là la préparation physique nécessaire pour atteindre la finale en pleine forme. De même, Ségolène Royal apparaît absente du début de la campagne présidentielle, parce que, en guise de préparation foncière, elle a choisi d’écouter ses futurs administrés, de se charger de leurs désirs pour les traduire concrètement une fois au pouvoir. Pour les Bleus, comme pour Ségolène, le travail de fond sera décisif.

Au moment d’aborder l’émission « J’ai une question à vous poser », comme juste avant France-Espagne, la grande majorité de Français n’espérait plus un sursaut des Bleus comme de Ségolène. Malgré l'image erronée transmise par les médias, et l'expression d'une colère ironique, tous gardaient secrètement l’envie d’adhérer à la capacité de jeu collectif des hommes à Zidane, comme à la volonté de construire une société faisant jouer un rôle à tout le monde émise par Ségolène.

La prestation de Ségolène Royal d’hier soir s’apparente à l’entame du match France-Espagne. Même si les résultats ne sont pas encore visibles (l’Espagne mène 1 à 0), la victoire paraît inéluctable. On retrouve la Ségolène Royal des Primaires Socialistes, celle qui avait fait naître tant d’espoir par son discours n’ayant crainte d’effaroucher personne, comme on avait retrouvé les Bleus conquérants de 1998 et 2000 dès les premières minutes de France-Espagne.

Le premier match des éliminatoires de Ségolène Royal se gagnera cette semaine. Et contre l'Italie, en finale, au moment des tirs au but, forte de son intuition féminine, elle ne laissera pas Trézéguet tirer un penalty.

 A propos d’intuition féminine, Madame Le Procureur de la République de Beauvais n’a pas souhaité déclencher l’alerte Enlèvement dans le cadre de la disparition d’un enfant de 18 mois. Selon elle, l’usage de cette « artillerie lourde » aurait fait fuir le ou les kidnappeur(s) loin de Beauvais. La petite Andrea a été retrouvée en bonne santé dans le centre-ville, en compagnie de la fugueuse qui l’avait enlevée.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu